Apr 242016
 

Y a des matins plus difficile que d’autres, où on me remplace ma délicieuse [1] petite fille, Lagluante© par un monstrueux GluoGarou© dont l’unique but est de te faire sortir de tes gonds et/ou te pousser au suicide.

D’autres fois, c’est juste la fatigue qui la transforme en petite chose chouinante qui aimerait juste terminer la nuit dans les bras de maman s’il te plait bien, alors maintenant laisse moi pioncer, l’école c’est surfait et de toute façon je suis encore en maternelle.

Il y a des jours comme çà, ou tu traines une petite mine, des cernes jusqu’au sol et un boulet de déficit de sommeil d’au moins trois tonnes et demie, que limite, tu as des scrupules à la mettre à l’école [2].

Et puis d’autres ou tu vois sa fatigue s’évaporer dès qu’elle entre-aperçoit la petite soeur de sa copine, nouvellement arrivée en classe d’accueil et qu’elle a prise sous son aile.

Sentiment partagé par la gamine de deux ans et demi, qui après avoir vu Lagluante© a lâché sa maman à laquelle elle était fermement cramponnée, la larme à l’oeil pour partir directement vers sa grande copine, la prendre par la main et se laisser guider jusque dans sa classe.

Maman soulagée d’éviter la tristesse de sa fille et qui en a profité pour s’éclipser de son côté aussi pendant que je faisais un rapide signe de la main à ma progéniture qui n’en avait rien à carrer.

[1] Méthode Coué on a dit, je sais bien que dans la vraie vie c’est un bulldozer qui ne rêve que de m’achever, mais steuplé laisse moi rêver que j’ai une délicieuse benjamine.
[2] Même si techniquement, les 9/10e du temps c’est son père qui s’y colle

Apr 022016
 

Avoir des enfants, c’est super sympa en fait, ca te permet de tester en temps réel tes capacités de gestion de crise, de premier secours et ton habilité a garder tes nerfs quoi qu’il arrive [1], et si c’est au milieu de gens c’est encore mieux.

Pas plus tard que la semaine passée, j’ai pu testé ca avec joie et bonheur. Je ne pensais pas qu’aller a la bibliothèque, seule avec deux enfants était une activité dangereuse. Et bien détrompe toi, le danger rôde, et pas qu’un peu.

Peut-être parce que je leur ai laissé prendre un peu d’avance tandis que je déposais les livres au comptoir, peut-être parce que Murphy était posé là, en tapinois, toujours est-il qu’on a entendu un grand cri. Puis des pleurs. Pleurs directement reconnus comme étant ceux de Lagluante©, que soit-dit en passant, j’ai été chercher dans une partie de la bibliothèque ou il n’y avait pas de livres pour enfants [2]. J’ai ramassé ma fille, et vu qu’elle faisait pas mal de bruit, on est parties vers l’exterieur calmé ses pleurs.

C’est quand elle s’est plain que frotter sa bosse ca faisait mal et que je trouvais que mes doigts étaient quand même fort humide que je me suis rendue compte qu’en fait, sa tête pissait le sang.

Panique à bord donc, on prend le premier truc qu’on trouve pour le mouiller froid et faire compression. C’est donc avec une serviette éponge blanche qu’on essaye de calmer les choses [3]

Retour au comptoir pour leur apprendre que le détournement de serviette n’est pas un vol mais un emprunt et accessoirement demander ou se trouve la pharmacie la plus proche.

On s’y dirige donc, la petite momifiée dans sa serviette. Coup de bol, ou pas, la pharmacie est JUSTEMENT [4] au milieu de la fête foraine qui a déployé ses merveilles tout autour.

Moment de gène passager avec le pharmacien, vu que la plaie ne saigne plus et qu’au milieu de tous les cheveux de l’enfant, on ne la retrouve même plus. La serviette sanguinolante lui apporte la preuve que je ne mens pas. Les traces rouges dans les cheveux de Lagluante© non plus. L’air coupable de la grande soeur aussi du reste.

On a profité donc de la fête foraine, you-pie. Pêche aux canards, tire a la carabine, un petit tour de manège, puis direction le quick pour terminer la journée en beauté. Enfin terminer pour elles hein, moi j’avais encore répétition jusque 22H.

Et puis en chemin, Lagluante© chouine. Elle a mal au ventre. Mais veut quand même aller au quick. Sauf que la-bas, on a échangé mon monstrueux adorable enfant [5] avec un geyser de luxe vomissements option mal de ventre.

Tu la sens bien venir là, la nuit aux Urgences pour suspicion de trauma cranien? Je t’ai déjà dit que le lendemain on devait partir genre vers 6h du mat pour embarquer sur un ferry direction UK? Non? Ben tu le sais maintenant.

Je suis donc bloquée au quick, avec deux gamines, dont l’une mourante qui me regarde avec des petits yeux d’animal souffrant, suppliant qu’on abrège ses souffrances [6]et l’autre qui culpabilise à mort parce que “c’est peut être un peu de ma faute aussi si la tête de Lagluante© a rencontré le bout tout pointu d’une étagère de la bibliothèque et peut-être même qu’elle va mourir et say ma faute” [7]

Jonglant avec mon téléphone et la vomisseuse dans les bras, 20% de batteries et l’appel a un ami au médecin de famille et au pères des plaies pour savoir que faire.

Au final, un consensus: surveillance du geyser et si signe bizarre, direction les urgences. Sinon nuit à surveiller, avec réveil toutes les deux heures juste au cas ou et moi je file avec les gamines à ma répétition montrer que c’est pas de la mauvaise volonté si je ne viens pas mais plus un cas indépendant de ma volonté.

Mauvaise pioche, le fait d’y aller implique d’être séquestrée avec les enfants jusqu’à la fin des scènes ou on a besoin de moi. Bon en même temps Lagluante© est confortablement installée dans un fauteuil de la salle de spectacle. Y a juste quelques allés-retours vers les toilettes pour vomir le peu d’eau qu’elle parviendra a boire. Emmitouflée, elle a l’oeil vaguement amorphe et rigole de la répétition qui se passe devant elle.

Retour maison. Le cadavre s’endort dans la voiture. Je la prend, la met dans mon lit. Elle y vomit. Heureux, on change les draps avec son papa, lui fournissons un bac à vomis et terminons les valises dans l’espoir sait-on jamais qu’on puisse quand même partir le lendemain.

Au final, j’ai pas eu besoin de la réveiller toutes les deux heures vu qu’elle vomissait tous les quart d’heure en se plaignant de son ventre qui lui faisait très mal. On penche donc pour la bonne grosse gastro des familles.

Quand il a fallu se lever pour partir, on s’est dit qu’on prendrait bien le ferry suivant et qu’un crochet par le toubib de garde, juste pour être sûr et avoir une tranquilité d’esprit pour le voyage.

Diagnostique: gastro des familles: extrêmement contagieuse, 48h de KO, mais rien de grave. Bonus, le ferry suivant était le plus beau de la compagnie.

Le trajet a été dur, elle a vomit plusieurs fois, mais pas sur le bateau, ou elle cherchait consciencieusement s’il y avait des sirènes dans la Manche.

Le dimanche, c’est sa soeur qui était malade comme un chien. Le lundi, vaincue, je prenais le relais. Au final, on a pas vraiment pu manger anglais ni beaucoup visiter, mais au moins ça fait des souvenirs hein. Ou pas. Bref, c’était épique

[1] Ne pas te mettre a hurler des insanités jusqu’au cassage de voix, ne pas donner des claques jusqu’a ce que mort s’en suive, ne pas perdre tes moyens et hurler en agitant tes bras au dessus de ta tête en tournant sur toi même, ne pas te coucher sur le sol et te laisser mourir et ne pas accélérer les choses en te suicidant ou en les tuant
[2] Si ca tombe, elles cherchaient le grimoire d’Arkandia
[3] Serviette appartenant a la bibliothèque, sinon c’est pas drôle.
[4] Bordayl de mayrde
[5] Méthode Coué on a dit. Je sais pas ce qu’est le mot qui va avec Six, mais j’peux te dire qu’après le Fucking Four Five, le Suicidaire Six tient bien la rampe hein
[6] Ha non pardon, ca c’est ce qui se passe dans ma tête, en ce qui concerne la dernière partie
[7] Drama queen on a dit

Feb 252016
 

L’autre jour, on a profité d’un jour sans Laglue© réquisitionnée par ses grands parents pour tenir compagnie a une gamine de son âge [1] pour se faire un resto.

Mais comme on avait pas trop d’idée mais qu’on voulait manger un truc #TeamLeGrasCestLaVie, on s’est dirigé vers un restaurant éphémère qui justement propose une spécialité de raclette, mangée avec l’appareil qui va bien là, celui ouskon grate la tome

Melt, baby melt. Non parce que brûlé, ce serait dommage

Melt, baby melt.
Non parce que brûlé, ce serait dommage

On a donc du convaincre difficilement Lagluante© d’aller au resto:

  • Nous: Lagluante© tu veux aller au resto avec nous?
  • Lagluante© avachie devant ses playmo: mrrfffffff sais pas
  • Nous: Y aura des boulettes sauce tomates
  • Lagluante©, sautant sur ses pieds: j’arrive [2]

Après une grosse demie-heure de voiture dans le vent, le froid et la pluie, nous voici arrivés transi au resto.

On s’installe, juste a coté d’un formidable feu ouvert qui nous permet de nous réchauffer et plus si affinités [3]

The place to be. Entre l'appareil a raclette et le feu, j'ai clairement eu bien chaud.

The place to be. Entre l’appareil a raclette et le feu, j’ai clairement eu bien chaud.

On lit la carte, surprise, dans le menu enfant, le dessert au choix est glace ou barbapapa. Les yeux de Lagluante© scintillent à cet énoncé.

On mange donc, et plutôt bien, il faut dire qu’a deux on ne parviendra pas a bout de l’énorme morceau de frometon qui nous a été alloué. Mais les dents du fond clapote et pour nous, il n’est même pas dans l’idée de commander un dessert.

Non mais c'est équilibré regarde, y a des légumes, des protéines et même quelques glucides

Non mais c’est équilibré regarde, y a des légumes, des protéines et même quelques glucides

Et puis là c’est le drame. Il n’y a plus de barbapapa, la réserve de sucre est vide, pas moyen d’en faire. Lagluante© passe du sourire pétillant aux larmes silencieuses qui perlent et aux gros sanglots longs monotones silencieux de qui retient son chagrin a grand peine.

La serveuse est désolée, et lui demande ce qu’elle veut à la place. Deux boules chocolat et framboise, répond-elle la voit chevrotante. Celle-ci lui répond que normalement c’est qu’une boule, mais qu’elle lui fera deux petites boules pour qu’elle les aies quand même.

Quand elle est revenue débarrasser la table, elle s’est encore excusée au près de Lagluante© qui s’est remise à pleurer [4]

Puis on a attendu. Quelques minutes. Quand le dessert de la demoiselle est arrivé, celle-ci n’en a pas cru ses yeux.
Certes, il y avait sa glace, mais ce n’est pas tout, ils avaient tenter plutôt bien d’ailleurs, de faire une mini barbapapa avec du sucre normal. Autant te dire que la demoiselle était aux anges.

Y en a un peu plus, j'vous le met quand même?

Y en a un peu plus, j’vous le met quand même?

Alors bon par concept, le restaurant va bientôt fermé ses portes, vu que la raclette c’est bientôt fini, mais vous pouvez encore en profiter ce we, et il parait que l’aventure ne se termine pas là, bien au contraire…

Le restaurant: La Saison, Chaussée de Namur 35 à 1457 Nil-Saint-Vincent. Le menu a 25€ qui comprend un entrée et un plat à de quoi caler n’importe quel estomac. Il y a d’autres plats sur la carte pour ceux qui ne sont pas trop fromage, n’hésitez pas à y faire un tour. Le cadre est sympa et la nourriture très bonne.[5]

[1] Call us parents indignes
[2] Remarque comment on a élevé la ruse parentale au rang d’art
[3] Manquait plus que la peau de bête devant et on se croyait de retour dans le passé
[4] La capacité d’adaptation d’un enfant de six ans passant du malheur personnifier a l’oubli voire au bonheur m’étonnera toujours
[5] Et non, je ne suis malheureusement pas sponsorisée pour faire cet article, bien que mes fesses et mon gras du bide m’en remercie grandement, c’est le genre de gueuleton a ne pas faire trop souvent.

Jan 112016
 

Il y a des jours ou je vois ma petite dernière plus sous les traits de mon bébé adoré à moi que j’ai [1], mais sous les traits de la grande fille qu’elle devient.

Ho niveau câlins je n’ai pas a me plaindre, je suis toujours sa déesse, son doudou géant, sa maman adoré que je peux l’appelé mon petit trésor, ma princesse, ma khalessi mon petit chaton

Elle vient toujours me réveiller le matin, pas toujours délicatement d’ailleurs [2], ultra méga déçue les rares fois ou je suis déjà levée, rapport a la taille micro-poilique de ma vessie, inversément proportionnelle a mon tour de taille.

Elle me couvre toujours de bisous câlins avec régularité, environ une fois toutes les dix minutes quand on est ensemble et ce quoi que je fasse. Moyen pratique quand je suis en train de broyer les trouze myions de m3 de lierre qu’on a arraché des murs du jardin.

Encore moins quand tu as l’impression que ton cou ne va pas tarder à se détacher de ta tête, rapport a ton entorse cervicale qui ne s’est pas résorbée en deux jour par magie.

Mais la demoiselle connait les jours. Mieux, elle sait qu’a l’heure ou j’écris ces lignes, dimanche soir donc, son anniversaire, c’est dans deux dodos. Mardi donc. Même qu’elle ne tient pas en place, qu’elle a hâte, qu’elle veut un gatal reine des neiges pour l’école mais attention, de couleur bleue hein [2]

Du coup on a discuté toutes les deux aujourd’hui de ce qu’elle voulait, et voulait faire pour son anniversaire. Qu’elle pourrait choisir ce qu’on mange, quand elle recevrait ses cadeaux, et tout ça.

Elle s’est blottie dans mes bras [4] et a réfléchis très sérieusement. Elle voudrait manger des boulettes a la sauce tomate. Non un quick. Et pouvoir dire a l’académie qu’elle a six ans, ah et à ceux de l’aikido aussi.

Puis elle voudrait avoir un cadeau le jour même. Et un autre quand elle fera son anniversaire avec ses grands parents et son parrain. Mais si elle pouvait en recevoir aussi un au quick, ce serait cool. Et après l’école aussi. Si en plus ça pouvait être un truc reine des neiges, elle serait aux anges. Pas de bol, Frozen est devenu personna non grata par ici. Avec toutes les poupées qu’elle à, les puzzles, les dessins, c’est bon, on sature. Déjà que niveau playmo elle a quasi toute la collections des fées et que niveau princesse on arrive au bout, ca commence a craindre. Heureusement on a Loup qui traine dans un coin et des tas de livres et d’histoires.

Et puis aussi des copains qu’elle voulait inviter. Elle va avoir six ans alors c’est normal d’en inviter six parait-il [5], a la maison, qu’elle les laisserait jouer avec ses jeux et que ce serait super chouette. J’ai trop hâte, je te raconte que ça.

En attendant, c’est un ressort sur pattes qu’on a la maison, un véritable moulin à paroles qui mène la vie dure à sa soeur et vice-versa. Ca promet pour la suite…

Et puis sûrement que dans les prochains jours, j’te raconte comment on a fait son trop super gatal reine des neiges, que si tu étais sur la page fb du blog ou twitter tu as pu suivre quasi en direct

Bon six ans Lagluante, t'as interêt a vachement profiter de ton gatal...

Bon six ans Lagluante, t’as interêt a vachement profiter de ton gatal…

[1] Bon en même temps il serait temps, c’est pas qu’elle va avoir six ans, mais c’est tout comme
[2] Si tu es parent, tu connais sûrement, l’approche sournoise et silencieuse, puis au choix, le saut sur ta vessie pleine alors que tu encore entrain de baver sur l’oreiller ou l’arrachage de couverture épique alors que tu étais si bien sous la couette, avec dans tous les cas un syndrome parkinsonnien aussi connu sous le hurlement tremblotant de “TU DORRRSSSSS [ENNNCORRRREEEEE] MAAAAAAMAAAANNNNNN???????” ce à quoi tu as envie de lui répondre en lui retournant une mandale, “non plus maintenant connasse, la faute à qui a ton avis” mais que, tête dans le cul comme tu es, tu répondra juste par un grognement courroucé, un oeil entre-ouvert et un retournant dans l’autre sens, parce que bon, faut pas faire chier maman quand elle dort.
[3] Son père et moi somme ravis, tu penses, on n’a jamais fait de pate à sucre
[4] Et m’a complètement fait fondre. Dieu que ça me manquera quand elle se jugera trop vieille pour ces câlins, même si elle me jure que ce sera jamais le cas. C’est si mignon la candeur d’une enfant de presk’sizans
[5] Homongieu, dieu des parents d’enfant nés en plein hiver, qui eux aussi comprennent mon désarroi, l’enfer va s’ouvrir sous nos pieds si on a six gnomes à la maison EN MEME TEMPS

Dec 232015
 

Ouaaaais, c’est les vacances, crient les filles en faisant des bons de joie partout.

Ouaaaaaais, c’est les vacances, pense leur mère, donc moi, en se trainant péniblement et en regardant avec envie le Rotisha faire dodo.

Non parce que faut pas croire, c’est pas les vacances pour tout le monde hein. Parce que les deux filles, faut éviter qu’elles s’entretuent. Les pousser au cul pour qu’elles rangent, avec option mélodramatiques voire hurlements quand j’ose jeter un vieux dessin tout crasseux que limite le chat aurait pissé dessus, elles auraient voulu le garder aussi.

La joie de faire le tri dans leurs jouets, et le jour d’après retrouver ni vu ni connu, le vieux truc en plastique pourrit, pourtant jeté la veille au fin fond de la poubelle réapparu sur un tas qui n’était pas là hier.

La sensation d’être Sisyphe sauf qu’en fait de rocher, c’est des playmobils et autres petits ponays/barbies/lego que tu ranges dans des boites.

Gérer les demandes pour les cadeaux de fêtes et d’anniversaires pour les filles qui ont eu le mauvais gout de naitre genre moins d’un mois avant/après Noël. Et te retenir de dire des conneries.

En tout cas tu sais que le prochain qui offre un truc qui prend de la place ou qui a de multiples pièces, voire une poupée Frozen chantante, tu vas juste le frapper avec jusqu’à ce que mort s’en suive.

Ah et puis le supplice du sapin. Monté mais pas encore tout à fait terminé. Avec des décorations qui d’après ta fille de onze ans ont copulés, rapport au nombre qui progresse malgré tout.[1]

Et puis la perspective des fêtes. Ton foie est déjà parti faire un tour, ta tête est déjà dans un étau et ta tripaille crie grasse devant cette débauche calorifique qui va te faire absorber en trois jours l’équivalent d’un mois de pierrade à la tartiflette de raclette a tous les repas.

Puis la balance va te dire merde. Et toi, tu ne pourras pas dire merde aux gens. Parce que tu sais pas trop pourquoi, mais contrairement a tes principes misanthrope, tu as invité des gens pour nouvel-an.

Beaucoup en fait. En plus des gens qui n’ont aucun sens de la mesure. Pour qui une personne normalement constituée boira trois bouteilles d’alcool sur la soirée pour faire passer les 4kgs de nourriture. Des bons vivants en plus.

Du coup, on peut pas dire qu’on passe directement à janvier dites? On garde les paillettes, le sapin; ou alors je fais ni les réveillons ni Noël et je reste tranquillous sous ma couette, avec un thé, mon ordi et mon pyjama tout doux en pilou, avec les chats pour palier au fait que ma graisse et moi n’avons rien à nous mettre pour les fêtes et aucune intention d’aller faire les boutiques pour trouver des fripes.

[1] Oui, oui, coppulé. C’est bien le bon mot. Je sais pas encore trop bien ce que je dois faire d’elle, mais la je me renseigne sur les nonnes.

Dec 102015
 

Saint Nicolas m’a apporté, une otite, une otite,
Saint Nicolas m’a apporté, une otite, un nez presk’ cassé

C’est en substance ce que pouvait chanter Laglue© ce lundi matin, de retour d’un week-end a Center Parks qui a bien failli la tuer [1]

Le programme était pourtant simple: pour la Saint Nicolas, on leur offrait un week-end surprise a Center Parks. Tellement surprise, que Lagluante© ne l’a appris qu’une fois arrivée.

Alors Center parks, késako? Ben écoute, c’est ZE PARADISZE pour les enfants, l’enfer sur terre pour les parents. En gros tu imagines un domaine de plusieurs hectares, avec des chalets disséminés [2] en zone. De 1 à 9. Chaque zone comprend cent chalets. Je te laisse compter combien il y en a en tout.

Raté, ce n'est pas la bonne direction

Raté, ce n’est pas la bonne direction

A savoir que cette fois on avait le 656. La première fois c’était le 141. Laglue© a donc calculer combien de chalet palyndromique il y avait [3]. Donc voilà, tu vois tes petits chalets. Confortables pour autant qu’il ne fasse pas froid, vu qu’il n’y aucune isolation. S’il gèle, tu trouveras les glaçons pour ton mojito derrière le canapé [4].

Au milieu du parcs de trouze millions d’hectares, tu as l’aquamundo: piscine géante avec toboggans, rivière sauvage, piscine a courants, piscines a vague, lagon,… Un truc énorme, l’éclate totale pour les enfants, les jeunes venus en groupe et les adultes sans enfants.

Pour y parvenir, tu te tapes entre 500m et 1km de marche, suivant que tu as été chanceux (ou payé) pour être plus proche du centre. [5]
En tant que parent, t’as juste l’impression d’être au purgatoire. Voire en enfer, suivant le nombre d’enfants que tu as amené avec toi, et que si t’es en plus masochiste, ils sont pas tous à toi.

On avait jeté notre dévolu sur le Vossemeren, avec un toboggan qui devait te donner l’impression d’être une bille, vu que tu termines dans une espèce de toupie que soit tu prendras a l’envers, soit dans les dents, proportionnellement a ta propension à la maladroitesse. Toboggan tagué moyen, pouvant aller parait-il jusque 30km/h, la plus grande peur qu’il te fait c’est de savoir la proportion de peau du dos qu’il va t’arracher dans la toupie. Au mieux, tu auras bénéficié d’un gommage de peau intégral.

Donc tu sais que tu iras chaque jour dans ce paradis de la mycose et de l’eau dans les poumons. Avec des gamins infatigables. Qui vont te réclamer trente fois de faire la rivière sauvage, ou celle avec du courant. Sauf que, malgré son gilet de sauvetage, Lagluante© et ses presksizans, la rivière sauvage, elle adore la faire dans les bras, “sauf la première partie maman, parce que la première elle est plus calme”.
A ta charge donc de la récuperer avant qu’entrainée par le courant, elle parte dans la partie nettement plus chahuteuse ou malgré/grasse [6] a mon poids et mes fesses qui me freinent lamentablement en touchant le sol, je ne rattraperai jamais mon petit bolide avant qu’elle ne soit noyée la-bas tout en bas, dans le bassin de réception dont la plus infâme cruauté a été de me retourner deux ongles d’orteils alors que j’empêchais ma gamine de se noyer.
Genre, j’aurais su, j’aurais préservé mes orteils.

Je te laisse donc imaginer la gamine sur mes genoux, tenue dans un bras, tandis que l’autre essaye au choix: d’éviter qu’on s’éclate la gueule lamentablement sur le bord, de nous retourner, ou de passer cul par dessus tête dans les remous, alors que je m’efforce de lui garder la tête hors de l’eau pendant que je me fais un lavage complet des poumons, respirer c’est pour les faible.

Sitôt en bas, la gamine est d’attaque pour le refaire, alors que tu en es toujours à remettre tes articulations en place. Et que pour la refaire, va falloir retraverser tout le dôme et se taper une myriade d’escaliers. Youpie.

Pendant ce temps, la grande te harcèle pour faire les toboggan et le monkey toupie ou je suis a peu près infoutue de terminer convenablement. Donc tu te tapes les 300 marches pour arriver au sommet, te laisse dévaler et retrouve en bas Lagluante© qui te saute dans les bras alors que tu n’as pas encore pu respirer et te demande avec ses yeux de Chapoté la descente de la rivière sauvage “là mainantoussuite”. Pendant DEUX JOURS. Tu sais déjà que tes genoux te tireront la gueule et que ton dos te dira d’aller voir ailleurs s’il y est pendant les prochains jours.

Sauf que. Le premier jour il a un peu été tout chamboulé. A peine dans la piscine, que Laglue© on ne sait trop comment se fait sauvagement attaquer par une ligne d’eau et se bouffe le fond de la piscine, ressortant le visage en sang et les lunettes de natation cassées, pour te donner une idée du choc.

Je la sors, direction le poste de secours. Vu comment tout la partie gauche de son visage est gonflée c’est la flippe totale. Elle peut se cacher juste derrière son nez. Après les premières constatations, soulagement, le nez n’est pas cassé, la pommette non plus et il n’y a pas de commotion.

Autant te dire que la fin de la journée a été nettement plus calme. Promenades, jeux, histoires au chalet. Courses aussi. Mais oui, dans leur market a 800M de ton chalet. Et que tu dois y aller a pieds, dans le noir, et passer par l’énorme pont qui traverse le lac, et est donc offert a tous les vents, particulièrement les plus froid. Te retaper les 800M*2 parce que tu as oublié le PQ, ca n’a pas de prix

Le lendemain c’était Saint-Nicolas. Sauf que. Les cadals étaient dans le coffre de la voiture, garer sur le parking à genre un km de là. Ressortir dans le froid vers 23H30, pour être sûrs que les filles soient bien endormies, n’a pas de prix non plus. Note que le ciel était totalement dégagé du coup ca a été une chouette promenade.

On a passé le reste de la soirée entre adultes, a comaté devant une diffusion de MMA, en ayant mal pour les combattants. C’est te dire à quel point on était mal.

Quand le dimanche matin les filles ont sauté partout parce que Saint-Nicolas était passé, j’étais a humeur ours mal léché moins un, s’exprimant en grognement et coup de dents, le chignon en pétard, avant le premier litre de café. Note que mis a part le chignon en pétard, ca c’est pas amélioré par la suite.

La mise en route a été dure. Apres le rangement du chalet, défaisage des lits on est parti faire un tour a la ferme, et sa superbe balade a ponay. 4€ par enfant.
Pour ce modeste prix, tu fais un tour d’une centaine de mètre, avec ton gamin sur le poney et toi qui tient la bestiole, en lui montrant qui est le maitre, parce que sinon il est un peu rapide[7], puis passage vers les animaux. Chèvres, poules, coqs, lapins. Les filles peuvent en papouiller et nourrir certains, se faire bouffer par d’autres

Allez, sois sympa quoi, t'as pas un ptit truc a bectave?

Allez, sois sympa quoi, t’as pas un ptit truc a bectave?

You're talking to me?

You’re talking to me?

On y a même croisé une race de poules bitnik toute fluffy, que si un jour j’ai des poules, j’en veux au moins une comme ça

Kot kot? Koooot kooot  (elle est ou la têtête, il est ou le cucul?)

Kot kot? Koooot kooot (elle est ou la têtête, il est ou le cucul?)

Petit tour en plaine de jeux exterieure où j’ai perdu mes derniers atomes de crédibilité en imitant la Poubelle a des Zyeux qui se déplace jusqu’en bas du toboggan pour bouffer Lagluante© le tout je suppose filmer par Merlin qui n’en rate pas une pour salir mon hon.. ho non laisse tomber en fait, c’est pas du gros dossier

Bonjour Lagluante, viens, approche, je (ne) vais (pas) te manger :3

Bonjour Lagluante, viens, approche, je (ne) vais (pas) te manger :3

Comme on en avait pas encore assez de cette matinée, on est partis vers le nord vers l’énorme plaine de jeu, bateau pirate style. A plus d’un km de là donc. Une fois la bas, c’est le paradis des enfants, l’enfer des parents. Des jeux, un pont suspendu énorme,de l’eau, des cage, un bac, un labyrinthe d’eau des trucs a grimper, a sauter, bref, tu te poses et essaye de prendre une biere a 25€[8] pendant que tes gamins manquent se rompre le cou ou tente de se noyer après avoir glisser sur les cailloux de la rivière. Tellement bien que tu en oublies de faire des photos en fait.

Sauras-tu passer, sans tomber ni trébucher

Sauras-tu passer, sans tomber ni trébucher

Sache juste que je me suis payée la honte en course pour grimper le pont de singe, face a Lagluante© qui m’a écrasée convenablement et que le pont suspendu a un point de vue imprenable sur les gens qui se risque a faire le high adventure.

Après, le long retour vers le chalet, le repas de midi, la sieste négociation pour qu’on ne reparte pas la tout de suite a la piscine, rapport que faut digérer, toussa toussa

On y est resté super longtemps. Suffisamment que pour essayer tout l’aquamundo de nuit. Profiter de la rivière sauvage et de ses éclairages by night tout de spots colorés vêtue. Des toboggan, vides pour l’occasion, nous permettant de les faire les uns derrières les autres, me permettant au passage sur l’un deux, le plus long, de mettre Laglue© sur orbite en la percutant de plein fouet, me prenant son genou dans la tronche.

Le retour a pied, pour la dernière a été laborieux. Après ce fut nettoyage du chalet et bagage a mettre en voiture. A peine la clef mise dans le contact, vers 21h30, Lagluante© a commencé sa nuit. Sa soeur a survécu. En chouinant qu’elle avait de plus en plus mal a l’oreille.

De fait, le lendemain, le médecin diagnostiquait une otite. Mais qui ne l’a pas empêché de profiter d’un mac do sur le chemin.

Depuis, Lagluante© s’inquiète de quand est-ce qu’on revient au Center Parks. Nous on est pas trop trop pressés en fait. On a compter le nombre de bleus qu’on s’est fait ensemble, Merlin et moi, et on s’est dit que ce nombre serait le nombre MINIMUM de mois ou il n’y avait aucune chance d’y retourner. ON arrive a peu près à la majorité des filles.

Bref, Center Parks, c’est bon, mangez-en. Mais pas trop souvent alors.

C'est bucolique, froid, mais bucolique

C’est bucolique, froid, mais bucolique

[1] On a pas du payer assez pour l’assassinat accidentel je pense
[2] Agglutiné serait peut-être plus vrai
[3] Oui, on parle d’une gamine qui vient d’avoir onze ans et qui se met a calculer spontanément ce genre de choses. Si tu veux mon avis, on a pas le cul sortir des ronces. C’est limite si elle nous faisait pas la démonstration des choses. J’aurais envie de dire que ca va être cool pour le collège, mais en fait, vu son niveau déplorable en calcul mental, je mentirais si je te disais que j’étais pas morte de trouille.
[4] Véridique. Mais c’était un hiver ou les températures étaient descendue a -20°C
[5] Il n’y a pas de petit profit. Pour Center Parks tu payes pour tout et n’importe quoi. POur faire ta réservation, que ca soit par internet ou téléphone (30 PUTAINS d’euros kanmem’hein), pour choisir ton cottage, même genre de prix je crois, pour avoir des draps et des serviettes, pour respi… ah non pas pour ca. Bon je veux bien que ca soit normal, on paye pour des services, mais pour une résa sur internet sur un site pourrit de merde, j’ai juste l’impression de me faire enfler a chaque fois
[6] Ceci n’est pas une faute d’orthographe,mais un jeu de mot foireux
[7] Traduction: si tu le tiens pas directement convenablement en le retenant, il va te trainer sur tout le trajet qu’il connait par coeur et te piétiner au passage si l’occasion se présente
[8] En vrai je sais pas le prix. Mais je sais que c’est pas donné

Nov 232015
 

Ce n’est un secret pour personne, je décroche l’award de la mère en carton sans aucun soucis. Que ce soit en manquant empoisonner les filles, en leur marchant dessus [1] ou plus prosaïquement comme mardi en laissant mes clefs enfermées a l’interieur

On rentre d’aikido avec Lagluant© avec son petit cahier, elle me fait une carte et me guide pour rejoindre la maison. C’est par là. Puis par là. Je lui avais promis une petite promenade dans le noir, dans le jardin, malgré le vent. Ce qu’on fait donc. Il est genre 20h30, elle a déjà mangé, reste plus qu’a rentrer et aller au pieu.

Sauf que. Devant la porte, je check mes poches. Double checK. Triple check. Rien. Nothing. Nada. Kepouik. Je dois me rendre à l’évidence, mes clefs ne sont pas là.

MonChéri, lui est occupé et indisponible. Bon je téléphone a Vanyel, qui heureusement habite pas loin et a un double. Chance, il est disponible et a follement envie de nous descendre les clefs dans le vent et le froid.

Le temps qu’il s’habille et arrive, je propose a la puce de continuer notre promenade dans le jardin, avec la lampe de poche et sa carte. Je manque me bouffer le saule, mais survis de justesse. Elle, elle est super contente, un peu de rab avant d’aller au lit et une promenade dans le noir, elle aurait tort de se priver.

On ouvre le verrou la porte du jardin en attendant, et la c’est le drame. La porte bouge toute seule. Flippée, Lagluante© se réfugie derrière moi et refuse d’avancer d’un iota.

Je suis derrière toi, vas-y toi, maman, dit elle courageusement en me poussant. Bon faut dire que le coucou Fantôme que j’ai lancé quand la porte s’est ouverte en grand, n’était peut-être pas le plus malin. Elle s’est finalement approchée, et du bout des lèvres a bien voulu reconnaitre que oui, c’était peut-être bien le vent qui avait bougé la porte.

Quand enfin notre sauveur est arrivé, Lagluante© aurait bien voulu encore un peu rester dehors, parce que c’est si chouette les histoires dehors. Après une âpre négociation “si tu montes tout de suite tu peux dormir avec Gros Nounours [2]” elle s’est finalement retrouvée au lit avec grattes-grattes et promesse de refaire le plus rapidement possible une promenade dans le noir. Et que si en plus c’était sous la neige, ce serait le top du top

[1] Mais quelle idée aussi de s’endormir au milieu du couloir, dans le noir après être allé pisser franchement.
[2] Quand je te dis que je suis une mère en carton

Nov 112015
 

Ca fait quelques temps que j’avais promis aux filles de faire une promenade nocturne. N’ont qu’elles n’en aient pas eu leur comptant cet été, mais voyez-vous, elles ne comprenaient pas pourquoi ça devait s’arrêter avec l’automne.

Vu le temps de ces dernières semaines, je ne peux décemment pas leur donner tort.

Nous sommes donc parties vers 16H00. Armées d’une lampes de poche et d’un plan des environs. Elles nous ont guidées a tour de rôle dans la “Forêt Désenchantée” qui longe le “Désert de l’OUbli”, mais dont un cours d’eau rempli de serpent se jette dedans.


Alors pendant qu’on nageait dans le lit de la rivière, il fallait doudoucer chaque serpent (grosse branche) qu’on croisait, parce que comme ca ils sssssronsronnaient.

Et puis parfois, il fallait remonter sur la berge pour en délivrer un ou observer un oiseau super rare.

Quand on est arrivé au fin fond de la rivière, il y avait un portail et un teleporteur pour repartir vers la maison des fantômes. Mais comme il commençait a faire noir, il fallait faire attention de ne pas les réveiller.

Quand il a fait vraiment trop noir que pour rester dans les bois sans lampe de poche, nous sommes parties vers le ravel, avec un timing méga serré. Pendant que l’une guidait, l’autre tenait la torche. Avec un roulement toutes les six minutes.

Et attention de ne pas marcher dans l’herbe au milieu sous peine de se transformer en fantôme. Et comment on sait qu’on est un spectre? Facile, on a plus de pieds.

On est rentrées en passant à travers champs, pendant que la grande râlait sur la petite qui n’éclairaient que ses pieds, et que quand même elle pouvait faire un effort de pas lui mettre la lumière dans les yeux. Et vice versa quand la torche changeait de main.

Finalement c’est une promenade d’un peu plus d’une heure trente et de cinq kilomètres qu’on aura faite, une grosse partie dans le noir.

Et y a pas a dire, elles ont aimé et pas qu’un peu. Le “pire” dans tout ça? L’imagination débordante dont elles font preuve.

Quand est-ce qu’on remet ça? Bah, le plus rapidement possible. Ha, oui si y a moyen, sans papa ont-elles dit. Ah et si on pouvait faire pareil de nuit, sous la neige, ca serait encore plus mieux.

Je crois que ces enfants ont hérité de moi. L’amour des balade nocturne et si possible dans un paysage enneigé, c’est mon coté sale gamine qui est resté.

Bon en attendant, on doit toujours rendre visite a la sorcière Crok-les-Os, et déposer de quoi manger aux fantomes.

Oct 152015
 

L’autre jour dans la voiture, j’ai eu une conversation comique avec les filles.
En fait plus surréaliste, maintenant que j’y pense. En tout cas dans le dedans de moi même, je suis totalement pliée.

Plantons le décors [1]. On est dans la voiture, les filles et moi, en route vers l’académie. Lagluante© et ses cinkanzédemi derrière, Laglue© presque onze, à coté de moi.

Soudain a l’arrière, silence. Et respiration. Le genre que tu sais que la gamine elle a tourné et retourné une question dans sa tête et qu’elle l’estime prête a être posée. Ho et importante aussi, tant qu’a faire.

  • Lagluante©; super sérieuse: Dis maman, c’est quand que vous faites un calin avec papa?
  • Moi, au dedans de moi même: wat zegt je?/wat blief? [2] Hmmm, comment ca ma chérie, qu’est-ce que tu veux dire?
  • Lagluante© les sourcils froncés: Ben oui, quand est-ce que papa et toi vous avez un autre bébé? [4]
  • Moi, heureusement assise, me mord la joue pour ne pas rire et ne pas répondre “heuu jamais? T’as vu comment ta soeur et toi êtes infectes? Mais même pas en rêve qu’on en fait un autre. D’ailleurs je pense de plus en plus a me ligaturer les trompes ET faire une vasectomie a ton père, oui, on est jamais trop prudents.”: Heuuu Ben, qu’est-ce qui t’as mis cette idée là en tête ma chérie [3]
  • Lagluante© songeuse: Je voudrais bien avoir une petite soeur.
  • Laglue© s’incrustant dans la conversation: ou un petit frère, ca serait cool un petit frère
  • Moi, hilare: déjà ca se décide pas ce genre de truc hein, c’est 50/50 puis vu ma chance ca serait plus un poulpe ou un alien qu’un bébé humain
  • Lagluante© sérieuse: oui mais je veux une petite soeur
  • Moi, machiavélique: oui mais si on avait un autre bébé tu ne serais plus TOUT LE TEMPS dans mes bras, je devrais m’occuper du nouveau bébé et tu aurais moins de temps avec moi
  • Lagluante© réfléchis, Laglue© répondant: ho mais c’est pas grave, elle pourrait aller dans mes bras
  • Lagluante© illuminée: ho mais j’irais dans les bras de papa
  • Moi, crapuleuse: mais chérie, tu sais, papa il rentre tard le soir, parfois même, tu es déjà au lit
  • Lagluante© : … Hmmm ben alors j’irai dans les bras de ma soeur \o/

Heuu woké. Par quel truchement elle en est arrivée là, je ne sais pas. En tout cas ça m’a vraiment fait rire, intérieurement hein je te rassure, je ne suis pas si mauvaise mère que ça.

Je savais que l’idée d’un bébé la travaillait, vu qu’elle avait décrété l’une de ses poupées comme ” sa petite soeur” mais j’avoue, je ne m’attendait pas à ce genre de demande.

[1] Gaffe a tes pieds, c’est plutot lourd le décors
[2] Oui quand je sens des entourloupes ou des questions bizarres, cherche pas, mon neurone passe dans la langue de Vondel, j’ai jamais su pourquoi
[3] Ce que je ne sais que trop bien, le nouveau petit frère de sa meilleure copine pour la vie.
[4] AH ben tiens, j’étais sûre que ca serait une couillonade dans ce genre. O-Bli-Gé

Oct 082015
 

L’autre jour, je profitais d’un dimanche ensoleillé pour conter au bord d’un lac [1], dans le cadre du tour des villages. Mon rôle était simple, accueillir les visiteurs, les installer et les enchanter avec mes histoires.

Sans vouloir me jeter des fleurs, je pense avoir réussi parfaitement bien. Bon bien sur c’était pas des centaines de personnes qui se sont présentées et je n’étais qu’un maillon de la chaîne, mais c’était ma foi, fort plaisant.

Bref, environ cent personnes me sont passées entre les mains. Dont les filles. Mes miennes à moi. Qui avaient tanné leur papa pour faire la balade et voir maman raconter des histoires [2]

Bon ce n’était certes pas la meilleure façon de faire, vu que Lagluante© sitôt qu’elle m’a vue m’a sauter dans les bras pour me faire un câlin, mais n’a pas perturbé ma prestation. “J’ai été très sage” qu’elle m’a dit tout fière, après; rapport que je lui reproche assez souvent d’être le petit démon/monstre Lagluante© ces derniers temps, une espace de crise d’ado a 5 ans et demie, l’extase, je te raconte que ça.

Donc. Ma prestation fini, on termine la balade, puis direction dégustation et boisson. Des vendeurs sont sur la place et proposent quiches, jus de pommes et autres tartes artisanales. Des tables ont été dressées et sous le soleil, on s’installe on cause, on rigole.

Lagluante© joue avec une petit sirène, jouet fétiche s’il en est, gagné a une foire quelconque.

Puis c’est le moment de repartir. Un peu de marche vers les voitures. On split le groupe en deux, la petite rentrera avec moi, la grande avec son papa et fera quelques courses pour manger le soir.

Je mets la clef dans le contact [3] et par acquis de conscience, demande a la demoiselle si elle a sa sirène.

Dans sa poche me dit-elle. Ben non en fait. Dans l’autre peut-être? Que nenni. Je vérifie dans les miennes. Non plus. Gros silence a l’arrière, du genre celui qui précède les pleurs horribles d’une perte inéluctable mais pourtant impossible. Ou le contraire. Les pleurs fin du monde quoi.

Arrêt sur image. Je la supplie d’arrêter de pleurer, rapport que mes tympans sont en train de se disloquer et lui propose de faire le chemin inverse, en espérant la retrouver.

On se met en route. Je prépare le terrain, que si on la retrouve pas c’est surement qu’un autre enfant la prise et qu’elle vivra une vie heureuse de jouet avec un nouveau petit propriétaire, mais que bon, on peut pas en être sûrs tant qu’on aura pas fini le chemin jusqu’à l’endroit ou on l’a vu la dernière fois.

C’était horrible ces petits reniflements, ses yeux oscillants entre espoir et désespoir et sa petite main serrée dans la mienne, toute en confiance que moi, sa maman, j’allais faire de la magie et la retrouvée.

On a avancé. Croisé quelqu’un qui était la pour mon conte et m’a complimentée, que c’était très chouette. Ca m’a fait chaud au coeur. On a continué notre chemin. On est arrivées à l’endroit ou on avait mangé. Il y avait encore des gens. Et par terre, dans les cailloux et la poussière, la petite sirène, qui attendait patiemment son retour.

Ca a été quelque chose ces retrouvailles. Elle pleurait et riait en même temps, sous le regard attendrit des commerçants. Elle a serré très fort sa petite poupée, lui a promit qu’elle ne la perdrait plus jusqu’a la prochaine fois, puis m’a remerciée moi, que j’étais la plus chouette des mamans.

Depuis, je sais pas du tout ce qu’est devenue cette poupée, remplacée par l’un ou l’autre playmobil. Je suppose qu’elle traine quelque part dans sa chambre, ou dans un des bacs a jouets.

Enfin voilà, ce sont les petits moments de ce genre qui font qu’à un instant, quelque part dans les multivers, c’est NOUS, la super maman la plus mieux de tous les temps…

[1] Bon ok, techniquement c’était plus un étang qu’un lac et en plus c’était un bassin d’orage. Mais ca ne retire rien au fait que le lieu était fort sympathique
[2] Que c’est trop pas juste d’ailleurs, parce que maman elle raconte ses histoires à tout le monde sauf à nous.
[3] J’aurais pu dire “je fous l’contact” mais pas sûre que tu aurais rigolé à mon humour. J’hésite entre le facepalm ou le fermage d’onglet, comme réaction