Oct 252016
 

Oula, c’est poussérieux par ici. Un peu plus de deux mois sans écrire. Et personne pour me demander si je n’étais pas morte électrocutée par mon ordinateur ou étouffée par les filles ou le Rotisha.

Ce n’est pas parce que je n’ai rien publié que je n’ai rien fait. Encore que, diront les mauvaises langues la bas dans le fond. J’ai des tas d’histoires à te raconter. Sur les bêtises des filles. Le fait que Lagluante© soit rentrée au CP [1] et sa grande soeur au collège [2].

Je pourrais te raconter comment j’ai manqué me fracasser le crâne au boulot et mis du sang partout, comment je doute de tout pour le moment et que l’envie d’écrire pour le blog n’est plus là.

En même temps, vu comment t’es nombreux, je ne m’attends pas à beaucoup de commentaires ou de tristesse. Si j’arrêtais d’écrire le blog mourrait comme il a vécu. En silence. Mais on n’en est pas encore là. Si je n’ai pas écris, c’est surtout que je me suis consacrée depuis début septembre a mon nouveau baybay. Non pas un être de chair et de sang, [3] mais une jolie chaîne de podcast sur Youtube, des chroniques décalées sur l’actualité, avec humour, reflexion et parfois un peu d’explication. J’y tiens beaucoup. Elle est encore toute jeune, inconnue, mais qui sait, peut-être qu’un jour, elle aura plus que trois abonnés et dix vues. Peut-être qu’un jour des gens l’écouteront et rigoleront ou seront atterrés par mes jeux de mots. Ou peut-être qu’un jour, je serai célèbre et Maitre des Multivers. Ou peut-être pas.

Mais en attendant elle est là. S’agrandissant semaine après semaine d’une nouvelle chronique. Cherchant son public. Alors je sais très bien que je ne suis pas super talentueuse, preuve en est de ce blog qui est au point mort depuis une dizaine d’années par rapport a son audience. Mais si quelqu’un passe par ici par hasard ou via un flux rss oublié, pensez à moi siouplé. Pour écouter. Partager si vous avez aimé, me donner des retours que je puisse l’améliorer.

Ca me tiens vraiment à coeur, c’est quelque chose que je fais pour moi, par moi. Je n’y parle pas des filles. Ni de moi en général, mais juste d’un point de vue sur l’actualité. En essayant de la rendre moins lourde.

Fort bien, me diras-tu, mais par ou ca se passe? Et bien écoute tu as le choix. Directement la chaine Youtube, ou alors la page Facebook, voire même la page Google plus

Comme tu peux le voir, c’est plutôt désert. Peut-être parce que c’est nul, peut-être parce que je n’ai pas le réseautage pour me faire connaitre. A toi de te faire une opinion. En cliquant et en écoutant. Puis en partageant. Ou pas.

Bon j’arrête la mes jérémiades et mon pavé dans la marre [4] et te laisse avec la dernière chronique en date. Et la première, que tu te fasses une idée du petit bout de chemin parcouru. Pour le reste, ben je compte sur toi…

[1] Sniff mon baybay
[2] Paye ton coup de vieux
[3] Encore que j’ai sué sang et eau pour le créer
[4] Oui il y a un jeu de mot halacon© dans cette phrase

Aug 212016
 

Une petite pause dans le compte rendu du Japon, pour bien montrer que malgré ces trois semaines, je sais encore gérer les filles à peu près seule. Ou pas.

Aaaaah, les vacances, c’est bien, y a pas d’horaires, on peut faire ce qu’on veut et les enfants pètent la forme, mais quelque chose de grave. Alors cette semaine, je leur avais préparé un combo hardcore: le mardi journée sportive au Blocry, le mercredi, journée à la mer avec départ a potron-minet, aka 6h

Mardi:
Donc le mardi, c’était rendez-vous en enfer avec mon frère à 11h sur le parking malin.

Le programme de la journée? On commencerait par un peu de tennis, puis certainement du ping-pong. Pour la suite, on savait pas trop, peut-être piscine ou escalade.

Sauf que du sport, avec deux gamines de 11 ans et 6 ans 1/2, c’est sportif un peu justement. Surtout quand ton frangin a oublié les balles de tennis dans la voiture; c’est moyen pratique pour jouer. Du coup, il est parti les chercher avec Laglue© tandis que je restais sur le cours avec Lagluante© et une balle qui trainait dans mon sac [1], pour lui apprendre les rudiments du tennis, principalement taper dans la balle. Chose qu’elle fait plutôt bien en fait. Après renvoyer la balle lui est plus difficile.

Quand le frangin est revenu avec les quatre balles en bout de vie qui restaient dans sa bagnole, on a bien compris que l’heure allait être assez compliquée. Surtout quand Laglue© forte de ses deux semaines de stage de tennis a voulu jouer aussi. Et que Lagluante© aussi. Et que bizarrement on avait que trois raquettes pour quatre.

Quand on a finalement pu rejouer entre adulte, le match a été assez tendu, rempli de balle renvoyées très fort pour faire taire la colère et la frustration que tu peux avoir a essayer de jouer avec deux punaises qui passent leur temps a essayer de s’entre-tuer.

Bon après, on en a raté aussi pas mal des balles. Dont parfois dans de jolis mouvements de j’ai-ah-ben-non-finalement-pas-mais-tu-as-vu-l’énorme-guêpe-que-j’ai-chassé-avec-ma-raquette? Et beaucoup couru aussi. Heureusement, contrairement à la dernière fois, on était dans une bulle semie-ouverte et pas dans la bulle four-à-pizza-sans-aucune-aération.

Quand on est revenu vers l’accueil bien crevés, on a aviser la table de ping-pong, vide. Et on est partis pour une heure de pong-épique, a savoir no rules, on renvoit la balle coute que coute et on tente les plus mauvais coups possibles; avec Lagluante© en ramasseuse de balles officielle. On a bien sûr joué aussi avec les filles et terminé par un défi: jouer avec deux balles. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, c’est difficile en fait.

Un petit tour au décathlon [2], ou je craque finalement pour des chaussons d’escalade, et on est reparti. Pour de l’escalade cette fois. Si le frangin et moi sommes équipés (baudrier+chaussons+grigri et/ou 8) ce n’est pas le cas des filles. Du coup on loue un baudrier pour la grande et un ouistiti pour la petite. Qui n’est plus si petite vu que le harnais commence a devenir vachement serré pour le coup. [3]

L’année dernière Lagluante© l’escalade, elle avait vachement bien géré:grimper jusqu’au sommet fingers in ze nose, grimper sans être assurée (!) sur un module. Puis après elle avait eu un peu peur. Ensuite l’année s’était écoulée et on avait repris maintenant.

Vu que ca faisait un certain temps qu’on avait plus pratiqué, on a préféré faire la première voie, ou en tout cas l’arnachement et la vérification des noeuds avec la nana de la permanence. Puis Lagluante© s’est élancée.

♫  plus hauuuuuuut, alller plus hauuuuuhauuuuhauuut♫

♫ plus hauuuuuuut, alller plus hauuuuuhauuuuhauuut♫

Sauf que. Elle a commencé a grimper. Genre sept ou huit mètres. Puis elle a dit qu’elle avait peur. Et elle a pas voulu redescendre. Elle était un peu tétanisée sur sa corniche. On a envoyé Laglue© sur la voie d’a coté pour la rassurer et lui montrer comment descendre. Mais ça n’a pas changé grand chose. La nana de la perm a commencé à s’équiper pour aller la récuperer, quand finalement, la demoiselle a daigné descendre, cahin-caho.

Sur les deux derniers mètres, la responsable lui a montré comment bien se placer pour descendre. Puis après ça, il n’a plus été question pour la petite de monter sur ces grands murs.

Du coup, elle a été sur le module en haut, légèrement incliné, qui fait trois mètres et a un gros tapis moelleux en dessus et s’est entraînée dessus. A grimper d’abord timidement, avec mon aide puis de plus en plus facilement, jusqu’a le faire très facilement et en sautant de plus en plus haut.


Du coup quand je lui ai reproposé, genre une heure plus tard de regrimper sur le grand mur, elle l’a fait. Sans rechigner. D’abord deux trois mètres, puis redescendre pour qu’elle voit qu’elle maitrisait la descente, puis jusque tout en haut. Et de redescendre, fière comme Artaban. Pendant ce temps, sa soeur grimpait une autre voie, assurée par son tonton.

La petite bête qui monte, qui monte,...

La petite bête qui monte, qui monte,…

Puis on les a envoyée toutes les deux sur le module pour pouvoir grimper une voie entre nous. Il faut savoir que depuis quasi dix ans, je suis handicapée d’un bras (enfin techniquement le nerf grand dentelé est mort, me privant d’une bonne partie de mes forces et de la mobilité de mon bras gauche) et que mes derniers essais d’escalade s’étaient soldés par des échecs lamentables. Du coup, c’est un poil stressée que je me suis mise devant la paroi.

Mais forte de mes séances de kinés et des trois semaines au Japon qui m’ont développé des muscles inconnus, c’est avec fierté que je suis arrivée en haut d’une 3B [4]. Bon après j’avais le malus filles qui se disputent quinze mètres en dessous de toi. Grimper en essayant de mettre de l’ordre la-dedans est un petit peu beaucoup compliqué et stressant. Heureusement on était seuls à ce moment là, mais j’avoue avoir eu des idées si pas de meurtres, de baillons et de shibari pour gouter la quiétude de l’escalade.

J'ai un bonus si en atterrissant j'écrase une (ou les deux) filles? Non parce que si oui, je tente hein.

J’ai un bonus si en atterrissant j’écrase une (ou les deux) filles? Non parce que si oui, je tente hein.

Encore une ou deux voies pour les filles, pareil pour le frangin et on remballe les affaires. C’est passablement cassés qu’on s’est entassés dans nos voitures respectives pour repartir à la maison.

Bilan du nombre de pas de la journée: 13093, soit 10km. Plus le sport. Pourtant à 22h elles étaient encore en pleine forme. Nettement moins quand je les ai réveillées a 6h le lendemain…

Mercredi:

Rendez-vous chez Setchaya et Koochie a 7h30, pour prendre le petit déj, puis partir vers Ostende à une seule voiture. Puis trajet comateux vers la plage. Arrivée vers 9h30. Il fait encore un peu frisquet, surtout à cause du vent, mais le soleil est bien présent et il y a peu de gens à cette heure encore matinale.

Le sable, le soleil, et la mer

Le sable, le soleil, et la mer


Quand tu voyages avec des enfants, le plus embêtant c’est les “MAAAAMMMAAAAANNNNN PIPPPPIIIIIIIII” intempestifs de ta progéniture, t’obligeant à te rabattre sur un café, ou des toilettes publiques pas trop sales quand tu as de la chance, pour soulager la vessie trop petite de l’enfant. Quand celui-ci ne te dira pas simplement “j’ai plus envie” après avoir payé un café cinq euros pour pouvoir utiliser les toilettes de l’établissement. Les joies parentales donc. Que tu imposes aux potes assez fous pour partir avec toi et tes nemesis.

Non tu ne feras pas pipi au pied de la sculpture

Non tu ne feras pas pipi au pied de la sculpture


On se fait la digue en long, large et travers, en profitant pour chasser le pokemon. D’ailleurs, curieusement, ou pas, il semblerait qu’Ostende soit la ville des Lipoutou et Soporifik. Y a t’il un lien avec le nombre assez hallucinant de retraités du coin, il y a un pas que je n’oserais franchir. Celà dit, il serait interressant de voir si les Tadmorv et autres Grotadmorv prédominent à Anvers.

Pas de pokemons, mais une bien jolie vue

Pas de pokemons, mais une bien jolie vue

Pause de midi. On se rabat sur un resto sur la place, proposant un menu pas trop cher comprenant croquette de crevette et plat au choix, comme vol-au-vent ou sole meunière. N’écoutant que mon estomac, je me suis rabatue sur celle ci. Hélas, trois fois hélas, grosse deception. En guise de sol c’était plutôt une solette, le beurre de la sauce n’a jamais été clarifié et la purée a failli ne jamais arriver. Bilan, je ne remettrai pas les pieds dans ce bistro. Même si la croquette n’était pas mauvaise.

Je suis crevette

Je suis crevette

Puis c’est l’après-midi, après encore l’une ou l’autre capture de pokemon, nous voici enfin sur la plage. Les serviettes sont installées, les jeux de plage déballés et les filles jouent plus ou moins tranquillement pendant qu’on profite. Du soleil. Du ressac. De la caresse du vent.

Setchaya va faire un premier tour dans l’eau, moi qui comme une andouille ai oublié mon maillot, fait ce que je peux en short et t-shirt, a savoir le regarder et temporiser les filles “non on ira pas dans l’eau tout de suite d’abord faut que la crème solaire agisse, que vous digériez et que je trouve le courage d’y aller”.

On en profite pour regarder le balais d’un hélico qui soit tente de sauver quelqu’un de la noyade, soit s’entraine à balancer/repêcher des gens dans la flotte.

Tu connais la blague du fou qui tient l'hélico?

Tu connais la blague du fou qui tient l’hélico?

Quand enfin je leur dit oui pour aller dans l’eau, avec l’aide mille fois bénite de Setchaya, c’est une eau à la températue proche du zéro absolu et avec un ressac de malade qu’il nous faut affronter. Avec option repêchage de Lagluante© qui malgré le fait qu’elle me tienne des deux mains se fait balayer par les plus grosses vagues. En soit c’est pas grave, sauf que vu qu’elle rigole et qu’elle a la bouche grande ouverte, elle boit la tasse.

Pendant ce temps, j’essaye de maintenir désespérément mes bagues qui tente de se faire la malle. Faut croire que j’ai maigris des doigts pendant ces vacances. Ou alors les 15kgs perdus depuis quelques mois étaient en fait rassemblés dans mon annulaire gauche.

En plus, j’avais pas du tout prévu l’effet miss T-shirt mouillé quand je suis rentrée complètement dans la flotte, me donnant envie d’avoir la tout de suite maintenant un burkini ou au moins une combi pour ne pas mourir de pneumonie la maintenant tout de suite.

Quand on est remontés sur les serviettes, Lagluante© avait le teint délicatement bleuté, les lèvres mauves, mais pas froid du tout maman, on y retourne ?

Puis le temps a avancé, le soleil nous à sechés, on s’est rhabillé et direction glaaaaace pour le gouter, puis promenade dans un parc, avant un retour sur la plage, après avoir laissé Setchaya et Koochie sur le parking

Couché de soleil sur plage

Couché de soleil sur plage

Non parce que masochisme parental poussé à l’extrême, le Merlinou allait nous rejoindre deux grosses heures plus tard, direction Dunkerke pour y passer deux nuits et profiter de la plage une journée de plus. Enfin nous surtout, lui nous rejoindrait plus tard.

En l’attendant, les filles ont continué a augmenter leur skill “construction de château de sable”

Mais si c'est beau

Mais si c’est beau

Laglue© s’en est vite lassée et a repris la lecture de son livre tandis que je goutais au plaisir simple de la liseuse sur la plage. Avec un moment extrêmement appréciable de silence, tellement rare quand elles sont deux.

Puis Merlin nous a récuperées, on a filé a Dunkerke et joie et bonheur pour les filles, fait un Buffalo Grill. Qui donnait un petit jeu des chevaux pour patienter. Repas engloutis par les filles, au comble du ravissement pour la petite qui a pu manger une énorme barbe à papa. Quand elles se sont couchées, curieusement, en quelques secondes, elles s’étaient endormies…

Bilan du nombre de pas de la journée: 16917 pas, soit un peu plus de 12km.

Mercredi:
Réveil au petit matin, le temps de prendre un déjeuné copieux [5], de faire le sac avec les maillots, serviettes, de quoi boire, un anker et ma liseuse et c’est parti. On est a environ deux kilomètres de la plage, avec une foule de possibilité pour la rejoindre. Après concertation avec les filles [6], mon scanner pokemon , moi-même, on se décide par un passage par le port, longer le bras de mer, puis passer la passerelle en bois qui ralie Malo Plage.

Bien sûr, ça a pris un peu de temps, vu qu’on chassait le pokemon en même temps [7], prenait quelques arènes photos, puis discuter. Chose curieuse, pour une fois elles ne se sont pas DU TOUT disputées. A un tel point que je me suis demandé si on m’avait échangé mes enfants pendant la nuit.

On traverse la passerelle et là, c’est la première vu sur Malo Plage, parait-il la plus belle du nord. J’avoue, le nom n’est pas usurpé. Plage de sable fin, à perte de vue, eau vert-turquoise et très peu de gens.

Sable fin sur mer

Sable fin sur mer

On avance sur la digue. J’ai récuperé a l’hotel environ 3m3 de documentation que faire à Dunkerke avec des enfants, et classé celle-ci en fonction de son cout: vends un rein, tu devrais t’en sortir avec un oeil, possible si on mange des pates jusqu’a la fin du mois, gratos. Un plan me permet de pouvoir placer tout celà judicieusement sur une carte.

Vous êtes ici. << Les nouvelles vont vite  ©Le chat

Vous êtes ici. <<
Les nouvelles vont vite
©Le chat

Et puis on tombe sur le Graal de tout parent radin et fauché qui se respecte. Une plaine de jeux. Dans le sable, au bord de la mer. Le rêve. Je lâche les filles la dedans et profite de mon strabisme divergent pour les surveiller d’un oeil, l’autre vissé a ma liseuse.

Et vu qu’on est en France, la chance, les autres enfants parlent aussi français, communiquant plus aisément du coup, vu que le niveau de néérlandais des filles n’est pas vraiment bon.

Le temps passe et il est temps d’aller manger. Que veulent-elles? Une crêpe. Quand? Maintenant. Du coup on se refait la jetée en direction d’une crêperie. Le temps de commander à boire et a manger, sur une terrasse ou il y a peu de monde et avec une vue imprenable sur la mer, on discute et on joue.

Vue sur mer depuis la crêperie. On a vu pire

Vue sur mer depuis la crêperie. On a vu pire

Et puis c’est le moment de manger et boire, de préférence vachement dététique, comme au chocolat pour Lagluante© a la saucisse et oignons pour Laglue© et carrément indécente pour moi avec son fromage puant et ses lardons, option ail anti vampire. Et pour faire glisser le tout? Du cidre pardis

Un conseil? Evite de trop ouvrir la bouche après m'avoir mangée. Surtout si tu comptes draguer apres.

Un conseil? Evite de trop ouvrir la bouche après m’avoir mangée. Surtout si tu comptes draguer apres.


J'ai toujours manqué de bol ET chercher le doux. (ouais, frappe moi si tuv eux, j'ai pris une bolée de cidre doux et j'ai aimé ça)

J’ai toujours manqué de bol ET chercher le doux.
(ouais, frappe moi si tuv eux, j’ai pris une bolée de cidre doux et j’ai aimé ça)

Et puis c’est le moment tant redouté: j’ai oublié le matériel de plage a l’hotel, du coup le challenge est de trouver une pelle pas trop chère, qu’elles puissent l’utiliser. A la limite même deux, histoire qu’elles ne s’entretuent pas pour l’item.

Ben j’ai été vachement surprise en fait. Déjà que la bouffe n’était pas chère, je m’en suis tiré avec 2,50€ pour une pelle et un rateau, et un set de raquettes et balles de plage pour 6€. Du coup quand on a été s’installées sur la plage, après avoir mis les serviettes, les maillots et mon t-shirt + short au dessus du maillot parce que ça caillait quand même, on s’est lancées Laglue© et moi dans une partie endiablée tandis que Lagluante© creusait consciencieusement un trou pour enterrer mon cadavre [8]

Et puis vu qu’il faisait bon et que la nuit à été courte, j’ai sombré une grosse demie-heure, pendant que les filles essayent de creuser pour arriver en Chine. Sans se disputer ni se battre. Parce que j’avais joué la carte “laissez moi dormir un peu, et on ira dans l’eau. Enfin y mettre les pieds juste, pour se baigner, faudra attendre papa”.

Alors elles l’ont fait. On a été dans l’eau, qui descendait doucement. Jusqu’aux genoux pour moi, un peu plus pour elles. Et comme il n’y avait quasi pas de vagues, on y est restées pas mal de temps, tandis qu’elles essayaient imperceptiblement de gagner quelques centimètres encore. Seulement vu la température de l’eau, elles m’ont pas eue.

Remontées sur la plage, on a joué toutes les trois. Puis le vent s’est levé, leur père est arrivé et ensembles, ils ont été dans l’eau. Moi j’avais remis mon t-shirt, rapport que je caillais. Et ils ont joués longtemps. Et pendant que je les regardais se lancer de l’eau, courir et nager, je remetais ma robe par dessus tout, parce que j’avais froid.

Puis ils ont couru bien loin, rattraper la marée, trempés comme des soupes et heureux. Moi je passais mon pull au dessus de ma robe parce que j’étais frigorifiée.

Non parce que ces fous furieux sont restés deux heures dans une eau a 18° quand dehors il faisait à peine 20° et qu’il y avait pas mal de vent. Tu m’étonnes que la plage était quasi vide.

Quand ils sont remontés, ils se sont emballés dans les serviettes, et Lagluante© s’est couchée sur mon estomac. Deux minutes après, elle ronflait. On l’a laissé un peu faire, histoire de ne pas se retrouver avec un gremlins, puis une fois tout le monde rhabillé on est parti se promener. Et regarder ce qu’on pourrait bien manger le soir.

Notre choix s’est porté sur une taverne qui faisait moules/crêpes et steack tartare, avec un serveur peu avenant à franchement pas sympa, mais à la nourriture délicieuse. Sauf que de crêpes il n’y avait plus. Pour éviter un incident diplomatique avec Lagluante© on s’est rabattu sur la gaufre, valeur sûre s’il en est.

Et après on a fait ripaille. Sur une terrasse en bord de mer.
Moules frites et bières, en vrai touristes.

Et bon appétit bien sûr. Buuurps

Et bon appétit bien sûr. Buuurps

Et je te parle même pas de l’indécence des desserts, qu’à ma grande honte j’ai oublié de photographier. Mais pour te faire baver, sache qu’il y avait sur mon assiette: une gaufre de Liège, un morceau de tarte aux pommes, une boule de glace vanille bourbon, un morceau de brownie, un macaron, un chocolat chaud et un pot de chocolat fondu. Heureusement que Lagluante© était là pour m’aider a tout manger.

Et puis bien sûr, on a continué a se promener. Le téléphone à la main, tête a l’envers, pour le cas ou un pokémon se pointerait. Et c’est sur la superbe digue de Malo Plage que mon niveau 22 est apparu tout seul…

Grace a l'éclosion d'un oeuf dis donc

Grace a l’éclosion d’un oeuf dis donc

Comme il se faisait tard, il a fallu rentré. A l’hôtel qui du coup se trouvait plus a quatre kilomètres de notre point de départ. Mais c’est pas grave. Il faisait beau, le couché du soleil était magnifique et les filles pouvaient chasser le pokémon.

La jolie passerelle dont je te parlais plus haut

La jolie passerelle dont je te parlais plus haut

Pour le retour, on a explorer un parc, le LAAC, bondé de joueurs pokémons, limite on aurait dit que toute la ville s’était donné rendez-vous là, rapport au peu de personnes croisées jusque là. Vu qu’on partageait le temps entre chasse aux pokémons et photos de familles ou plus débiles, je n’ai pas pu m’empêcher de me faire fusiller du regard après avoir sorti bien fort aux gens qui nous dévisageaient “Ah non hein, arrête de prendre des photos, on ne va pas gâcher une sortie Pokemon avec une sortie de famille”. Sourires crispés en face, j’avoue c’était rigolo

Quand on est finalement arrivés a l’hôtel, les enfants tenaient plus du cadavre que du vivant. Et je te raconte pas le lendemain matin, quand il a fallu se lever bien tot pour rentrer…

Bilan du nombre de pas de la journée: 12472 soit un peu plus de 9km, soit beaucoup trop pour les filles.

Sur ces trois jours elles auront donc marché 33km, fait de l’escalade, du tennis et du ping-pong, plongé deux fois dans une eau a 16-18°, bu la tasse environ quatre fois, terrassé 30m3 de sable et eu les meilleurs jours de vacances de cet été.

Et nous? Ben écoute, perso j’en ai bien profité, le Merlinou moins, d’ailleurs il ralait un peu à ce sujet. Je crois qu’il a une revanche d’activité a faire avec les filles à prendre…

[1] Cherche pas, mon sac est un mélange de TARDIS et du sac de Marie Poppins,avec un coté poirier savant, il te bouffe la main quand tu essayes d’y retrouver ton portefeuille, en plus d’être multi-dimensionnel et de devoir demander un rendez-vous pour pouvoir y récuperer un item.
[2] Si c’est du sport aussi. Les filles veulent à chaque fois parcourir tous les rayons et essayer les skates et autres trottinettes en plus des vélos elliptiques et des trucs d’escalade.
[3] Et non le cou, ou alors ce que tu l’as vraiment très mal harnachée
[4] Oui je sais, c’est le niveau le plus bas quasi, mais j’m’en fiche. Je suis arrivée en haut. Sans me vautrer, quasi sans douleur et avec l’assurance qu’en m’entrainant, je pourrai faire mieux. Et c’est, c’est vraiment beaucoup et très important pour moi
[5] Enfin l’homme et les filles, moi je suis pas capable de manger le matin. Même avant de partir en rando en haute montagne #TrueStory
[6] Tu rigoles ou quoi? Leur demander leur avis, c’est partir pour au moins deux heures de négociations
[7] D’ailleurs si tu aimes marcher mais que tu as des enfants relous qui passent leur temps à chouiner et à ne pas vouloir avancer, installe pokemon go. Promenades longues et sympa garanti, pour autant que tu laisses l’enfant tourner les pokestops et attraper l’une ou l’autre bestiole. Mon conseil cependant: évite de le laisser faire quand c’est un rare qui pop, tu t’en mordrais les doigts #JaiTestéPourVous.
[8] La gentillesse et serviabilité de cette enfant me tuera…

En plus sur la plage y avait quasi pas de témoins, tu parles d'une chance

En plus sur la plage y avait quasi pas de témoins, tu parles d’une chance

Aug 112016
 

Il était prévu qu’on reste deux nuits à Osaka avant de partir vers Kyoto.
Après avoir bien profité de la soirée, la première nuit s’est déroulée d’une traite et le lendemain, trois d’entre nous partait vers Himeji et son château.

Motivés. Sauf que j’avais pas prévu DU TOUT que les filles m’avaient laissé un petit cadeau de départ, histoire que je me souvienne bien d’elles, sous la forme d’une énorme gastro fulgurante, qui m’a laissée en plan pendant trois jours, me laissant penser que j’allais claquer et me faisant demander si mon assurance couvrait le rapatriement [1]

Gastro qui s’est déclarée évidement un peu avant de prendre le train, après s’être tapé une demie heure de métro et qu’on était partis pour facile 1h30 de tchouktchouk.
Alors que mon estomac tentait de divorcer de moi de façon totalement horrible: mix d’alien et de la remontée des saumons lors du fray. Heureusement pour moi, les désordres n’ont été que d’ordre stomacal. Je peux donc te dire que j’ai testé pour toi vomir discretos [2] dans un sac plastique au milieu de la gare de Shin-Osaka, sans rien laisser soupçonner aux gens autours de nous, pendant que la pauvre, pour préserver son anonymat, nous l’appelleront Babadouk, essayait de se pousser pour qu’on ne voit pas qu’on était ensemble.

Arrivée du train, un superbe Shinkansen, au nez effilé, aux sièges confortables et inclinables, a l’airco réglable et je comate jusqu’a l’arrivée, un sac à vomis près de moi, ocazou.

Il faut dire que dehors il fait particulièrement chaud, genre 33° et que le taux d’humidité est aux alentours de 95%. Un vrai sauna, et quand on a l’estomac qui tente de reprendre sa liberté, ça n’aide pas.

On sort de la gare, devant nous, à deux kilomètres, le château, visible dans la brume. On se dirige vers lui, à petits pas de bigotes

Un bus pourrait nous y amener, mais c’est payant, puis ça nous permet un peu de découvrir la ville.

Pour le chateau? Ben il suffit de lever la tête en fait

Pour le chateau? Ben il suffit de lever la tête en fait

On arrive dans l’enceinte du château. Les douves, le pont, et le bâtiment qui nous surplombent sont vraiment impressionnants.

Du monde? Non je ne vois pas de quoi tu parles. Arrête de raler, il fait beau en plus

Du monde? Non je ne vois pas de quoi tu parles. Arrête de raler, il fait beau en plus

On se promène dans les jardins et arrive la première partie de la visite ou il faut se déchausser. Les planchers étant antiques et vénérables, les lieux de déchausse, tels les temples et autres maisons sont légions. On nous fourni donc un sac ou mettre nos chaussures et c’est partie pour la découverte du long couloir, bâtiment d’époque, extrêmement long. Des enfilades de pièces avec vue sur le parc du château et moultes objets exposés. Il fait aux environs mourir. Près des fenêtres ouvertes des groupes de gens se posent pour capter un peu de l’air moins chaud de dehors.

Le parquet est glissant en chaussettes,en cause certainement le vernissage du bois fait par un psychopathe du brillant et vu que je suis a deux doigts de tourner de l’oeil, je me traine de pièce en pièce en regardant et puis en m’accroupissant dès que je peux.
J’avoue avoir végété bien dix minutes devant une maquette dépeignant l’évolution des environs depuis avant l’avènement du château jusqu’à nos jours.
Quand on ressort de là, une nana me voyant a l’état de loque post-humaine me file une bouteille de pocari sweat, boisson qui deviendra ma compagne de route pour tout le voyage; pour éviter que je ne meurs là, sur la dalle ou on remet ses chaussures.

On continue a monter, vu que le château se trouve au sommet d’une colline.
C’est là qu’avisant un banc, le seul qu’on aura croisé, je m’affale et leurs dit de me laisser mourir là, j’attendrai qu’ils reviennent de leur visite.
L’endroit est plaisant et calme, j’ai vu sur le château et une brise régulière vient me susurrer à l’oreille que je ne mourrai pas tout de suite.

Le cadavre sur le banc? Oui c'est moi, non je ne suis pas encore morte, veuillez ne pas m'incinerer

Le cadavre sur le banc? Oui c’est moi, non je ne suis pas encore morte, veuillez ne pas m’incinerer

Sur les quasi deux heures que dureront leur visite, je comate, assise sur mon banc, passant par des phases d’endormissements avec pour compagnie les cris des oiseaux et le bruit de la foule, silencieuse, mais pas trop qui monte a l’assaut du château. Ah, et de quelques personnes venues s’assoir près de moi, le temps se de reposer.

Quand finalement, ils reviennent me chercher, une guide, voyant ma figure verte et en vrac, nous raccompagnera a contre sens vers la sortie, avec moultes courbettes et “genki desuka?” espérant que je ne lui claque pas entre les doigts.

A la sortie des figurants en costumes d’époques se prêtent au jeu des photos

Greuha, You shall not pass. Ou à peu près

Greuha, You shall not pass. Ou à peu près


Même qu’ils sont un peu insistant pour prendre des photos avec les enfants et les touristes. Je suis gentille, je t’épargne celles avec moi
Roger, nous avons un groupe de gaijins devant nous, je répète, gajins à deux heures

Roger, nous avons un groupe de gaijins devant nous, je répète, gajins à deux heures

Grace à ce petit intermède je me sens un peu mieux, et peut donner à Loup toute latitude pour faire ses photos

Bwahahaha, cest moi le maitre du chateau, tremblez pauvres mortels

Bwahahaha, cest moi le maitre du chateau, tremblez pauvres mortels

C’est intéressant de voir le nombre de statues se dressant sur le chemin entre le château et la gare. Des statues de toutes sortes, hommes, femmes enfants, plus ou moins habillés.
Loup qui n’avait plus vu Lagluante© depuis deux jours s’est mis en tête que l’une d’elle était sa maîtresse, il a été assez difficile de l’en déloger

Mais puisque je vous dis que c'est Lagluante, laissez moi ici bordayl!  >_<

Mais puisque je vous dis que c’est Lagluante, laissez moi ici bordayl! >_< [/caption]

On peut noter aussi que le dépaysement par rapport à la Belgique est moindre et peut se faire attendre, on a la solution pour se sentir malgré tout chez soi [3]
[caption id="attachment_3388" align="aligncenter" width="695"]Une petite gauff' au suc'? Une petite gauff’ au suc’?

Retour par le train et métro, ou j’ai pu remarqué chez certaines le soucis du détail quant à l’accordage de leur chaussures avec les chaussettes

T'as pas de paillettes? Tu peux pas test...

T’as pas de paillettes? Tu peux pas test…

C’est a peu près la que j’ai découvert le hashtag #OnlyInJapan, qui allait me poursuivre tout le long du trajet. Que ça soit les toilettes et leur utilisation disons,… aléatoires aux premiers essais, les statues bizarres, les gens aux comportements bizarres, les situations cocasses à poils dans les onsens [4], les nons sens, enfin toutes des choses dont je te parlerai ultérieurement et un paquet d’anecdotes que je compile.

Pour entrer simplement, et vu qu’on peut en trouver un peu n’importe où, même en Belgique, c’est dire, le mur d’escalade exterieur sur un grand immeuble, que t’as qu’une envie, voire ou est l’entrée et aller tester

Tu as foiré ton jet de résistance, allez, viens à moi maintenant.

Tu as foiré ton jet de résistance, allez, viens à moi maintenant.



Je veux je veux je veux.. je *Baf*  On dit pas "je veux, on dit je voudrais"

Je veux je veux je veux.. je *Baf*
On dit pas “je veux, on dit je voudrais”

Pour la suite et fin de la journée? Retour à Osaka, visite de ses rues et galeries commerçantes, bourrées de monde à tout heure du jour et de la nuit, histoire de te donner un avant-gout de Tokyo
Non mais vraiment, tu me crois pas? Attends, vidéos prises par mes soins, 100% pas retouchées. Quand on parle du bruit qui peut se faire étourdissant, c’est une belle illustration. Que ce soit le brouahaha de la rue, ou les différentes personnes qui beuglent à qui mieux mieux dans leur micro, répandant leur boniments en contrepoint des jeunes voulant faire connaitre leurs talents de chanteurs.


Même que tu dois faire attention en même temps à ne pas foncer dans les gens, ne pas te faire foncer dedans et ne pas perdre un truc par terre, auquel cas il sera lamentablement piétiné jusqu’à ce que mort s’en suive

Et puis c’est le moment dont Muriel Robin ne parle pas dans son sketch. Je pense sincèrement, au vu de nos expériences japonaises, qu’il est plus facile de diviser une addition en six, que de trouver un restaurant ou on puisse tous manger. Particulièrement à Tokyo et sans réservation #Yolo.

Certains restos sont spécialisés, d’autres plus généralistes, c’est dans l’un de ceux là qu’on se dirige ce jour là. Très bon. Il faut savoir qu’au Japon dans à peu près n’importe quel resto, de la gargote de quartier au shabu-shabu prestigieux, en été on te fournit une serviette (chaude ou froide) dès que tu arrives pour te rafraîchir un coup, ce qui au vu des températures n’est pas du luxe. Et que généralement l’eau et/ou le thé te sont fournis gracieusement. En plus du système old school de sonnette pour appeler le serveur une fois que tu es prêt à commander. Que ce soit via les menus en full japonais, avec ou sans dessins, en anglais, ou via la vitrine avec ses répliques de plats plus vrais que nature.

Ce soir là, on s’est divisé entre bouffeurs de ramen/udon et c’était diablement bon. La commande s’est passé sans encombre et personne n’a été là pour vérifier si on mangeait bien tout convenablement, [5] et c’est la panse repue qu’on est reparti affronter la nuit et ses danger

Udon froide et tempura. Un vrai délice

Udon froide et tempura. Un vrai délice


MES ramens au K-nard, bas les pattes ou j'te bouffe.

MES ramens au K-nard, bas les pattes ou j’te bouffe.

Quels dangers me diras-tu. Le Japon est un pays extrêmement sécuritaire ou tu ne risques rien. C’est vrai. TOI tu ne risques que rien. Ton pognon par contre, c’est une autre affaire. Entre les trucs kawaii et pas trop chers [6], les salles d’arcades pleines de jeux et peluches qui ne demandent qu’a se faire attraper par des pinces qui curieusement n’y mettent pas du leur,elles

Atrapay les tous, 100yens l'essai. Tu en dépense 2000 que t'as rien vu venir

Atrapay les tous, 100yens l’essai. Tu en dépense 2000 que t’as rien vu venir


Les jeux style mario Kart, Resident Evil, dans une pièce sombre avec banquette vibrantes et araignées qui te sautent a la gueule; Setchaya a essayé une fois, plus jamais il a dit, on a cru mourir de peur. Et pourtant c’était en 2D. Je l’ai refait plus tard avec Babadouk en 3D, et c’était encore plus flippant.

Puis après c’est Merlinou qui à traumatisé les japonais présents en faisant un high score au tape-taupes en utilisant la méthode dite de la Brute Berserk [7]

Tu ne vas pas crever, VDB? ... En fait si

Tu ne vas pas crever, VDB? … En fait si

Je ne te parlerai pas de la simulation de taiko ou j’me suis amusée comme une petite folle en martyrisant ce pauvre tambour et en faisant un score pas trop dégueux.

La nuit est encore jeune, qui dit ville, dit loisirs branchés, comme le karaoké \o/

On va tout cassay, c'est le karaokayyy \o/

On va tout cassay, c’est le karaokayyy \o/


Nous voici donc à tester notre premier karaoké, avec un gars a l’accueil ne parlant pas du tout anglais. On se débrouille avec nos maigres connaissances en japonais pour savoir s’il y a aussi des chansons anglaises => utau? english?

Apparemment c’est le cas, on prend notre ticket et c’est parti pour une demie-heure, dont on prendra la première partie pour comprendre comment marche la tablette pour envoyer les chansons. Facilement en fait, c’est juste nous qui ne sommes pas doués, et puis c’est parti par la folie, on chante comme des gorets qu’on égorge, dans cette pièce capitonnée a l’odeur de tabac froid et au charme désuet des années 70, avec boissons à volontés et tambourins pour accompagner le chanteur.

Hey Mister Tambourine Man, play a song for me

Hey Mister Tambourine Man, play a song for me

Pour ce premier opus, on n’a pris que des valeurs sûres. Blondie, Madonna, Adèle, …

Note le subtil sous-titre en katakana et le charme désuet du décor

Note le subtil sous-titre en katakana et le charme désuet du décor

Le téléphone de la pièce sonne, il est déjà temps de redescendre. On paye en effet a la fin et à la durée. Du coup on aurait très bien pu prolonger, mais il se fait tard et la fatigue se fait doucement ressentir. D’autant que le jour d’après se révèle chargé [8]

On retraverse les galeries et direction l’hôtel et sa superbe vue pour la nuit.

Il faut avouer que le décor des plafond était vraiment bien sympa, plein de miémières

Il faut avouer que le décor des plafond était vraiment bien sympa, plein de miémières

Et pour terminer sur un wtf, admire le sac là au milieu, oui oui, le felindra, tête de tigre, que mon chéri il a pas voulu que je m’achète [9]

Félindra, tête de tiiiiiiik'

Félindra, tête de tiiiiiiik’

Et je ne pourrai pas te laisser sans te parler du pachinko, sorte de flipper vertical japonais qui fait un bruit de fous, a plein de miémières et fait ressembler ses devantures a un truc pour enfant sage, vu comment tellement c’est pire à l’interieur

[1] De cadavre, vu l’état de décomposition avancée dans lequel je me trouvais.
[2] Merci les grossesses et leurs lots de vomissements multi-journaliers qui m’ont appris à vomir sans faire de bruits. Je me demande a quel niveau de compétence ça se place.
[3] En vrai on a pas essayé, on venait d’arriver au Japon. On l’aurait vu genre au quinzième jour, on se serait bien laissé tenter, pour voir.
[4] Qui peuvent être un chouya traumatisant quand tu fais ton 90C minimum ^^;
[5] Cela te sera raconté plus tard dans un post “anecdotes japonaises”
[6] Coucou Hello Kitty, Coucou Sailor Moon, coucou Capsule Corps, coucou Pokemon
[7] Comment ça “j’exagère” et ce n’est qu’une rentabilisation des coups?
[8] Je te mentirai pas, tous les “jours suivants” le seront en fait.
[9] On se demande bien pourquoi

Aug 082016
 

Depuis toute petite, un peu grâce ou à cause du Club Dorothée puis de Glénat, Dargaux et les autres, j’ai envie de partir au Japon. D’ailleurs je m’y étais préparée: découverte de la culture, apprentissage de la langue avec Setchaya et Watanabe Sensei [1], prévu des choses à voir, imaginé le voyage, bref, je trépignais d’impatience à l’idée de partir depuis au moins 20 ans.

Du coup, quand finalement s’est profilé l’occasion de partir, j’ai sauté dessus, et c’est à six qu’on s’est envolé le vendredi 15 juillet vers la capitale du pays du soleil levant; avant de prendre directement après un autre avion vers Osaka.

Alors inutile de dire que ça va parler Japon pendant quelques posts. Du coup si ca ne te dis pas, ne lis pas, regarde juste les photos (ou pas). Du reste, ça serait quand même dommage de ne pas lire parce qu’il va y avoir du lourd niveau anecdote.

Niveau pratique, on s’est adressé à une agence pour nous faire les réservations d’hôtels, d’avions et le railpass, petit ticket bien pratique nous permettant de prendre quasi tous les train de la JR et de réserver nos places gratuitement (sans ça, il y a un supplément de 5€ et le train au Japon, c’est pas donné)

Pour les filles, on les avait casées chacune chez une paire de grand-parents histoire que tout le monde survive et que personne ne s’étripe.

L’avion était à 21h. Quand on est arrivé a l’aéroport, déposés vite fait sur le parking, Lagluante© telle la grande de sizans&demie qu’elle était a retenu ses larmes en nous voyant partir.

Passer la sécurité, les bagages et les controles s’est fait sans soucis, et pour une fois, mon nom n’est pas sorti de la machine en annonçant une grande criminelle, pour changer.

Vu qu’on avait plein de temps, on s’est posé pour un ptit Starbuck en parlant de ce qu’on allait faire une fois là bas. C’est là que Loup et Ketsu en on profiter pour se faire la malle et prendre le contrôle de mon appareil photo.

C'est à bouarre à bouarre à bouarreuuuuh. C'est à bouarre kilmefooooo  (oui il est un peu stressé en avion)

C’est à bouarre à bouarre à bouarreuuuuh. C’est à bouarre kilmefooooo
(oui il est un peu stressé en avion)

Casse toi de là, le sucre,c'est pas pour les K-Nart

Casse toi de là, le sucre,c’est pas pour les K-Nart

Une fois installés dans l’avion c’est parti pour 12h de vol. Heureusement on avait les places à coté de l’issue de secours, donc plein d’espace pour les jambes. Bon après, 12h de vol c’est long, très long. Alors quand tu dois t’enquiller encore 2h pour arriver a destination, c’est un tantinet rebutant.

Oh mais quelle jolie vue, vraiment. Mais c'est bon maintenant, vire moi de ce  pu*** de hublot.

Oh mais quelle jolie vue, vraiment. Mais c’est bon maintenant, vire moi de ce pu*** de hublot.

Heureusement, on avait un peu de battement entre les deux vols et une charmante hôtesse pour nous guider dans le dédale de Narita pour prendre le second vol. D’autant qu’il fallait récuperer les bagages, passer la sécurité, redonner les bagages et être a l’embarquement à temps. Epreuve réalisée avec succès [2]

Une fois à Osaka, trouvé le bon bus qui nous ammenerait vers l’hotel, prendre les tickets et pour ça comprendre la machine qui les vends.

Alors si mon japonais ne me trompe pas, ce serait plutôt par là...

Alors si mon japonais ne me trompe pas, ce serait plutôt par là…


Se diriger vers le bon bus limousine qui devraient nous ammener a quelques centaines de mètres de l’hôtel
Facile je te dis, bus JR pour Nanba.

Facile je te dis, bus JR pour Nanba.


Et enfin trouver l’hôtel qui se trouvait au sommet d’une tour de magasins, lui même un dédale complet. Le tout sans internet, mais avec une carte japonaise tagguée [3].
Ce fut sportif, stressant, mais j’avoue, la vue de la chambre valait bien tout ces désagréments, et avant de descendre manger, on s’en est mis plein les mirettes.
De toute beauté, vraiment

De toute beauté, vraiment


Je suis le maitre du monde MOUAHAHAHAHAHA (bon maintenant repose moi, j'ai le vertige)

Je suis le maitre du monde MOUAHAHAHAHAHA
(bon maintenant repose moi, j’ai le vertige)

Pour manger, on s’est laissés guidés par nos pas dans les ruelles d’Osaka, remplies de monde, de crabes,

Bienvenue au crabe croustillant

Bienvenue au crabe croustillant


de poulpes

Vous avez demandé Chtulhu? Ne quittez pas.

Vous avez demandé Chtulhu? Ne quittez pas.


pour finalement se laisser tenter par de délicieuses okonmiyakis dont on a fait qu’une bouchée. Et qui était vraiment très très très très bonne, j’en salive encore rien que d’y penser.
Bon on a du attendre longtemps pour les avoir, ce qui nous a encore permis de rire et dire des tas de conneries
Bon alors, ça vient?  J'ai faim.

Bon alors, ça vient? J’ai faim.


De saliver quand les premières sont arrivées mais que nous on devait encore attendre les notres
On salive

On salive


Laissez moi manger, j'ai faim moi >_<

Laissez moi manger, j’ai faim moi >_< [/caption]
Avant de finalement se jeter sur les notres et de se remplir la panse avec satisfaction.
[caption id="attachment_3378" align="aligncenter" width="597"]On coupe sur la plaque et on met dans l'assiette, Itadaikimasu On coupe sur la plaque et on met dans l’assiette, Itadaikimasu

Pour finalement retourner à l’hôtel, fatigués et heureux, le ventre rempli et rêver à nos aventures japonaises…

[1] Qui ne s’est jamais remise du fait que j’ai pu avoir un enfant et encore moins une petite blonde aux yeux bleus, totemo kawaii en kimono
[2] Contraiement à ceux sur le retour qui devaient partir sur Manchester ou Geneve depuis Zaventem et qui ont loupé leur correspondance à cause du retard pris a Narita
[3] Mon conseil? Ne crois pas leurs cartes. Jamais. Non seulement elles sont orientées n’importe comment avec le nord aléatoirement en bas, a gauche, à droite, en haut parfois, rarement, mais en plus, elles sont pas toujours précises ou a l’échelle.

Jul 082016
 

Tavu, on est vendredi soir et [ATTATION INSERER ICI UN GROS SPOIL, SI TU VEUX GARDER LA SURPRISE, PAS LA PEINE DE SCROLLER JUSQU’AU POINT 1. SINON SCROLL] les vacances suivent leur long fleuve pas si tranquille que ça. J’ai eu la (mal)chance pour cette première semaine d’avoir les deux filles tout du long. C’est sympa mais sportif. Du reste, la semaine prochaine, Lagluante© est en stage vélo avec son cousin et je serai donc en tête à tête avec Laglue© à nous Warcraft, en espérant qu’il soit encore au cinéma.

Bref, ce fut une semaine éminemment soutenue. A savoir qu’un week-end avait suffit a recharger leurs batteries, elles étaient totalement au taquet. Contrairement à leur mère qui trainait la patte et dont la paupière sautillante laisser supposé que comme les bêtes, on pouvait bien l’achever. Chose faites dès le lundi après-midi avec un saut au Chateau d’Ice. Mais si, je t’en ai déja parlé ici le paradis des enfants, avec ses trampolines, piscines à balles, toboggan et son toboggan de la mort, que Lagluante© adore d’amour profond, mais uniquement dans les bras de maman [2].

D’habitude c’est bourré de monde, ici il devait y avoir une dizaine d’enfants à tout casser. C’est bien, ça fait moins de bruits, c’est moins bien, le pool de copains potentiels pour les filles est plus réduit. C’est horrible quand il ne reste plus que nous et que nous avons donc un accès illimité au toboggan de la mort et ses 25 marches [3].

Lagluante© évidement totalement enthousiaste et faisant peu de cas de mes genoux m’a tanner pour le faire en boucle pendant une demie-heure. Résultats, les superbes chaussettes que tu as vu dans la vidéo étaient trouées de chez trouées et mes nouvelles chaussettes a moi en dessous, aussi. Pour ce qui te restait de dignité, tu l’as perdue en faisant des étirements histoire de pouvoir marcher le lendemain.

Le pire c’est que même en canalisant leur énergie comme ça, je n’ai pas échappé a la balade post-digestive avec les filles.

Mardi, j’avais promis un nouveau tour à la piscine [4], mes courbatures, les filles et moi même nous rendons donc au bassin. Sur l’heure de midi histoire qu’elles profitent un peu de leur père et moi pour faire quelques longueurs. Je peux d’ors et déjà te dire, que les sinus ca se nettoie très bien à l’eau non chlorée, tout en faisant aussi mal qu’avec son homologue et que l’air ce n’est absolument pas surfait pour survivre, même quand tu es non vivant.

J’admire aussi la flottabilité négative de Lagluante© qui malgré ses brassards parvient a te coller au fond du bassin sans aucun soucis. Par contre j’ai commis l’erreur, comme une vulgaire primi de laisser les deux filles dans la même cabine. Si au déshabillage ça ne posait pas trop de problème, le rhabillage s’est fait dans une multitude de cris, de pleurs et de questions des gens alentours de savoir s’il fallait appeler la police pour un meurtre ou si c’était normal…

Rajoute a ca une promenade encore, qui nous a permis de découvrir un Arbre Sauvage

Je te vois, crains mon courroux, mortel

Je te vois, crains mon courroux, mortel


que donc maintenant on salue a chaque fois, pendant que les filles se tapent la causette avec lui et que les gens autours de toi font un va et vient circulaire de leur index sur leur tempe a mon encontre. [5]

Mais attention parce qu’avant on a été dans le tunnel qui s’écroule une fois qu’on retire son diamant, courrons vite vite vite avant de se faire écraser par les éboulements et les filles ont rajouté une étape tristesse pour pleurer un coup devant le Gary abandonné au pied d’un arbre, me suppliant de l’adopter…

S'il vous plait, adoptez moi ou jetez moi au parc a conteneurs

S’il vous plait, adoptez moi ou jetez moi au parc a conteneurs

Du coup un trajet qui te prend normalement cinq minutes a pied en te trainant en prends quinze avec risque d’internement…

La suite? On a profité du Decathlon qui n’était pas loin pour essayer tous les sports en démo, ping-pong, mini-golf, flecbettes, billard,…
Billard qui a d’ailleurs failli mal se terminer parce que l’une comme l’autre sont incapables de faire que la queue n’aille pas magiquement dans la tronche de sa voisine.

Je te passe la partie “essayons de marcher sur le fil tendu sans se peter la *aiiiieuh ma cheville, bouhouhouh ouinouinouin, maman porte moi”, pour terminer dans leur espace de test exterieur avec jeux de raquettes, foot et basket.


Rajoute la partie “faire des courses alimentaires vite-vite-vite avant que le magasin ne ferme” et c’est deux gamines ultra crevées que j’ai eu sur les bras au retour.

Mercredi, je les ai lâchement abandonnées a mes beaux parents, le temps d’aller faire un petit tour sur Bruxelles récuperer des papiers et voir Setchaya. C’était un peu comme des vraies vacances.

Jeudi et vendredi? Rebelotte: piscine avec des palmes cette fois ci, j’ai décidé de muscler un peu le gras qui me sert de cuisse sans m’exploser les genoux, et de fait ca a l’air plutot bien, je m’explose les mollets a la place. Elles sont restées des heures dans l’eau, a jouer, nager, se couler. Rajoute a ca qu’avant on avait fait une cholie promenade avec une pause a la crêperie bretonne avec Setchaya à nouveau.

C’est bizarre comme le temps passe vite en fait, parce que de nouveau, on était vachement à la bourre pour les courses alimentaires et la réunion que j’avais à 20H le jeudi soir.


Et aujourd’hui? Et bien écoute, les lambeaux qui me servent de muscles se sont trainer avec les filles chez Oh Green après la piscine, puis à la bibliothèque. Ensuite on s’est dit qu’on testerait bien pokémon go et voilà que je ne sais plus marcher…

Heureusement que demain c’est le week-end hein, qu’on est deux et qu’on va pouvoir se repo..
… Ah merde, je t’ai dit que je contais dimanche au festival de l’Ourthe Bleue et qu’on fait aussi la parade?
Hashtag mourir, hashtag mais qu’elle idée j’ai eu, hashtag je veux MES vacances

[1] J’ai survécu \O/ Et les filles aussi. Et je t’avoue que vu le contexte, et la conjecture conjecturale c’était pas gagné gagné hein
[2] Note bien que je ne m’en plein pas hein, j’adore ce toboggan aussi, ça tombe bien
[3] Je le sais, après le dixième tour, je les ai comptées
[4] Vive les cartes 10 entrées. Tu payes en une fois, t’as plus à t’en soucier après
[5] Allo oui, say moi la folle qui fait parler les objets

Jul 012016
 

Pour pimenter ces vacances et jouer à Kholantha chez soi, j’ai proposé aux filles qu’on s’entretue, mais avec des règles kanmem’ sinon c’est pas gérable.

En ce premier jour de vacances, donc, tout le monde à survécu. Ce n’était pourtant pas faute d’avoir essayé de me débarrasser “discretos” [1] des filles

Le matin en les laissant jouer seule avec des playmobils. Oui, les mêmes. Elles ont failli s’égorger avec la dernière corne de licorne disponible dans le tas de “petites pièces retrouvées esseulées et pas encore dans l’aspiratueur“, mais on réussi leur jet de sauvegarde, rapport que y avait piscine de prévue cette après-midi.

Tous allo/ a l'eau

Tous allo/ a l’eau


Oui je sais, je suis joueuse, aller a la piscine un premier jour de vacances, peut revenir à jouer a Jesus et traverser le bassin de part en part en marchant sur l’eau [2], mais avec ce temps plus que maussade, avec des moyennes saisonnière en dessous de 4° [3], y avait pas tellement foule au portillon en fait.

J’avais bien prévu des brassards parpaing pour la petite qui ne sait pas encore nager et des poids de cheville pour la grande, mais malgré tout mes efforts, elles ont survécu. Moi nettement moins. Un conseil, évite que Lagluante© ne te marche sur les épaules si tu ne veux pas tenter la réanimation post noyade. C’est pas cool. D’autant que juste avant tu t’es explosé les tympans parce qu’elle t’a pris par surprise et que tu n’as pas eu le temps d’équilibrer tes oreilles vu que tu te noyais. Manque de bol pour elle, grâce a ma compétence respiration zombie, j’ai survécu. Match nul donc. D’autant que j’aurais pu me noyer toute seule, vu que j’ai pu me payer le grand luxe de faire dix longueurs SEULE, tandis qu’elles s’entretuaient dans la pataugeoire et que je nageais tête hors de l’eau histoire de toujours avoir la vue sur elles. Je pense que j’ai un petit peu effrayer mes compagnons de ligne d’eau. Non parce que, tu vois une araignée ou un crabe nager? C’est à peu près ce que j’ai fais en fait

Suite du programme, quelques courses rapides, genre six boites à thés pour rangé les sachets, de quoi créer un calendrier des vacances et j’essaye de les brûler au trouze millième degré à l’aide de gaufres de Liège. Manque de pot, elles avaient des glace pour contrer ma chaleur. Match nul toujours donc.

Après l'effort le réconfort

Après l’effort le réconfort

Promenade puis j’ai tenté de les perdre au décathelon, ou j’ai désespérément chercher des chaussures pour remplacer les skitters qui tentent de me tuer depuis près d’un an. Ca au moins c’est réussi. A moi les superbes Salomon ultra X, qui ont l’air a priori confortables. Enfin sur les deux kilomètres déjà marchés avec, ca tient et c’set confortable

Je comptais sur l’espace trotinettes et rollers sans casques pour me débarrasser de ces enfants, mais c’est raté. Surtout parce que la petite a préféré jouer sur la zone de test des chaussures de rando. Je leur ai juste collé la honte vu que mes chaussures je les ai gardées aux pieds pour les tester dans TOUT le magasin et que donc, je suis passée a la caisse en CHAUSSETTES, ben oui, j’allais pas remettre mes ballerines alors que j’avais mes chaussettes de marche quoi.

Vous ne m'aurez pas, ce soir je vous brûle...

Vous ne m’aurez pas, ce soir je vous brûle…

Vu que le temps nous était compté, j’ai retenter de les perdre au delaize, on est arrivées a l’heure de la fermeture, avec un peu de chance, elles pouvaient y rester coincées. Ben raté. Elles ont senti l’arnaque et sont restées collées à moi [4]

Pour la suite, ma tentative d’étouffement avec arrête de saumon a lamentablement foiré. Mais je n’ai pas dis mon dernier mot, dans quelques minutes (il sera 22h) je les emmène pour une promenade dans la nuit. Avec un peu de chance, je devrais pouvoir les perdre au milieu des champs ou dans un gros tas de boue…

[1] Un accident est si vite arrivé, quel dommage
[2] Tu connais pas le jeu “saute épaules”? C’est super sympa pourtant

[3] Comme un certain quatre – zéro, coïncidence? Je ne crois pas
[4] Sauf la petite évidement, qui courraient partout alors que les lumières s’éteignaient…

Jun 302016
 

Je savais que ça allait arriver. Je décomptais les jours, les filles aussi du reste, mais pas pour les mêmes raisons. Naïvement, je pensais qu’avec un peu de chance, juin viendrait deux fois, ou alors qu’on sauterait a septembre directement, avec une action fastforward [1]

Ou alors qu’un trou quantique s’ouvrirait et que j’aurais de quoi occuper les filles sans moi pendant deux mois.
Mais voilà, on est le 30 juin, l’école est sur le point d’être finie, voire finie pour la Belgique et je récupère deux monstresses surexcitées qui vont passer les vacances à vouloir s’entretuer.

Tu me diras que je l’avais voulu et que j’ai qu’a assumer mon statut de pécheresse [2] ou a passer l’équivalent du PIB belge en stage de vacances, mais vois-tu, j’aimerais aussi profiter un peu de mes enfants [3]

Bref, il va falloir déployer des trésors d’ingéniosité pour les occuper, les empêcher de s’étriper et passer quand même de (trop rares) chouettes moments ensemble.

Bon bien sûr on a joué aussi la carte stage, pour que les filles puissent aussi profiter de leurs parents un peu, en s’arrangeant pour que certaines semaines, il n’y en ai qu’une en stage. Mais globalement, ca fait quand même (trop) peu de stage. Et donc beaucoup de temps a passer ensemble.

Vu comment elles sont trop chiantes, ne se supportent plus et sont sur les rotules, je sens que je vais pleurer ma mère quant à l’occupation du temps que je vais être avec elles [4]

Bref, adieu tranquillité en journée, on se retrouve en septembre. Si je survis jusque là…

[1] Malheureusement, on m’a fait remarquer que cette probabilité était encore plus basse que celle de lancer mille fois mille dés cents et d’obtenir pour chaque essai cent. Pourtant, il me semblait qu’on pouvait tromper mille fois mille personnes…
[2] Coucou Vanyel, coucou les gens parfait
[3] Dix minutes par jour, hors week-end, me semble raisonnable.
[4] Mère indisponible d’ailleurs parce qu’en vacances et/ou au travail. Tu la sens ma grande lassitude?

Jun 062016
 

Comme on ne change pas une équipe qui gagne, laisse moi te conter mes dernières péripéties.

Déjà, jeudi matin je devais être présente à genre 9h du mat a la capitale, pour passer la première partie de ma certification CCNP. Oui, avec les grèves de trains. Rentrer dans la ville, aller jusqu’au centre, toussa toussa.

J’ai préféré prendre les devant en y allant déjà mercredi soir et passer la nuit chez mes parents. Sauf que j’avais cours avant. Quand finalement je suis partie vers 21h10, le ciel avait une sale couleur jaune et les nuages semblaient avoir de sérieux soucis d’énurésie.

Le temps d’arriver sur l’autoroute, on ne voyait plus la route justement, le ciel était noir, c’était ligth party dans les nuages et pour se guider on suivait les anti-brouillards de la voiture devant.


C’est quand je pensais que ca pouvait pas être pire que l’inondation est arrivée: sous l’intensité des flots, 2-3 cm de flotte sur la route,aquaplanage tout du long, visibilité nulle avec ou sans essuies-glaces et tu pries pour rester dans les ornières du camion histoire de pas quitter la route. Vitesse de pointe, 30km/h et de plus en plus de monde sur la bande d’arrêt d’urgence. Je continue vaille que vaille, pas envie de me faire bourrer le cul en m’arrêtant. Le vacarme est assourdissant, c’est même pas la peine de tenter d’écouter la radio et je suis tendue a l’extrême, naviguant au petit bonheur la chance.Quand soudain, au mètre près ça s’arrête, d’un coup. [1]

J’arrive sans encombre. Le lendemain je vais pour passer la certif. Je suis obligée de prendre un ascenseur pour monter au troisième étage. Ascenseur qui bien évidemment reste bloqué quelques minutes entre deux étages. Je te passe l’alerte incendie pendant que je passais l’examen et l’ascenseur à nouveau à l’arrêt pendant ma descente. Normal life for me.

Du reste, elle est réussie, mais je t’avoue que j’hésite a aller passer les deux autres parties dans ce centre.

Samedi c’était au tour de Lagluante© de s’illustrer dans la maladresse. Ce jour là, on était en répétition dans une église pour l’examen du cours d’orgue, vu qu’ils présentaient la pièce le secret de Fifaro l’organiste et que nous on racontait l’histoire. Quand je dis nous, c’est une équipe de trois. Deux gars et moi. Tous égaux dans le pots de fleur à la tronche et les gentillesses gratuites. Comme qui dirait, on s’aime.

Bref, Lagluante© qui trouvait le temps long n’a rien trouver de mieux que de se fracasser la tronche sur l’autel, l’orgue couvrant ses hurlements et de revenir vers moi, la bouche en sang et l’incisive du bas branlante. Elle est tombée le vendredi suivant. Paye ta culpabilité.

Ce matin, j’ai pris quelques minutes pour me coiffer. Une tresse façon Frozen, enfermée dans un chignon, rapport à l’humidité ambiante. A midi mon poil de tête avait décidé de faire la fête sans moi et sans me prévenir. Résultat, même River Song avait l’air mieux peignée que moi. Je ne suis pas vexée DU TOUT. Saloperie de cheveux.

Pour parfaire cette journée, en reprenant ma voiture sur le parking aujourd’hui, elle a fait “Krong” au démarrage. Un bruit de taule qui n’augure rien de bon. A chaque démarrage elle faisait plus ou moins krong. Fort. En soi c’est pas grave hein, tu sers juste les fesses espérant pouvoir rentrer avant que ta bagnole ne dégueule son dessous de caisse.

Sauf que ce jour là justement, comme tous les autres jours, un flic faisait la circulation sur les rond-points. Et que une voiture qui fait Klong-Krong-Krrr ca ne passe pas forcément incognito. Vise donc le flic qui se retourne, l’arme au poing vers toi. Que tu hésites a lui faire un grand coucou avec la main, un sourire plein de dents vissé sur ta face ou a t’aplatir sur ton siège en espérant ne pas te faire canarder [2].

Heureusement pour moi, j’ai pu passer sans avoir la fouille de bagnole bizarre. J’ai serré les fesses pour arriver jusque chez bô-papa. Parce que le truc sous ma voiture même s’il ne faisait plus klong-krong-krrrrrrr sur l’autoroute faisait quand même bien falbalabalabla-glanglanglan [3], me faisant demander a quel moment au juste j’allais soit m’envoler vers l’infini et au delà soit tel un TARDIS me dématérialiser vers une autre époque/planète.

Fort heureusement pour moi, rien de tout ça. Je suis arrivée en un seul morceau. Quand bô-papa a récuperer la voiture elle faisait plus chkablank-krrrrr qu’autre chose, me faisant craindre le pire. Au final, c’est juste une plaque de protection d’alu qui s’était détachée pour vivre sa propre vie sous la bagnole. Depuis la réparation, elle est comme neuve.

Bon j’ai juste du rentrer avec les pleurs de Lagluante© dans les oreilles, outrée qu’on ai oublié de lui permettre de descendre dans la fosse pour voir à quoi ça ressemblait sous Cééé-Chaaan. Faut dire qu’elle avait été vraiment chiante tout du long et que ça donnait pas envie de lui faire plaisir.

Depuis j’ai juste une hâte, que cette série de la lose se termine et nous laisse un peu tranquille…

[1] Un peu comme ici en fait, à 43 sec
[2] Meunan je n’exagère pas, ou alors juste un peu.
[3] Le bruit d’une plaque qui s’agite et vibre dans la vitesse

May 292016
 

On sait tous ce que sont les bonnes résolutions pleines d’espoir, du type nan mais ce soir je me couche tôt [1], je vais faire régime [2], je vais me remettre au sport [3] voire je ne dormirai plus avec les filles [4]

Et donc après le fail lamentable avec Laglue© la veille, c’est donc Lagluante© qui s’y colle… Lagluante© elle est plus facile, le pire qu’il puisse t’arriver c’est de finir étouffée pendant la nuit parce qu’elle t’a fait un (trop) gros calin.

Donc cette nuit là, je suis monté me coucher a 1h30. Prise dans un labo Cisco, j’ai pas vu le temps passé et paf, il était déjà très tard. Quand je me glisse dans le lit, Lagluante© dort paisiblement, pour une fois de son coté. Je cherche la télécommande pour éteindre la lampe fantome qu’elle avait laissé allumé en blanc pétant [5] pendant bien cinq minutes. Impossible de mettre la main dessus. De guerre lasse, je murmure à l’oreille de la môme la question, la voilà qui telle un automate se lève [6], sort du lit, prend son petit sac hello kitty et ressort la précieuse télécommande. Me la tend. Se recouche. Puis se met a me parler.

Pour finir par se blottir dans mes bras, babiller quinze minutes et réclamer des grattes-grattes du dos.

Bien. J’étais fatiguée, je le suis plus trop à ce le moment. On s’endort. Après un temps qui me semble fort court, la demoiselle se met à me causer. Moi de lui répondre. Je me trouve bien fatiguée quand même. Je jette un oeil à l’heure. Cinq heures du matin. Je tente bien de lui dire qu’il est TRES tôt et encore l’heure de dormir rien a faire. Elle me tient la jambe pendant 3/4 d’heures, alors qu’on était quand même censé quitter la maison a 8h.

Evidement quand il a fallu se lever pour de vrai, elle a été super reloue, fatiguée et chouineuse.
Quant à moi? Ah ben écoute, j’ai tenu toute la journée avec des allumettes dans les yeux pour éviter qu’ils ne se ferment tout seuls. Surtout en conduisant. C’est moyen pratique de conduire les yeux fermés.

Du coup quand la nuit d’après, hier donc, je les ai clouées chacune respectivement dans leur lit avec baillon et ration de calmant pour être sure de pouvoir dormir, c’est tout naturellement que Murphy s’est radiné.

2h du mat. Je me lève pour aller pisser. Plounc fait mon hangout. Je regarde. Ho un message de Merlinou depuis Sans Francisco [7]. Un plan façon “au secours je suis à l’étranger, mes comptes sont bloqués j’ai besoin d’argent que faire?” [8]
J’ai bien tenté pendant deux heures de lui faire un virement via Western Union mais ca n’a pas marché.

Non parce que c’était pas un plan halacon© pour me soutirer du pognon via un compte mail piraté mais bien toutes ses cartes qui se retrouvaient bloquées et lui avec pas un sous en poche. Je crois que y a l’un ou l’autre banquier qui va avoir mal au cul vu son haut niveau de malédiction.

Quand finalement son problème fut réglé, il était quatre heures du matin, j’étais seule et j’avais besoin [9] j’avais plus trop sommeil et j’étais passablement vénère rapport que le site western union, il est pas très user friendly et full of mistakes.

Et la maintenant, a l’heure ou je t’écris, y a ma couette qui me regarde et me hurle “viens mon petit sushi, on va s’enrouler pour toute la nuit, bien trop courte à ton gout, mais ca sera bien”

 

[1] Nan mais raté, tu as voulu te regarder un ou deux épisode d’une série quelconque ou terminer un truc
[2] Mais je vais d’abord me reprendre une part de cette délicieuse tartiflette, ca serai dommage de jeter. Puis vu le temps ca sera stocker pour l’hiver prochain qui commence au 2 juin vu comment c’est parti
[3] Mais d’abord maigrir parce que sinon ca me fait mal aux genoux et au dos. Il reste encore de la tartiflette?
[4] Mouahahahahaa, c’est mignon, genre tu as le choix en fait
[5] Très certainement pour bouquiner, alors que je lui avais dit de dormir
[6]
Un peu comme l’automate ici, même timbre de voix, même démarche
[7] San Franciscoooooooo s’embrumeuuuuuh San Franciscooooooo s’embrummeuuuuuhhhh, Sans Franciscoooooooo

[8] Il aurait peut-être eu plus de chance avec Maurice Noêl, le prêteur que tout les bruxellois connaissent
[9] Je t’épargne toute la video, mais sinon la référence est a 1m11

May 262016
 

Je t’ai vu ricaner dans ton coin sur le post précédent, ou je parlais de mes nuits de cododo imposées par les filles.

Et bien sois, ravis, j’en ai d’autres a te proposer: après l’étranglement avec clef de bras et de nuque par Lagluante© avant-hier agrémentée de “si tu ne dors pas avec moi, je vais crier en hurlant très fort jusqu’à ce que tu veuilles bien”[1]; la nuit dernière, c’est Laglue© qui essayait de me tuer dans son sommeil.

Bon je m’étais dis que ca allait bien là, que si je voulais avoir une nuit un peu correcte on allait dormir chacune dans son lit et les doudous seraient bien gardés, mais en montant, j’ai croisé Laglue© qui errait comme une âme en peine dans le couloir [2] et devant sa petite mine toute défaite, lui ai permis de migré dans mon lit. Au déboté comme ça, ça m’a donné l’impression d’accueillir un zombie dans mon lit.

Vers les trois heures du matin, alors que je tentais de dormir entre ses invocations aux Grands Anciens, v’la t’y pas que cette andouille, 1m50 pour un truc genre 45kg se dresse sur le lit, façon exorciste, se tourne vers moi et me balance un coup de poing vers l’oreiller et l’endroit ou était posé ma figure bavante une seconde au paravant, et un coup de boule que j’ai juste eu le temps d’esquiver.

Avant de se retourner tranquilous en grommelant quelque chose. Le temps de calmer mes battements cardiaques et d’enlever le creux dans mon oreiller, j’ai cru que j’allais mourir.

Le lendemain évidement, la bougresse ne se souvenait plus rien, si ce n’est que je lui avais gueuler dessus pendant la nuit. Un truc genre “Non mais ça va pas ho?!”

Je suis plus très sûre sûre de vouloir dormir avec elles du coup. Non parce que bon, même si on dirait pas comme ça, je tiens un minimum à la vie. Et n’ai plus aucun doute sur le fait que mes propres filles, la chair de ma chair ne me veulent pas que du bien.


J’ai peur. Je vais pas survire. J’ai engendré des monstres. Hashtag on va tous mourir, hashtag moi surtout, hashtag Vanyel veux-tu bien arrêter de te foutre de ma gueule.


[1] Ce qui a son niveau équivaut a “parler normalement”, cette petite est sourde, je ne vois que ça, en plus d’être chiante comme pas permis. Bref, tout le portrait de sa mère. Rajoute qu’elle hésite pas a me coller ses appendices froid sur le corps pour se réchauffer
[2] Note que ce comportement aurait du déjà me mettre la puce a l’oreille