May 242016
 

Le désavantage d’avoir un conjoint qui voyage peu mais part a chaque fois quelques jours, c’est qu’au final, par une règle tacite de la sororité, me voilà a devoir partager mon lit avec chacune d’elle, tour à tour, sans que je n’ai mon mot à dire

Parce que c’est bien connu dans les règles de la parentalité pour la lose, c’est que toute chose acceptée une fois [1] a été gravée dans le marbre et devrait pouvoir être reproductible a l’envie et a peu près n’importe quand par ta progéniture adorée. Dans mon cas concret, quand papa n’est pas la pour au moins deux jours, on peut dormir avec maman, si c’est plus d’une semaine on a en plus droit a un Quick et des tas d’activités comme des balades de nuit. [2]

A toi donc de composer avec l’école, les cours à l’académie et ta journée grillade de doigts sur du matériel Cisco à l’autre bout du pays. Les switches say fantastik. Heureusement tu peux compter sur tes beaux-parents pour récuperer les enfants, surtout quand tu termines a 17h au centre de la ville que tu vas en avoir pour plus d’une heure de trajet à cause des travaux et que l’école ferme a 18h.

Tout pareil parce que hasard des calendriers, tu as une partie de tes examens d’académie, justement celle ou tu te tâtes pour tomber malade, comme c’est dommage, qui se fait la semaine ou t’es toute seule avec les filles. Pas de bol, je suis sauvée et vais donc pouvoir massacrer tranquilous Camus et son étranger devant un public qui n’en demandait pas temps. Fuyez pauvres fous, il en est encore temps.

Bref, Merlin n’était pas encore parti (bouhouhouhou) que les filles complotaient déjà pour savoir qui allait dormir avec moi quand. Le fait que je n’ai aucune envie de dormir avec elles ne les concernent pas, elles décident je n’ai qu’a fermer ma bouche, après tout, toute seule dans ce grand lit et cette chambre toute noire, je devrais avoir peur. Heureusement elles sont là pour me rassurer [3]

Donc jour un, celui qu’on retient où on regrette d’avoir dit oui, c’est Laglue© onze ans qui s’y est collé. Malgré le fait que depuis la dernière fois, on a changé de lit pour passer d’un de 115cm à 160cm, ça n’a rien changé a la donne,vu qu’elle aussi a grandit et que son 1m50 devient de plus en plus difficile a nier; qu’elle essaye toujours de me virer du lit, de piquer toute la couette et d’en plus parler dans son sommeil. En plus de ronfler. Joie et bonheur, tu te réveilles avec des cernes plus grandes qu’au coucher alors que tu pensais pouvoir dormir longtemps, genre huit heures.

Jour deux. Lagluante© six ans se place dans mon lit avec sa ménagerie. Quand je monte me coucher, elle a pris ma place. Heureusement pour moi, c’est un poids plume, pas difficile à remettre a sa place. Endormissement plus deux minutes. La gamine endormie se jette sur moi pour me faire un câlin. Panique a bord et réveil en sursaut. Tu trouverais ca mignon jusqu’au moment ou tu sais que ses câlins sont plus du genre attaque de predator que douceur et délicatesse. J’ai donc passé ma nuit a éviter soignement ses prises de catch et a me défaire de son étreinte de boa constructor. Curieusement, a 7h, elle était fraîche, elle. Et ca devrait continuer comme ça en alternance de nuit de cauchemars jusque lundi.

Non parce que si jamais tu osais soumettre l’idée que non tu voudrais bien passer une nuit seule, tu aurais deux versions du chapoté en manque d’amour devant toi…
Ca le fait de piquer le lit de celle qui dort dans le mien et de ne revenir dans le mien qu’au petit matin? Non?

Et sinon je t’ai déjà dit que ce soir c’était quick (youpie) et que leur père ne revient que lundi, et probablement totalement sinistré par le jet-lag?

Ce qui me laisse encore trop longtemps a gérer les deux monstres sans que personne ne meurt. On y croit. Au secours. Personne ne veut de deux adorables petites filles? Hein dites?

Comment ça le fait que la phrase préférée de Lagluante© en ce moment “Si c’est comme ça je vais hurler en criant très fort” te fais hésiter? Allez, juste pour ma survie
me faire plaisir.. [4]
 

[1] Probablement dans un élan de de naïveté, de gueule de bois ou d’auto-destruction inconsciente
[2] Pratique en fin d’automne, hiver, début du printemps, moins quand le soleil se couche pas avant 21h et des brouettes
[3] Ouais,ces enfants ne perdent pas le nord
[4] Non mais en vrai je gère mais boudiou, ce que j’admire les familles monoparentales pour gérer ces monstres seul(e) au long court.

May 192016
 

Il y a des soirs comme ça, où l’Aventure démarre avec un simple son, par hasard. Un peu comme lorsque quelques minute avant le sacrifice d’enfants à Dlull, dieu du sommeil et de l’ennui [1], Merlin a entendu le bruit d’un bruleur de montgolfière et levant les yeux a vu celle ci sur le point de se poser pas très très loin.

Ni une ni deux [2], voilà les filles rhabillée et au pas de course vers la voiture pour la première chasse à la montgolfière de la saison, parce que oui, c’est un sport récurrent à la maison.

Sauf que, Lagluante© dans son empressement à mettre des chaussures a été récupérer sa paire la plus improbable: des ballerines dont la semelle à visiblement décidé de divorcé d’avec le reste. Pour marcher c’est pas top donc. Du coup j’ai du la prendre sur mon dos. Et bien crois le ou pas, 24kg sur le dos avec une omoplate qui tente de s’envoler, en fait ben c’set pas super pratique et ça fait mal.

Tout le monde entassé dans la voiture on suit des yeux le ballon, calculant l’endroit ou il devrait se poser. Se faisant, croisant à plusieurs reprise la jeep de récupération du dit ballon.

Tant que c’est sur des nationales ça va c’est facile, quand on voit la montgolfière sur le point de se poser là-bas dans les champs et que le Merlinou il se décide a prendre des chemins moins large et bitumés, ca commence a devenir un poil stressant [3]

Quand on est arrivé devant la petite sente de tracteur, on s’est garé et on a poursuivit à pied. Enfin trois sur quatre, vu que Lagluante, elle était sur mon dos.

C’est à peu près a ce moment là que je me suis rendue compte que j’avais oublié mon téléphone à la maison et que je ne pourrais donc pas prendre de photos de ce magnifique couché de soleil et de cette non moins belle montgolfière posée sur les champs.

Dans la montgolfière, le pilote et un couple tout mignon qui fêtait son premier anniversaire de mariage.
On parle un peu avec eux, les renseignons sur le bled ou ils sont arrivés, puis c’est le moment de démonter le ballon.

Les filles ont donc eu la chance de pouvoir aider à tenir la nacelle dans un premier temps puis a aider à tirer sur la corde du ballon pour l’aider a descendre doucement jusqu’au sol [4], enfin la grande surtout, la petite elle était toujours perchée sur mon dos, se tenant comme elle pouvait. Puis elle est descendue et a été tenir l’extrémité de la corde, toute fière.

Elles ont pu poser des tas de questions [5], observer le rangement/repliage de toile et de nacelle dans la remorque, faire du charme aux gens présents pour Lagluante© et accessoirement bénéficier d’un fabuleux couché de soleil sur la campagne et d’un beau panorama [6]

Bon ceut-été idyllique si Lagluante© ne s’était pas plainte tout du long que il fait froid/je veux être sur ton dos/par terre/dans la voiture/dans la montgolfière/puis j’ai faim/j’ai soif/j’ai… et que toi dans ta petite tête tu avais juste envie soit de disparaitre sous terre soit de lui asséner un bon gros “MAIS TA GUEULE BORDEL, et profite un peu quoi”

Il n’empêche qu’elles ont toutes les deux appréciés et qu’on est a peu près sûrs de repartir à la chasse dans les prochains temps, parce que les champs alentours sont un fabuleux terrain d’atterrissage et que des ballons, y a en plein la régions. De même que de petits aérodromes.

Tout ça donne déjà un petit gout de vacances, alors que le CEB approche à grand pas,que je passe la première partie de ma CCNP le 2 juin [7] et que les grandes vacances se profilent doucement à l’horizon

[1] Certains appelle ça mise au lit, ceux-là même ont de faux nains qui se laissent faire et pas une version nainesque de l’exorciste avec lévitation, écartèlement et obligation d’agrafer le gamin au pieu pour avoir une chance qu’il dorme
[2] En fait si, les deux filles maintenant que j’y pense
[3] Surtout si comme moi, tu as été traumatisée de la route mal asphaltée et que tu as explosé un berceau de ta voiture que tu aimes sur un chemin du genre.
[4] Ce qui revient grosso merdo a éviter se faire tirer sur 80m par la toile offrant une merveilleuse prise au vent et pas trop trop décidée à se coucher alors que dans un effort conjugé des gens présents, se déchirant les mains sur la corde pour qui n’avait pas de gants, on tentait d’imposer notre volonté à cette putanerie de toile trop libre
[5] Quand est-ce qu’on va en montgolfière, pourquoi on peut pas y aller nous, aller papa, tu veux bien dis, s’il te plait. Pour les vacances alors?
[6] Ouais, enfin des champs a perte de vue quoi, et quelques bosquets d’arbres égarés
[7] Si je suis pas morte de stress avant

Feb 112016
 

Le fait d’avoir des enfants peut conduire a des arrêts momentanés de l’intelligence et/ou de la sériousité de l’adulte. Bon après si tu es comme mo à la base, tu pars quand même avec un fameux malus, vu que tu as et auras toujours quatre ans dans ta tête, qu’en plus tu es conteuse, et pire, tu fais parler les objets, que ce soit des peluches, des doudous [1] ou des objets [2]

Alors tu penses bien que quand tu cummules stress, inutilité et enfermement avec ton enfant hospitalisé, FORCEMENT, ca va partir en couille a un moment ou un autre.

Oui, je sais, Laglue© a 11 ans. Du coup elle n’est peut-être pas très réceptive à l’idée, je l’infantilise toussa. Ou peut-être que justement, elle apprécie ce coté complètement fou, en privé. Bref, de ce que je sais, c’est elle qui a demandé sur son lit de douleurs et de drogues et je me suis fait un plaisir d’acceder à sa demande.

Enfin toujours est-il, que pour l’accompagner dans son malheur, elle avait ressorti de sous sa couche de poussière, ce bon vieux Monsieur Lapin, doudou zombie devant l’éternel, toujours vaillant malgré les multiples réparations.

Et que bon, faut dire que Monsieur Lapin, il s’emmerdait un peu tout seul, là, à l’hopital, avec comme seul compagnon Gros Nounours et Roger la potale. Alors il a profiter d’un moment d’inattention de la part de tout le monde pour tenter l’ascension de Roger Baxter par la face nord.

Jusqu'ici, tout va bien

Jusqu’ici, tout va bien


Mhhhprfffff aller, courage on y est presque. Ne surtout pas regarder en bas

Mhhhprfffff aller, courage on y est presque. Ne surtout pas regarder en bas


Ho-hisse, la saucisse, ho-hisse a saucisse ... ... Ce qu'on m'oblige a faire, franchement...

Ho-hisse, la saucisse, ho-hisse a saucisse

… Ce qu’on m’oblige a faire, franchement…


Tadaaaaa, Monsieur Lapin win  */o/*

Tadaaaaa, Monsieur Lapin win */o/*

Tu pourrais te dire que c’est trop, que c’est bon, on va me garder en psychiatrie. Mais j’te ferais pas dire, qu’au vu des dessins de la demoiselle, y avait du challenge niveau drogue hein

Allo oui say la brigade anti-drogue, on nous a appelé pour une créature bizarre

Allo oui say la brigade anti-drogue, on nous a appelé pour une créature bizarre

En même temps, je crois savoir que pas mal de monde nomme son baxter, vu la promiscuité qu’il induit, le fait d’être toujours dans tes pieds, ses tentatives pour te faire tomber ou diffuser les perfs. Donc nous on l’avait appeler Roger. D’ailleurs il était triste Roger quand on l’a remisé, il se sentait un peu comme moi, inutile.

Bon tu me diras, ca se serait arrêté là, ce n’était pas SI grave. Sauf que non. On a été un cran plus loin. A cause des médicaments, la demoiselle était malade. Nausées, vomissements. Et sur un estomac vide depuis 48h c’est pas joyeux crois moi. Alors entre les gémissements, on a inventé le Harry Doctor. Un doctor who boite, qui pouvait se regénérer, mais qui contrairement au vrai gardait la même apparence. Livré avec deux sentiments: content et heureux ou triste et fâché. Voilà.

The 4th doctor.

The 4th doctor.

Voilà, a ce stade, les infirmières du service me regardait avec suspicion, tandis que je les regardais avec mon plus beau et innocent sourire [3]

Je crois qu’on les a complètement perdues et qu’elles ont fait un signalement à la protection de l’enfance quand elles ont vu ça:

Laissez-moi sortir d'ici, elles sont folles, je veux rentrer a ma maison, Oskouuur

Laissez-moi sortir d’ici, elles sont folles, je veux rentrer a ma maison, Oskouuur

Gros Nounours qui tentait une sortie en schlide alors qu’on nous avait annoncé une nuit supplémentaire à l’hôpital, et que vu que c’est un peu mon avatar(te) il exprimait ce que je ne pouvais décemment pas dire.

Voilà voilà, dans la famille “Fou a lier” je demande la mère et l’ainée … Même si j’avoue, j’ai eu droit aux levés d’yeux au ciel et autre “mais maman t’es vraiment TROP bête, alors qu’elle riait sous cape. C’est qu’elle a une réputation a tenir hein.

[1] D’ailleurs tous nommés
[2] Nommés eux aussi, je suppose que si tu es un lecteur régulier, tu te souviens de Gary Cooker, mon cuiseur à riz. D’ailleurs mon éplucheur à légumes s’appelle Roger et mon lave-vaisselle Andy Wash.
[3] Tutafé, un sourire des yeux de la bouche, TGCM.

Feb 082016
 

Alors que je cumule dans le meilleur des cas quatre heures de sommeil par nuit pour ces quatre dernières nuits, que j’ai du dealer avec ma peur des hôpitaux, ma misanthropie, le lit bouffeur d’accompagnant du service, les chaises inconfortables, le soutien à Laglue© qui avait mal après son opération, le fait de pas savoir quand elle allait sortir, mon dos qui me faisait souffrir de plus en plus, les nuits hachées par le passage de l’infirmière, le réconfort, et la bouffe d’hosto, inutile de te dire qu’au quatrième jour de ce traitement, j’étais moyen jouasse, malgré la gentillesse de l’équipe du service gyneco-uro, rapport qu’on avait été délocalisé vu qu’il n’y avait plus de place en pédiatrie.[1]

D’autant que y avait aussi le stress pour la gamine, quand même, tu as beau savoir qu’une appendicectomie c’est pas grand chose, que les chirs ont l’habitude, toussa, du coup tu t’inquiètes pas vraiment trop pour l’opération [2]

Quand une grosse heure après avoir quitté ta fille, le chirugien (!) [3] t’appelle et te dis que c’est bon, tout c’est bien passé et tu peux venir la voir en salle de réveil-mais-pas-a-plus-que-un, c’est le moment gênant ou tu te rends compte que tu sais foutre rien d’ou ce trouve la fameuse salle et encore moins la chirugie, vu que tu es sorti par les urgences.
Tu te présente innocemment a l’accueil général de l’hôpital, histoire d’éviter le fait divers “perdue dans la clinique, on la retrouve dix ans plus tard”.


Sauf que. 1. J’avais la tête dans le cul. 2. J’étais passablement stressée, parce que quand même, ma fille pleurait quand elle m’a quitté 3. Que malgré tout c’était une opération, je n’étais peut-être pas aussi aware que d’habitude.

J’ai exposé mon cas à la dame de l’accueil: Drago Jéraison née Jesétou, blonde à moustache et aussi aimable qu’une porte de prison. Qui m’a soutenu derechef que non PERSONNE [Madame la demeurée, d’ailleurs tu l’as eu à quel âge ton gosse, tu parais a peine sortie de l’adolescence] n’était jamais, et ne serait-jamais admis en salle de réveil que c’était en chambre EPICETOU. J’ai bien dit que le docteur Kikoup avait bien précisé que je pourrais être là, que le bloc pré-op me l’avait confirmé, rien à faire, elle ne démordait pas, insinuant que j’étais totalement débile et qu’elle ne me dirait même pas ou se situait la chirugie. De guerre lasse, je lui ai juste demandé ou étaient les urgences et je suis passée par eux.

Curieusement à l’accueil des urgences, on m’a indiqué le chemin, et je suis arrivée devant la porte. Fermée. Brefle, une fois prévenue de mon arrivée, on m’a donné la blouse si seyante, la charlotte si féminine et les sur-chaussures tellement glissantes, que tu dois mobiliser tous les muscles de tes jambes pour ne pas faire le grand écart sur le lino simplement en restant debout.

Bien contente de revoir ma fille, qui du reste s’en foutait royalement, vu comment elle bavait sur son matelas au milieu des bips et pings de la salle, j’aurais pu attendre qu’elle monte en chambre qu’elle ne s’en serait même pas aperçu.

On est donc parti pour quatre jours, même si on ne le savait pas encore d’hospitalisation. J’ai pu faire la connaissance du lit bouffeur d’accompagnant, que tout parent d’enfant hospitalisé et/ou futur papa connait, lit pliant, qui une fois que tu es dedans ne te recracheras que de mauvaise grâce parce que tu l’as forcé façon “roulé-boulé chute avant réception au sol entre la table et le frigo 10/10 clap clap clap”

Je te passe les multiples anecdotes de ce séjour, le courage de Laglue© les nuits difficiles pour arriver directement à la sortie.

13h40 la chir est passée, a délivré le précieux sésame de sortie, à nous la liberté. L’Homme m’avait prévenu, il y avait une caution a récuperer pour la carte télé, que je devais aller demander a l’accueil.

Sauf que. Je tends la carte. La nana en face me dit que non, y a pas de caution c’est une carte personnel, qu’en plus en pédiatrie la télé c’est gratuit et que donc YAPA. Elle insiste la bougresse, me regarde de haut derrière ses lunette et sa moustache. Je me dis que peut-être, je me suis trompée, après tout, elle doit savoir de quoi elle cause [4]

Depuis la voiture, je téléphone au Merlinou, qui me le confirme, caution il y a, il l’a donné en liquide, mais n’a pas eu de reçu [5].
Retour chez Drago Jéraison née Jesétou. En plus d’avoir de la moustache, elle a des écailles et pas que sur les lunettes. Commence alors une situation ubuesque.
De mon coté c’est simple: il a donné une caution en liquide, la dame des admissions l’a prise, glissé dans un papier et rangé. De son coté c’est simple aussi : l’ordinateur-il-dit-que-non-je-ne-peux-pas-vous-rembourser-une-somme-qui-n’existe-pas[Connasse de demeurée menteuse que je toise de haut]-je-ne-peux-rien-faire-pour-vous[Si tu continues a m’emmerder en me demandant ton dû j’appelle la sécurité]-faut-voir-avec-les-admissions[Connasse d’emmerdeuse, de toute façon je ne t’écoute pas] pendant bien cinq minutes.

J’utilise tout mon self-controle, et Chtulhu sait qu’après ces jours je n’en ai plus beaucoup pour ne pas exposer le fond de ma pensée a cette dame et caresse l’idée de la crise de pleurs dans ce hall d’accueil bondé, mais vu que Laglue© est avec moi, je reste sage.

De guerre lasse, encore, je prends donc un ticket pour les admissions. Expose ma requête. Ah, mais me dit-on ce n’est pas nous qui nous occupons de ça c’est l’accueil, fais-je en la coupant, oui je sais, ce sont eux qui m’envoient.

Retour de dialogue ubuesque entre accueil et admissions. A base de “on peut pas rembourser c’est pas dans l’ordinateur” et “mais elle fait chier celle là a vouloir récuperer son dû”.

Après enquête rapide, la personne qui a fait la carte et merdé, est retrouvée. Je la vois de mes yeux, elle avoue même, et sans honte ni complexes ne me regarde même pas et se tire, sans même un mot d’excuse, me laissant là, comme deux ronds de flan, avec mon problème toujours pas réglé et mieux encore, l’argent dans la nature.

Moment de flottement. La nana qui a pris mon cas aux admissions me présente ses plus plates excuses, glissées sous la porte et va voir ce qu’elle peut faire pour moi. Pendant une dizaine de minutes, parce que l’argent est parti en caisse centrale et que donc voilà, on sait pas comment le récupérer.

Pendant ce temps, Laglue© qui a insisté pour venir avec moi, devient pâle et se sent mal. Une glace plus tard ca va mieux.

Quand enfin le problème est résolu, je m’épanche a ma sauveuse que quand même, Drago Jéraison née Jesétou, elle est vraiment pas cool, que je me demande comment c’est possible qu’elle ne se soit pas [encore] fait casser la gueule par des gens moins zen et patient que moi, que pour du première ligne prendre les gens de haut, de manière si hautaine et de les traiter de demeuré au mieux, menteur au pire n’était peut-être pas la meilleure manière de traiter des humains; j’ai juste eu droit a un haussement d’épaules et un sourire polis.

C’est dans la voiture que j’ai percuté que cette connasse à moustache était la même personne qui m’avait soutenu que PERSONNE n’était JAMAIS autorisé en salle de réveil. Si on avait pas déjà quitté le parking, je crois que j’y serais retournée, pour le lui dire, et exiger des excuses pour la manière dont elle m’avait traité.

Et puis je me suis dis zut. Que ça n’en valait pas la peine, qu’elle n’en valait pas la peine. Que de toute façon je n’étais qu’une merde a ses yeux et que ça n’allait pas changer gros chose. Et je me suis dis que de toute façon vu qu’elle était humaine, elle était peut-être dans un mauvais jour semaine et que de toute façon, si elle était comme ca avec tout le monde elle se ferait forcément remettre a sa place à un moment ou un autre.

Mais j’ai vraiment cru, après avoir tenu pendant quatre jours sans pleurer, quand on a suspecté une appendicite, quand on a attendu toute la nuit aux urgences sans savoir avec la gamine qui avait mal, l’opération, la douleur pour elle, les nuits trop courtes; que j’allais m’effondrer là en pleurs, au milieu de ce hall bondé à cause d’une connasse sans aucune empathie et en me regardant tel un déchet organique. Et en contraste avec l’équipe médicale qui était éminemment sympathique et humaine, ça a été une sacrée claque.

Si un jour tu me lis Drago Jéraison née Jesétou, ce dont je doute, sache que je ne t’en veux pas, et que je te plains sincèrement, parce que pour être aussi méchante, il faut vraiment que ta vie soit misérable. Allez, bisous quand même.

[1] Retiens, c’est important pour la suite
[2] D’autant qu’en mère totalement indigne, une fois que tu l’as laissée partir en salle d’op, t’as été attendre dans ta bagnole et que par le truchement d’une courte nuit et d’un manque total d’empathie tu t’es endormie comme un masse après t’être rongé les ongles a sang. De toute façon on t’appellerait après l’opération et tu pourrais rejoindre l’infante en salle de réveil. Youpie-joie.
[3] Ouais, le chirugien lui-même. J’ai toujours cru que c’était quelqu’un d’autre qui appelait les familles pour dire quand c’est fini. En fait, je pensais carrément que tout le monde attendait en salle d’attente,comme dans les films. Sauf que là, la salle d’attente c’était 3 chaises dures devant les ascenseurs
[4] A ce stade, avec le manque de sommeil et l’énervement, j’ai pas encore capté que c’était Drago Jéraison née Jesétou. A vrai dire, je ne percuterai qu’une fois dans la voiture.
[5] Ben non, forcément, ceut-été trop facile sinon

Dec 232015
 

Ouaaaais, c’est les vacances, crient les filles en faisant des bons de joie partout.

Ouaaaaaais, c’est les vacances, pense leur mère, donc moi, en se trainant péniblement et en regardant avec envie le Rotisha faire dodo.

Non parce que faut pas croire, c’est pas les vacances pour tout le monde hein. Parce que les deux filles, faut éviter qu’elles s’entretuent. Les pousser au cul pour qu’elles rangent, avec option mélodramatiques voire hurlements quand j’ose jeter un vieux dessin tout crasseux que limite le chat aurait pissé dessus, elles auraient voulu le garder aussi.

La joie de faire le tri dans leurs jouets, et le jour d’après retrouver ni vu ni connu, le vieux truc en plastique pourrit, pourtant jeté la veille au fin fond de la poubelle réapparu sur un tas qui n’était pas là hier.

La sensation d’être Sisyphe sauf qu’en fait de rocher, c’est des playmobils et autres petits ponays/barbies/lego que tu ranges dans des boites.

Gérer les demandes pour les cadeaux de fêtes et d’anniversaires pour les filles qui ont eu le mauvais gout de naitre genre moins d’un mois avant/après Noël. Et te retenir de dire des conneries.

En tout cas tu sais que le prochain qui offre un truc qui prend de la place ou qui a de multiples pièces, voire une poupée Frozen chantante, tu vas juste le frapper avec jusqu’à ce que mort s’en suive.

Ah et puis le supplice du sapin. Monté mais pas encore tout à fait terminé. Avec des décorations qui d’après ta fille de onze ans ont copulés, rapport au nombre qui progresse malgré tout.[1]

Et puis la perspective des fêtes. Ton foie est déjà parti faire un tour, ta tête est déjà dans un étau et ta tripaille crie grasse devant cette débauche calorifique qui va te faire absorber en trois jours l’équivalent d’un mois de pierrade à la tartiflette de raclette a tous les repas.

Puis la balance va te dire merde. Et toi, tu ne pourras pas dire merde aux gens. Parce que tu sais pas trop pourquoi, mais contrairement a tes principes misanthrope, tu as invité des gens pour nouvel-an.

Beaucoup en fait. En plus des gens qui n’ont aucun sens de la mesure. Pour qui une personne normalement constituée boira trois bouteilles d’alcool sur la soirée pour faire passer les 4kgs de nourriture. Des bons vivants en plus.

Du coup, on peut pas dire qu’on passe directement à janvier dites? On garde les paillettes, le sapin; ou alors je fais ni les réveillons ni Noël et je reste tranquillous sous ma couette, avec un thé, mon ordi et mon pyjama tout doux en pilou, avec les chats pour palier au fait que ma graisse et moi n’avons rien à nous mettre pour les fêtes et aucune intention d’aller faire les boutiques pour trouver des fripes.

[1] Oui, oui, coppulé. C’est bien le bon mot. Je sais pas encore trop bien ce que je dois faire d’elle, mais la je me renseigne sur les nonnes.

Dec 102015
 

Saint Nicolas m’a apporté, une otite, une otite,
Saint Nicolas m’a apporté, une otite, un nez presk’ cassé

C’est en substance ce que pouvait chanter Laglue© ce lundi matin, de retour d’un week-end a Center Parks qui a bien failli la tuer [1]

Le programme était pourtant simple: pour la Saint Nicolas, on leur offrait un week-end surprise a Center Parks. Tellement surprise, que Lagluante© ne l’a appris qu’une fois arrivée.

Alors Center parks, késako? Ben écoute, c’est ZE PARADISZE pour les enfants, l’enfer sur terre pour les parents. En gros tu imagines un domaine de plusieurs hectares, avec des chalets disséminés [2] en zone. De 1 à 9. Chaque zone comprend cent chalets. Je te laisse compter combien il y en a en tout.

Raté, ce n'est pas la bonne direction

Raté, ce n’est pas la bonne direction

A savoir que cette fois on avait le 656. La première fois c’était le 141. Laglue© a donc calculer combien de chalet palyndromique il y avait [3]. Donc voilà, tu vois tes petits chalets. Confortables pour autant qu’il ne fasse pas froid, vu qu’il n’y aucune isolation. S’il gèle, tu trouveras les glaçons pour ton mojito derrière le canapé [4].

Au milieu du parcs de trouze millions d’hectares, tu as l’aquamundo: piscine géante avec toboggans, rivière sauvage, piscine a courants, piscines a vague, lagon,… Un truc énorme, l’éclate totale pour les enfants, les jeunes venus en groupe et les adultes sans enfants.

Pour y parvenir, tu te tapes entre 500m et 1km de marche, suivant que tu as été chanceux (ou payé) pour être plus proche du centre. [5]
En tant que parent, t’as juste l’impression d’être au purgatoire. Voire en enfer, suivant le nombre d’enfants que tu as amené avec toi, et que si t’es en plus masochiste, ils sont pas tous à toi.

On avait jeté notre dévolu sur le Vossemeren, avec un toboggan qui devait te donner l’impression d’être une bille, vu que tu termines dans une espèce de toupie que soit tu prendras a l’envers, soit dans les dents, proportionnellement a ta propension à la maladroitesse. Toboggan tagué moyen, pouvant aller parait-il jusque 30km/h, la plus grande peur qu’il te fait c’est de savoir la proportion de peau du dos qu’il va t’arracher dans la toupie. Au mieux, tu auras bénéficié d’un gommage de peau intégral.

Donc tu sais que tu iras chaque jour dans ce paradis de la mycose et de l’eau dans les poumons. Avec des gamins infatigables. Qui vont te réclamer trente fois de faire la rivière sauvage, ou celle avec du courant. Sauf que, malgré son gilet de sauvetage, Lagluante© et ses presksizans, la rivière sauvage, elle adore la faire dans les bras, “sauf la première partie maman, parce que la première elle est plus calme”.
A ta charge donc de la récuperer avant qu’entrainée par le courant, elle parte dans la partie nettement plus chahuteuse ou malgré/grasse [6] a mon poids et mes fesses qui me freinent lamentablement en touchant le sol, je ne rattraperai jamais mon petit bolide avant qu’elle ne soit noyée la-bas tout en bas, dans le bassin de réception dont la plus infâme cruauté a été de me retourner deux ongles d’orteils alors que j’empêchais ma gamine de se noyer.
Genre, j’aurais su, j’aurais préservé mes orteils.

Je te laisse donc imaginer la gamine sur mes genoux, tenue dans un bras, tandis que l’autre essaye au choix: d’éviter qu’on s’éclate la gueule lamentablement sur le bord, de nous retourner, ou de passer cul par dessus tête dans les remous, alors que je m’efforce de lui garder la tête hors de l’eau pendant que je me fais un lavage complet des poumons, respirer c’est pour les faible.

Sitôt en bas, la gamine est d’attaque pour le refaire, alors que tu en es toujours à remettre tes articulations en place. Et que pour la refaire, va falloir retraverser tout le dôme et se taper une myriade d’escaliers. Youpie.

Pendant ce temps, la grande te harcèle pour faire les toboggan et le monkey toupie ou je suis a peu près infoutue de terminer convenablement. Donc tu te tapes les 300 marches pour arriver au sommet, te laisse dévaler et retrouve en bas Lagluante© qui te saute dans les bras alors que tu n’as pas encore pu respirer et te demande avec ses yeux de Chapoté la descente de la rivière sauvage “là mainantoussuite”. Pendant DEUX JOURS. Tu sais déjà que tes genoux te tireront la gueule et que ton dos te dira d’aller voir ailleurs s’il y est pendant les prochains jours.

Sauf que. Le premier jour il a un peu été tout chamboulé. A peine dans la piscine, que Laglue© on ne sait trop comment se fait sauvagement attaquer par une ligne d’eau et se bouffe le fond de la piscine, ressortant le visage en sang et les lunettes de natation cassées, pour te donner une idée du choc.

Je la sors, direction le poste de secours. Vu comment tout la partie gauche de son visage est gonflée c’est la flippe totale. Elle peut se cacher juste derrière son nez. Après les premières constatations, soulagement, le nez n’est pas cassé, la pommette non plus et il n’y a pas de commotion.

Autant te dire que la fin de la journée a été nettement plus calme. Promenades, jeux, histoires au chalet. Courses aussi. Mais oui, dans leur market a 800M de ton chalet. Et que tu dois y aller a pieds, dans le noir, et passer par l’énorme pont qui traverse le lac, et est donc offert a tous les vents, particulièrement les plus froid. Te retaper les 800M*2 parce que tu as oublié le PQ, ca n’a pas de prix

Le lendemain c’était Saint-Nicolas. Sauf que. Les cadals étaient dans le coffre de la voiture, garer sur le parking à genre un km de là. Ressortir dans le froid vers 23H30, pour être sûrs que les filles soient bien endormies, n’a pas de prix non plus. Note que le ciel était totalement dégagé du coup ca a été une chouette promenade.

On a passé le reste de la soirée entre adultes, a comaté devant une diffusion de MMA, en ayant mal pour les combattants. C’est te dire à quel point on était mal.

Quand le dimanche matin les filles ont sauté partout parce que Saint-Nicolas était passé, j’étais a humeur ours mal léché moins un, s’exprimant en grognement et coup de dents, le chignon en pétard, avant le premier litre de café. Note que mis a part le chignon en pétard, ca c’est pas amélioré par la suite.

La mise en route a été dure. Apres le rangement du chalet, défaisage des lits on est parti faire un tour a la ferme, et sa superbe balade a ponay. 4€ par enfant.
Pour ce modeste prix, tu fais un tour d’une centaine de mètre, avec ton gamin sur le poney et toi qui tient la bestiole, en lui montrant qui est le maitre, parce que sinon il est un peu rapide[7], puis passage vers les animaux. Chèvres, poules, coqs, lapins. Les filles peuvent en papouiller et nourrir certains, se faire bouffer par d’autres

Allez, sois sympa quoi, t'as pas un ptit truc a bectave?

Allez, sois sympa quoi, t’as pas un ptit truc a bectave?

You're talking to me?

You’re talking to me?

On y a même croisé une race de poules bitnik toute fluffy, que si un jour j’ai des poules, j’en veux au moins une comme ça

Kot kot? Koooot kooot  (elle est ou la têtête, il est ou le cucul?)

Kot kot? Koooot kooot (elle est ou la têtête, il est ou le cucul?)

Petit tour en plaine de jeux exterieure où j’ai perdu mes derniers atomes de crédibilité en imitant la Poubelle a des Zyeux qui se déplace jusqu’en bas du toboggan pour bouffer Lagluante© le tout je suppose filmer par Merlin qui n’en rate pas une pour salir mon hon.. ho non laisse tomber en fait, c’est pas du gros dossier

Bonjour Lagluante, viens, approche, je (ne) vais (pas) te manger :3

Bonjour Lagluante, viens, approche, je (ne) vais (pas) te manger :3

Comme on en avait pas encore assez de cette matinée, on est partis vers le nord vers l’énorme plaine de jeu, bateau pirate style. A plus d’un km de là donc. Une fois la bas, c’est le paradis des enfants, l’enfer des parents. Des jeux, un pont suspendu énorme,de l’eau, des cage, un bac, un labyrinthe d’eau des trucs a grimper, a sauter, bref, tu te poses et essaye de prendre une biere a 25€[8] pendant que tes gamins manquent se rompre le cou ou tente de se noyer après avoir glisser sur les cailloux de la rivière. Tellement bien que tu en oublies de faire des photos en fait.

Sauras-tu passer, sans tomber ni trébucher

Sauras-tu passer, sans tomber ni trébucher

Sache juste que je me suis payée la honte en course pour grimper le pont de singe, face a Lagluante© qui m’a écrasée convenablement et que le pont suspendu a un point de vue imprenable sur les gens qui se risque a faire le high adventure.

Après, le long retour vers le chalet, le repas de midi, la sieste négociation pour qu’on ne reparte pas la tout de suite a la piscine, rapport que faut digérer, toussa toussa

On y est resté super longtemps. Suffisamment que pour essayer tout l’aquamundo de nuit. Profiter de la rivière sauvage et de ses éclairages by night tout de spots colorés vêtue. Des toboggan, vides pour l’occasion, nous permettant de les faire les uns derrières les autres, me permettant au passage sur l’un deux, le plus long, de mettre Laglue© sur orbite en la percutant de plein fouet, me prenant son genou dans la tronche.

Le retour a pied, pour la dernière a été laborieux. Après ce fut nettoyage du chalet et bagage a mettre en voiture. A peine la clef mise dans le contact, vers 21h30, Lagluante© a commencé sa nuit. Sa soeur a survécu. En chouinant qu’elle avait de plus en plus mal a l’oreille.

De fait, le lendemain, le médecin diagnostiquait une otite. Mais qui ne l’a pas empêché de profiter d’un mac do sur le chemin.

Depuis, Lagluante© s’inquiète de quand est-ce qu’on revient au Center Parks. Nous on est pas trop trop pressés en fait. On a compter le nombre de bleus qu’on s’est fait ensemble, Merlin et moi, et on s’est dit que ce nombre serait le nombre MINIMUM de mois ou il n’y avait aucune chance d’y retourner. ON arrive a peu près à la majorité des filles.

Bref, Center Parks, c’est bon, mangez-en. Mais pas trop souvent alors.

C'est bucolique, froid, mais bucolique

C’est bucolique, froid, mais bucolique

[1] On a pas du payer assez pour l’assassinat accidentel je pense
[2] Agglutiné serait peut-être plus vrai
[3] Oui, on parle d’une gamine qui vient d’avoir onze ans et qui se met a calculer spontanément ce genre de choses. Si tu veux mon avis, on a pas le cul sortir des ronces. C’est limite si elle nous faisait pas la démonstration des choses. J’aurais envie de dire que ca va être cool pour le collège, mais en fait, vu son niveau déplorable en calcul mental, je mentirais si je te disais que j’étais pas morte de trouille.
[4] Véridique. Mais c’était un hiver ou les températures étaient descendue a -20°C
[5] Il n’y a pas de petit profit. Pour Center Parks tu payes pour tout et n’importe quoi. POur faire ta réservation, que ca soit par internet ou téléphone (30 PUTAINS d’euros kanmem’hein), pour choisir ton cottage, même genre de prix je crois, pour avoir des draps et des serviettes, pour respi… ah non pas pour ca. Bon je veux bien que ca soit normal, on paye pour des services, mais pour une résa sur internet sur un site pourrit de merde, j’ai juste l’impression de me faire enfler a chaque fois
[6] Ceci n’est pas une faute d’orthographe,mais un jeu de mot foireux
[7] Traduction: si tu le tiens pas directement convenablement en le retenant, il va te trainer sur tout le trajet qu’il connait par coeur et te piétiner au passage si l’occasion se présente
[8] En vrai je sais pas le prix. Mais je sais que c’est pas donné

Nov 252015
 

Je me faisais la reflexion y a quelques temps de savoir quand est-ce qu’on devenait vieux. Est-ce que c’est comme une maladie, ça nous tombe dessus un matin, pouf, on est de l’autre coté de la barrière?

Est-ce que c’est quand le glissement se fait doucement, qu’on n’écoute plus Fun Radio, mais Classic 21, voire Nostalgie, qu’on se réveille un jour et qu’on aime ca? [1]

Ou alors quand on se réveille un matin avec la gueule de bois/l’haleine de mort/les yeux panda, qu’on se dit qu’on est trop vieux pour ces conneries et qu’on s’y tient? [2]

Peut-être que c’est quand on voit les amis se mettre en couple/faire des bébés/acheter des maisons et commencer a parler sérieusement [3]

Qu’on arrête de s’émerveiller pour des petits rien, comme un couché de soleil ou la forme des nuages? Ou que le débit de conneries diminue, que tes jeux de mots et calembours disparaissent peu à peu pour rentrer dans le sens commun? [4]

Ou quand tu ne sors plus, ne vois plus tes amis et refuses les invitations aux soirées jeux/déconne/whatever [5]

Peut-être est-ce quand tu vois le compteur d’âge de tes enfants augmenter. Avec des moments symboliques, comme celui ou on passe a deux chiffres, ou les changements d’écoles.

Ou alors quand tu ne tiens plus le sport, que courir plus de 100M t’es impossible et que quand tu t’essaies a l’aikido, outre le fait d’avoir fait découvrir aux autres le principe de l’équilibre du raton laveur bourré [6], tu découvres que si tu persévères, les prochaines semaines ne seront qu’une suite douloureuse de courbatures et articulations déboitées [7]

Quand tu te regardes le matin dans le miroir et que tu vois des cheveux blancs apparaitre, d’abord timidement puis se sentant en terrain conquis? Les rides d’expressions qui accentuent, j’espère que tu as éviter de trop faire la gueule toute ses années, et ces petites ridules qui arrivent là, au coin des yeux quand tu les plisses. Ne parlons même pas de ton front qui a l’outrecuidance d’être tout strié. [8]

Peut-être quand tu te rends compte que tu mémorises plus si facilement que ça tes textes. Oh, rien à craindre et ce qui concerne les propres tiens, ou du Laurence Bibo, voire du Sylvie Joly. Par contre les trucs en prose façon au hasard, la complainte de Ruteboeuf, la directement y a plus personne [9]

Bref, tout ca pour dire que demain Laglue© elle a 11 ans. ONZE PUTAIN d’années et que là, d’un coup, je me sens vraiment vieille. Et lasse. Et grosse. Et la tu te dis que
Oui que c’est le temps qui court. Ne me remercie pas pour ce clip, qui va bientot avoir vingt ans

Voilà, sinon promis bientôt sort la suite de mes aventures a San Francisco, et un post sur la brouette japonaise en aikido

[1] Je te rassure tout de suite, je n’en suis pas à ce point là. Je n’écoute plus Fun Radio, mais Classic 21 reste ma radio référence quand mon forfait data est mort.
[2] Oui enfin, plus que quelques jours aussi, faut pas déconner. D’ailleurs c’est ce que je me dis tous les soirs quand je repousse le moment d’aller me coucher, telle une sale gamine
[3] Boring. N’essayer jamais les soirées assurances et cantonnez-vous aux soirées jeux de role/jeux/ou sex-toys, sérieusement.
[4] Ah de ce coté là, j’ai pas grand chose à craindre
[5] Ah non pardon ca, ca s’appelle la dépression si c’est temporaire, la misanthropie si c’est récurrent. Je te déconseille le mixe des deux, ça fait mal
[6] Mais si mais si, t’as même pas besoin d’une poussée pour t’éclater la gueule en beauté sur les tatamis, tu te fais ippon toute seule comme une grande, sous le rire de ta partenaire. Oui je suis une catastrophe ambulante
[7] Ah non merde, ca c’est mon état naturel, totalement lamentable.
[8] Oh bordel, en vrai en fait, j’ai l’air d’une gorgone. Tu vois Cruella dans la petite sirène. Ben enlève un peu de tentacules et mets lui la peau blanche, c’est moi.
[9] Bonjour, on se connait? “Mais que sont mes amis devenus, que j’avais de si près tenus” D’abord m’sieur j’ai pas d’amis du coup je peux pas vraiment savoir ce qu’ils sont devenus. “Et tant aimé” Berrrk aimer des gens, mais ca va pas la tête?

Nov 112015
 

Ca fait quelques temps que j’avais promis aux filles de faire une promenade nocturne. N’ont qu’elles n’en aient pas eu leur comptant cet été, mais voyez-vous, elles ne comprenaient pas pourquoi ça devait s’arrêter avec l’automne.

Vu le temps de ces dernières semaines, je ne peux décemment pas leur donner tort.

Nous sommes donc parties vers 16H00. Armées d’une lampes de poche et d’un plan des environs. Elles nous ont guidées a tour de rôle dans la “Forêt Désenchantée” qui longe le “Désert de l’OUbli”, mais dont un cours d’eau rempli de serpent se jette dedans.


Alors pendant qu’on nageait dans le lit de la rivière, il fallait doudoucer chaque serpent (grosse branche) qu’on croisait, parce que comme ca ils sssssronsronnaient.

Et puis parfois, il fallait remonter sur la berge pour en délivrer un ou observer un oiseau super rare.

Quand on est arrivé au fin fond de la rivière, il y avait un portail et un teleporteur pour repartir vers la maison des fantômes. Mais comme il commençait a faire noir, il fallait faire attention de ne pas les réveiller.

Quand il a fait vraiment trop noir que pour rester dans les bois sans lampe de poche, nous sommes parties vers le ravel, avec un timing méga serré. Pendant que l’une guidait, l’autre tenait la torche. Avec un roulement toutes les six minutes.

Et attention de ne pas marcher dans l’herbe au milieu sous peine de se transformer en fantôme. Et comment on sait qu’on est un spectre? Facile, on a plus de pieds.

On est rentrées en passant à travers champs, pendant que la grande râlait sur la petite qui n’éclairaient que ses pieds, et que quand même elle pouvait faire un effort de pas lui mettre la lumière dans les yeux. Et vice versa quand la torche changeait de main.

Finalement c’est une promenade d’un peu plus d’une heure trente et de cinq kilomètres qu’on aura faite, une grosse partie dans le noir.

Et y a pas a dire, elles ont aimé et pas qu’un peu. Le “pire” dans tout ça? L’imagination débordante dont elles font preuve.

Quand est-ce qu’on remet ça? Bah, le plus rapidement possible. Ha, oui si y a moyen, sans papa ont-elles dit. Ah et si on pouvait faire pareil de nuit, sous la neige, ca serait encore plus mieux.

Je crois que ces enfants ont hérité de moi. L’amour des balade nocturne et si possible dans un paysage enneigé, c’est mon coté sale gamine qui est resté.

Bon en attendant, on doit toujours rendre visite a la sorcière Crok-les-Os, et déposer de quoi manger aux fantomes.

Nov 072015
 

Ou comment je ne suis pas une mère parfaite. Oui prépare déjà les cailloux pour la lapidation, I deserve it.

C’était un soir ordinaire, pour faire plaisir a Lagluante© j’avais fais un repas boudin compote. ZE truc dont elle raffole. Encore plus quand on fait la compote maison. Ce qui pour une fois n’était pas le cas [1]. C’était un reste de compote achetée quelques jours plus tôt.

Plus tard dans la nuit “brrett brettt brettt” [2], Lagluante© s’approche de mon lit et avec sa petite voix chantonnante “maaamaaaaan j’ai vomis par terre sur mon lit et sur mon drap”.

Fort bien donc. Je retourne l’armoire en recherche d’un drap propre, le change, nettoie le lit et le sol en mode automatique, je te rappelle qu’il est 3H du mat, manque me tauler dans l’escalier en récupérant un bac à vomis. Remet Lagluante© au lit et me recouche, yeux grands ouverts, le temps de faire tout ca, je suis réveillée et plutot bien. J’observe le plafond pendant quelques minutes [3] et rebelote, petits pas de Lagluante© dans le couloir, elle a revomis, mais dans son bac cette fois ci.

Tentative de recouchage. A peine deux minutes, j’entend une course poursuite dans le couloir, c’est Lagluante© qui se rue aux toilettes. Pour vomir. Ke me penche pour lui tenir les cheveux et là l’horreur. Juste à coté des gogues, une énorme araignée. Alors si moi ça va, c’est le truc uber flippant pour la puce.

Mon neurone fonctionne a vitesse exponentielle, cherche une solution pour qu’elle ne voit pas l’araignée et vice versa. L’écraser avec mes pieds nus est totalement hors de question.

Je décroche donc mon bras, le laisse sur l’épaule de la petite et lui parle gentiment pendant que le reste de mon corps se rue chercher une chaussure pour écraser l’innocente qui n’avait eu que pour seule erreur de sortir à 3h00 du matin. Cependant, vu comment elle était placée elle aurait de toute façon été sacrifiée sous l’autel de mon pied nu tête dans le cul lors de mon pipi matinal.

Une mise au pieu, des bisous calins et grattes-grattes plus tard, elle est enfin rendormie. Me reste a trainer mon insomnie au lit avec moi. Elle dormira jusqu’a 10h30 le lendemain.

Après ce fut la journée de ses rêves: bain avec maman, lessive à la wasserette [4], avec promenade dans les bois et passage a la plaine de jeux le temps du lavage, on récupere Laglue© qui avait stage de plongée option taquinement du fond de la piscine et en route vers chez mamie.

Puis aikido, ou elles passaient leur premier grade. Première barrette jaune pour les deux, méga fières du coup. Surtout la petite qui était pas chaude pour y aller ce jour là. Dessiner chez mamie c’était beaucoup mieux, parait-il.

Si les  aikishugyosha volent bas, ca veut dire qu'il fera beau?

Si les aikishugyosha volent bas, ca veut dire qu’il fera beau?

Et puis la nuit. 2h30 du matin. Les petits pas, une petite voix dans mon oreille, toute ensommeillée [5] “Maaaamaaaaaan je crois que j’ai renversé mon bac à vomis.

Avant même de rentrer dans la chambre, l’odeur horrible. Elle pas renversé, elle a juste revomi tout sur sa couette dans son sommeil. Ah, et un peu par terre aussi, me dis-je en mettant le pied dedans.

Sur ses mains,le carnage total. J’embarque donc la couette et la petite et direction salle de bain, ou je carcherise le tout. Avant de remettre Lagluante© au pieu, avec le combo bisous-calins-grattes-grattes-du-dos.

Et le pire dans tout ca? C’est que malgré la chambre partagée, la lumière allumée et les bruits, la grande n’a jamais rien calculer.

Autant dire que le lendemain, on était un peu hors du monde hein. Or il se trouve que le lendemain matin, c’était aujourd’hui. Du coup j’avoue, je balise un peu pour cette nuit. Mais je sens bien que je vais rejoindre la #TeamHibou, de ceux qui se disent que dormir la nuit, c’est pour les faibles en fait. Ou les gens sans enfants.

Edit: en fait ce n’est pas ma tentative de meurtre sur Lagluante© qui l’a rendue malade mais plus un virus type gastro, vu que sa soeur est tombée malade elle aussi. Et j’avoue, ca gargouille un peu dans mon ventre. J’ai peur.

[1] Ce qui a toute son importance.
[2] Petits pas légers de Lagluante© dans la nuit, qui contrairement à sa mère ne se prend ni murs ni portes en cas de réveil nocturne
[3] Non je déconne, quite à ne pas savoir dormir, je lis sur mon téléphone
[4] Pour cause de machine à laver mourrute. On attend de voir si tel Lazare elle ressuscitera ou s’il faudra la changer
[5] La voix et l’oreille en fait. Team #TeteDansLeCul

Oct 152015
 

L’autre jour dans la voiture, j’ai eu une conversation comique avec les filles.
En fait plus surréaliste, maintenant que j’y pense. En tout cas dans le dedans de moi même, je suis totalement pliée.

Plantons le décors [1]. On est dans la voiture, les filles et moi, en route vers l’académie. Lagluante© et ses cinkanzédemi derrière, Laglue© presque onze, à coté de moi.

Soudain a l’arrière, silence. Et respiration. Le genre que tu sais que la gamine elle a tourné et retourné une question dans sa tête et qu’elle l’estime prête a être posée. Ho et importante aussi, tant qu’a faire.

  • Lagluante©; super sérieuse: Dis maman, c’est quand que vous faites un calin avec papa?
  • Moi, au dedans de moi même: wat zegt je?/wat blief? [2] Hmmm, comment ca ma chérie, qu’est-ce que tu veux dire?
  • Lagluante© les sourcils froncés: Ben oui, quand est-ce que papa et toi vous avez un autre bébé? [4]
  • Moi, heureusement assise, me mord la joue pour ne pas rire et ne pas répondre “heuu jamais? T’as vu comment ta soeur et toi êtes infectes? Mais même pas en rêve qu’on en fait un autre. D’ailleurs je pense de plus en plus a me ligaturer les trompes ET faire une vasectomie a ton père, oui, on est jamais trop prudents.”: Heuuu Ben, qu’est-ce qui t’as mis cette idée là en tête ma chérie [3]
  • Lagluante© songeuse: Je voudrais bien avoir une petite soeur.
  • Laglue© s’incrustant dans la conversation: ou un petit frère, ca serait cool un petit frère
  • Moi, hilare: déjà ca se décide pas ce genre de truc hein, c’est 50/50 puis vu ma chance ca serait plus un poulpe ou un alien qu’un bébé humain
  • Lagluante© sérieuse: oui mais je veux une petite soeur
  • Moi, machiavélique: oui mais si on avait un autre bébé tu ne serais plus TOUT LE TEMPS dans mes bras, je devrais m’occuper du nouveau bébé et tu aurais moins de temps avec moi
  • Lagluante© réfléchis, Laglue© répondant: ho mais c’est pas grave, elle pourrait aller dans mes bras
  • Lagluante© illuminée: ho mais j’irais dans les bras de papa
  • Moi, crapuleuse: mais chérie, tu sais, papa il rentre tard le soir, parfois même, tu es déjà au lit
  • Lagluante© : … Hmmm ben alors j’irai dans les bras de ma soeur \o/

Heuu woké. Par quel truchement elle en est arrivée là, je ne sais pas. En tout cas ça m’a vraiment fait rire, intérieurement hein je te rassure, je ne suis pas si mauvaise mère que ça.

Je savais que l’idée d’un bébé la travaillait, vu qu’elle avait décrété l’une de ses poupées comme ” sa petite soeur” mais j’avoue, je ne m’attendait pas à ce genre de demande.

[1] Gaffe a tes pieds, c’est plutot lourd le décors
[2] Oui quand je sens des entourloupes ou des questions bizarres, cherche pas, mon neurone passe dans la langue de Vondel, j’ai jamais su pourquoi
[3] Ce que je ne sais que trop bien, le nouveau petit frère de sa meilleure copine pour la vie.
[4] AH ben tiens, j’étais sûre que ca serait une couillonade dans ce genre. O-Bli-Gé