Sep 092017
 

Il y a quelques années, quatre en fait, pour être précise, je m’étais fait ma première bague en argent, lors d’un workshop sur un week-end de mélange entre rave-party, trucs de geek et machins vaguement (il)légaux dans une plaine des Pays-Bas. Le OHM que ça s’appelait [1]
J’en étais très fière. On partait d’un bout d’argent de quelques centimètres de long pour parvenir après un pliage/martelage/soudure/remartelage/nettoyage/ponçage a une bague 100% DIY un truc du genre

Oui, tu seras une bague, ma fille.



Pour arriver à ça

Moh oui, qu’elle est jolie. Bon peut être un peu “Wibbly wobbly, timey wimey … stuff mais c’est moi que je l’ai fait

Pour la petite histoire je l’avais fait trop grande, et elle ne tenait à mon doigt que via une autre bague. Et pas question de la mettre sans, sinon elle disparaissait.

Mes précieuses.

Pouvoir du prisme lun… oups pardon, je m’égare

Bref, quatre ans plus tard, en aout donc, nouvel opus de ce rassemblement de grouilleux hackeurs, amateurs de musique boumboum et autres trucs vachement plus-ou-moins (il)légaux, SHA, de son petit nom [2], je fais une nouvelle bague. Toute aussi personnelle et originale que la première. Je l’aime beaucoup d’amour et en plus celle-ci est à la bonne taille, pour autant que je ne maigrisse pas trop des doigts.

One.. Heuu… pardon Two Rings to rule them all, Two Ring sto find them,
Two Rings to bring them all and in the darkness bind them
In the Land of Mordor where the Shadows lie.”

Me voilà donc propriétaire heureuse de deux bagues en argent, faites avec mes petites mains pleines de doigts. Sauf que.
Il y a quelques jours, en allant aux toilettes, je m’aperçois avec effarement que j’ai perdu l’une de celle-ci, la première que j’ai faite. Ma précieuse, ma plus mieux. Brans-le-bas de combat, je me rhabille fissa et essaye de me rappeler la dernière fois que je l’ai vue. Je suis sure à 100% que je l’avais quand je me suis lavé les mains chez un ami. Je retrace donc le trajet que j’ai fais jusqu’ici. Descendre de chez lui, prendre la voiture, se garer sur le parking, marcher jusqu’a la maison, poser des trucs dans la cuisine, monter et aller aux chiottes. C’est en m’asseillant sur le trône que je me rend compte de la perte

Premièrement je me dhésabille et secoue mes vêtements des fois qu’elle se soit coincée dedans. Que dalle. Je regarde dans le couloir, les escaliers, en bas. Le stress monte, les filles sur mes talons qui veulent aider mais ne font que m’encombrer se prennent une soufflante. L’homme en bas se fait sommer de mettre la marmaille au lit pendant que je fais le trajet jusqu’a la voiture avec une lampe de poche. Des sanglots dans la voix, c’est ma précieuse bague, bordel, je téléphone à l’ami chez qui on a passé la soirée pour voir si c’est pas trop demander de le sortir de son pieu, faire descendre ses deux étages à pied et regarder sur son parking si elle n’y est pas. Il fera chou blanc.

Je rentre à la maison sans bague, super vénère, il me reste un seul endroit ou j’ai pas chercher, DANS le trone en faïance blanc. Je l’ai pas entendue tomber dedans, mais bon, sait-on jamais, je VEUX récuperer ma bague [3].
Ni une ni deux, j’enfile mon gant, gloups et explore la gorge de la bête. Rien. Schnoll.

Las; j’arrête mes recherche là, tandis que l’Homme me demande si j’ai bien fouillé partout. BIen sur que je lui rétorque l’engueulant presque, y a juste un seul endroit ou j’ai pas chercher, mais elle y aurait été je l’aurais senti.

Oui, tu le devines cet endroit? Par acquis de conscience, j’ai vérifié, glissant ma main dedans et effectivement…
Ca faisait une putain de demie-heure que je me baladais avec ma bague DANS MA CULOTTE



Voilà. Imagine l’estime de moi après ça. Et la tête de l’Homme. Et de l’ami; que ça n’étonnait pas trop du reste, ils me connaissent tous les deux.

Voilà voilà.
A ma décharge, ce jour là, je portais une culotte de grand mère super large because cystite de l’enfer et que ça douillait pas mal. Ce qui n’a pas aidé a ma mauvaise humeur. Maintenant coïncidence ou pas, faut croire que l’argent dans la culotte aide contre les cystites…






[1] Pour Observ Hack Made
[2] Pour Still Hacking Anyway
[3] Nan mais j’te rassure, elle était propre la cuvette et l’eau

Oct 252016
 

Oula, c’est poussérieux par ici. Un peu plus de deux mois sans écrire. Et personne pour me demander si je n’étais pas morte électrocutée par mon ordinateur ou étouffée par les filles ou le Rotisha.

Ce n’est pas parce que je n’ai rien publié que je n’ai rien fait. Encore que, diront les mauvaises langues la bas dans le fond. J’ai des tas d’histoires à te raconter. Sur les bêtises des filles. Le fait que Lagluante© soit rentrée au CP [1] et sa grande soeur au collège [2].

Je pourrais te raconter comment j’ai manqué me fracasser le crâne au boulot et mis du sang partout, comment je doute de tout pour le moment et que l’envie d’écrire pour le blog n’est plus là.

En même temps, vu comment t’es nombreux, je ne m’attends pas à beaucoup de commentaires ou de tristesse. Si j’arrêtais d’écrire le blog mourrait comme il a vécu. En silence. Mais on n’en est pas encore là. Si je n’ai pas écris, c’est surtout que je me suis consacrée depuis début septembre a mon nouveau baybay. Non pas un être de chair et de sang, [3] mais une jolie chaîne de podcast sur Youtube, des chroniques décalées sur l’actualité, avec humour, reflexion et parfois un peu d’explication. J’y tiens beaucoup. Elle est encore toute jeune, inconnue, mais qui sait, peut-être qu’un jour, elle aura plus que trois abonnés et dix vues. Peut-être qu’un jour des gens l’écouteront et rigoleront ou seront atterrés par mes jeux de mots. Ou peut-être qu’un jour, je serai célèbre et Maitre des Multivers. Ou peut-être pas.

Mais en attendant elle est là. S’agrandissant semaine après semaine d’une nouvelle chronique. Cherchant son public. Alors je sais très bien que je ne suis pas super talentueuse, preuve en est de ce blog qui est au point mort depuis une dizaine d’années par rapport a son audience. Mais si quelqu’un passe par ici par hasard ou via un flux rss oublié, pensez à moi siouplé. Pour écouter. Partager si vous avez aimé, me donner des retours que je puisse l’améliorer.

Ca me tiens vraiment à coeur, c’est quelque chose que je fais pour moi, par moi. Je n’y parle pas des filles. Ni de moi en général, mais juste d’un point de vue sur l’actualité. En essayant de la rendre moins lourde.

Fort bien, me diras-tu, mais par ou ca se passe? Et bien écoute tu as le choix. Directement la chaine Youtube, ou alors la page Facebook, voire même la page Google plus

Comme tu peux le voir, c’est plutôt désert. Peut-être parce que c’est nul, peut-être parce que je n’ai pas le réseautage pour me faire connaitre. A toi de te faire une opinion. En cliquant et en écoutant. Puis en partageant. Ou pas.

Bon j’arrête la mes jérémiades et mon pavé dans la marre [4] et te laisse avec la dernière chronique en date. Et la première, que tu te fasses une idée du petit bout de chemin parcouru. Pour le reste, ben je compte sur toi…

[1] Sniff mon baybay
[2] Paye ton coup de vieux
[3] Encore que j’ai sué sang et eau pour le créer
[4] Oui il y a un jeu de mot halacon© dans cette phrase

Mar 302016
 

Je sais que l’actualité est rude en ce moment. Que la Belgique est encore sous le choc, à raison. On peut s’attendre a voir défiler les listes de noms des personnes qui on perdu [1] la vie lors de cette double attaque, que les stigmates des explosions seront encore là quelques temps.

Je ne vais pas parler de ça. D’autres l’ont très bien fait, dont le très talentueux Hamadi , ou des gens qui ont survécus, ou simplement qui ont vu ou qui était là.

Moi je n’y étais pas, je suivais les infos, bien contente de ne plus être à la capitale. Je ne vais donc pas faire un article dessus, c’est pas mon rayon, mon rayon c’est la vie de tous les jours, les débilités et les jeux de mots pas drôle, en plus de l’electrocution par électricité statique. C’est peut-être un signe que je devrais bouger plus.

Malgré tout, j’ai une pensée pour les victimes, les familles, tous ces gens qui continueront à vivre en ayant perdu qui un père, un époux, un frère,une soeur, une mère, un(e) ami(e) cher(e). Et mon coeur se sert pour eux. Et égoïstement,humainement surtout, je suis contente de n’avoir perdu personne dans cette catastrophe, et je sers un peu plus les filles contre moi [2]

Ma contribution aux attentats s’arrêtera là. Moi le seul truc ou je suis douée c’est raconter la vie quotidienne, les anecdotes a deux balles, celles qui font sourire ou rire, voire déclenche des facepalms chez ceux qui les entendent/voient. Je m’en vais donc te narrer l’une de mes dernières…
Imagine un grand magasin. Colruyt pour ne pas le citer, comme ca tu vois les longues allées nues, les linéaires remplis, les chariots de tous coté. Voilà, tu vois.

Maintenant imagine que j’ai posé mon chariot a moi à un bout d’une rangée, près d’un croisement. Et que je suis à l’autre bout, a la recherche de coton-tiges.

Que je me rapproche du chariot. Qu’arrivée a une quinzaine de mètre du chariot, ou un peu plus, je regarde mon sac de coton-tiges, là dans ma main et mon chariot. Et mes coton-tiges. Et mon chariot.

Tu peux imaginer a ce niveau que dans mon neurone diabolique s’élabore un plan à base de “Je suis Shaquille O’Neal. Comme ça oui. Avec l’ampoule qui s’allume au dessus de ma tête.

Je regarde à droite, à gauche, personne. Je me concentre, prend la pose du tireur au basket ball et pam, un superbe lancé en cloche. Pas de bol, juste à ce moment, une innocente passante à l’idée saugrenue de passer justement par là et manque s’évanouir face à cette masse blanche sur le point de se jeter sur elle.

Manque de chance [3],mon splendide lancé termine sa parabole pile poil au milieu de mon chariot sans en toucher les bords, marquant un formidable chariot à cinq points.

Grand moment de solitude, vu que je n’ai pas su retenir mon geste de victoire, alors que la femme tremblait comme une feuille et ne demandait qu’a vite se tirer loin de cette folle furieuse. J’ai quand même eu le bon gout de m’excuser, en retenant un rire nerveux en me mordant l’interieur de la joue.

Bref, j’ai fais un panier chariot a cinq point et j’en suis fière.
Oui, ma vie est tout a fin inintéressante, je sais

[1] Quelle drôle d’expression que perdre la vie. Un peu comme si hop, on se promenait et là tout cas paf, tu tombes raide mort, ta vie est sortie de ta poche, tu l’as perdue et t’avais rien remarqué. On peut perdre ses clefs, son téléphone ou son portefeuille; c’est peut-être définif pour l’objet, mais la vie continue. Tandis que quand on perd la vie, ben elle continue plus. Enfin pour soi, parce que pour les autres bien.
[2] Avant de m’arracher a nouveau les cheveux sur leurs relations conflictuelles.
[3] Ou coup de chance, ca se discute

Mar 032015
 

Ma voiture s’appelle Cééé Chaaan. Officiellement parce que c’est une C3, officieusement, parce que “C” c’est aussi la première lettre de Christine. Mais si, la voiture psychopathe de Stephen King [1]; ben aujourd’hui, elle aura jamais aussi bien porter son nom.

D’habitude, quand je m’arrête en bagnole, je met toujours le frein à main ET la première, histoire d’être sûre que la bagnole ne bouge pas. Oui sauf que, aujourd’hui, ça c’est pas exactement passer comme ca.

Je m’arrête. Me met au point mort, moteur tournant parce que mon portable est presque mort et que j’ai besoin d’encore un peu de batterie pour terminer ce que je fais. Mes roues ne sont pas droite dans l’axe de la route comme on me l’a appris un jour à l’auto école, et crois moi,ça a toute son importance pour la suite.

Je tire le frein à main, coupe le contact et ouvre la portière. Sors de la voiture avec la désagréable impression qu’elle bouge…

Mais bordel de merde, c’est qu’elle bouge vraiment!!! Au point mort, avec le frein à main pas tirer à fond, elle commence a se déplacer, et comme elle a les roues tournées vers l’exterieur, c’est vers moi, et accessoirement la nationale qu’elle se dirige.

J’ai juste eu le temps de faire un bon de coté, puis de me précipiter sur la voiture, tirer le frein à main en tournant le volant et essayant de remettre la clef dans le contact pour la ramener sur le bas coté en évitant le panneau qui était devant.[2]

Bref, j’ai réussi, Céé Chaan n’a rien, moi non plus à part quelques courbatures et une grosse poussée d’adrénaline.

D’ailleurs je suis sûre qu’elle l’a fait exprès. Elle me regardait après avec ses phares d’un air fourbe et suffisant. Même que quand on lui a fait l’entretient, elle s’est fait un devoir de tâcher le sol du garage tout neuf qui était encore immaculé. Paraitrait même qu’elle aurait ricaner.

Ma bagnole est une psychopathe. Au Secours…

D’ailleurs demain si tu es sage, je te raconte comme vermifuger un chat ponay-tigre. C’est très sportif aussi. Puis ca t’en veux pendant les dix prochaines années.

[1] Si tu es un fidèle lecteur, ma tondeuse s’appelle comme ça aussi. Et si j’avais une tronçonneuse, nul doute qu’elle porterai aussi ce petit nom. Comme tout truc potentiellement dangereux avec un moteur
[2] Et avec que deux mains (gauches) crois moi, c’était sportif

Dec 022014
 

Aaaaah décembre, outre ses célèbres calendriers de l’avent; je t’en parlerai dans un autre post, c’est aussi le retour du froid et quand on est chanceux, si on aime ca. De la neige.


A l’heure ou je t’écris [1] ca tombe dru sur la maison et petit miracle, ca commence a tenir.

Tombe la neigeuuuh, non tu ne viendras pas ce souaaaaar

Oui, j’avoue danser l’Invocation a la Neige tous les jours depuis que les températures sont aux alentours de zéro, je rêve d’un “Nawel” blanc, n’en déplaise au sieur Noumaïos et de neige tout partout de congère d’être bloquée a la maison pendant deux trois jours sous cette couche blanche et ouatée.

Mais au vu de cette première offensive, c’est pas demain la veille

Roooh c'est beauuuu... *Schblaf une Lolly qui s'étale*

Bien sûr, je n’ai pas pu m’empêcher de sortir, sans veste évidement pour prendre quelques photos et m’étaler joyeusement sur la couche de neige/verglas qui s’était crée. Mais j’ai rebondi malgré l’adversité, telle la sale gosse de katrans que je suis a l’interieur du dedans de moi même

Il ne manque que la fumée sortant de la cheminée

D’ailleurs je suis pas la seule, je suis équipée de deux filles raide dingue de la poudreuse dont une de dizans, Laglue© qui n’a pas hésité a se relever pour aller la voir tomber avant de retourner se coucher…

Un pull neigeux pour l'arbre a papillon qui doit encore être taillé


Bref, j’adore la neige, je l’attend avec impatience, je suis une enfant en dedans de moi même… Suis-je là seule?

[1] Magie temporelle des internets, nous sommes mardi soir et il est 22h30

Dec 012014
 

Et oui, une phrase halacon© pour annoncer que cette année encore je vais m’essayer a la tradition du calendrier de l’avent bloguesque. Un article par jour pendant tout le mois de décembre. Je garanti pas un long article, ca peut être une anecdote simplement, et je vais essayé de m’y coller.

D’ailleurs je vais commencer par un truc de tata Lolly:

“Truc de Tata Lolly Numero 47: Comment faire quand on a plus de liquide lave-glace sur l’autoroute et qu’on ne voit plus rien”
Et bien c’est simple en fait. Vous pourriez ouvrir la fenêtre et regarder, en évitant de vous faire décapiter par les voitures de la bande d’à coté…

Ou vous pouvez faire comme moi, vous caller derrière un camion et prendre la pluie ce qui par un effet magique, permet de nettoyer le pare-brise. A vous ensuite de calculer le temps qu’il vous faudra avant le prochain camion de nettoyage avant d’être aveugle et de ne plus voir la route

Voilà voilà. Moralité: n’oubliez pas de remettre du liquide lave-glace dans vos voitures. Moi, j’en ai taxé mon amie fidèle, LaMorue m’en a filé en rab. Sur ce, bonne route.

La prochaine fois, je t’explique comment mettre des chaines et des pneus neiges sur une trotinette.

May 232014
 

Lalalala, il y a des jours [1], ou le peu de gens qui m’entourent regrette d’être amis avec moi. Il n’y a personne d’autre capable de leur coller la honte comme ca.
Déjà ca part mal, parce que mon 1m82 et ma crinière rousse feraient qu’on ne m’oublie pas [2], limite si les gens ne chuchotent pas à mon passage; qu’en plus je suis totalement misanthrope et handicapée sociale, bref, m’essayer c’est m’adopter.

Bon hier était une soirée pas folichonne. Lagluante© égale a elle-même, en plein Fucking Four, reloose, rebelle, insolente et a claquer au murs, et sa soeur qui passait son examen/audition de harpe dans la salle de spectacle de l’académie.

Autant te dire que ma patience a été mise a rude épreuve avec cette petite punaise désobéissante qui non contente de s’agiter sur son siège *kwouiiik kwouiiiik* faisait un boucan de dieu le père a coup de “clic clic” de bic vachement bruyant et de claquement de langue. Tout ca après lui avoir retirer le cahier et les bics que je lui avait filé parce qu’elle avait visiblement l’envie de poinçonner la feuille, de la truander et de la déchiqueter en gribouillant, tout ca avec moulte bruits.

Bref, la nana devant moi nous fusillait avec des grozieux, je rêvais d’étouffer Lagluante© avec ma main sur sa bouche et le le nez et appuyer, appuyer jusqu’a ce qu’elle devienne toute molle, flasque, grise, morte [3], quitte a la plier en quatre a la fin de la prestation et la glisser dans la première poubelle venue.

Bref, ce genre de journée qui te donne envie de t’arracher les ovaires a vif histoire de ne plus jamais refaire ce genre de bêtises. Elle était tellement ingérable qu’après la prestation de sa soeur je l’ai sorti manu-militari de la salle pour ne plus embêter les autres et que cette punaise est partie en pleurs parce qu’elle voulait rester et ne comprenait pas pourquoi j’étais fachée.

Vu que ce soir là, j’avais trois enfants et une copine, mère de la 3ème gamine sus-mentionnée, il a été vite décidé de faire un quick.

Malheureusement, il semblerait que les 3/4 de l’académie ai eu la même idée, en même temps.
Donc il y a du monde. Beaucoup de monde. On attend pour la commande. On la passe. Manque de pot, il manque les hamburgers. On repart déja avec les frites et les boissons, on ira chercher la bidoche plus tard.

Sauf que. Si on trouvait quand on est arrivé qu’il y avait beaucoup de monde, ca à triplé depuis qu’on s’est assis. Et de hamburgers point. Lorsque j’essaye d’aller aux nouvelles, impossible d’arriver jusqu’aux caisses. Impossible aussi d’interpeller un caissier. Devant l’étendu de gens devant moi, et le temps qui passe je décide de passer au plan B…

Plan B aussi connu sous le nom de “fais moi pas chier ca fait quinze minutes que j’attends, il fait faim, il fait tard, les enfants devraient manger et moi je veux rentrer a ma maizon, sortons le buldozer”.
Son nom officiel est Chien Jaune. Je vais même t’apprendre pourquoi et te donner mon truc perso pour arriver a tes fins/faims.

Donc, tu pars en retraite devant les gens. Tu prends le papier sur le plateau et tu le retourne. Tu farfouilles dans ta trousse pour trouver un bic avec un couleur pas agressive et épais. Limite un surligneur bleu/vert si tu as c’est le top. Sinon un bic vert comme moi c’est bon aussi.

Tu tires la langue avec application, et tu écris sur ta feuille le nom des items manquants, la quantité, et tu rajoutes un smiley.


Ensuite tu te mets au bout de la file, tu tends ton papier au dessus de ta tête en l’agitant de droite a gauche, pas trop vite, pour qu’on puisse lire, et tu siffles une petite chanson guillerette.

La réaction des gens ne se fait pas attendre, les plus proches de toi se retournent. Te dévisagent. Commencent a ricaner. En quelques secondes le mouvement prend de l’ampleur et parvient jusqu’aux caisses. N’oublie pas de garder un grand sourire sur ta face.

Le caissier à vu. S’est foutu à rire, et m’a enjoint de tourner ma pancarte vers les cuisines, qui ont bien rigolé.

Résultat, même pas deux minutes plus tard, on avait les hamburgers et les dips. Et les filles ont pu terminer de manger.

Mais je ne suis pas folle vous savez? Les enfants ont juste faim

Sauf Lagluante© qui n’a pas voulu de son poulet reconstitué, a mangé trois frites et est retourné jouer. Cette enfant est une purge qui aura ma peau.

J’ai retrouvé l’amie qui m’accompagnait cachée sous la table et me niant fermement la tronche, je sais pas trop pourquoi d’ailleurs.J’espère qu’un jour elle voudra bien à nouveau me parler. [4]

Et sinon si tu te demandais, Laglue© elle a très bien joué, ne s’est pas trompée et donne très bien sur scène. Vala.

[1] Et c’est un peu tous les jours
[2] Ca ou d’autres choses hein, je laisse apparement un souvenir impérissable aux gens, souvent basés sur du “Ah mais toi, j’te connais” lancé d’un voix forte par la partie adverse. Conmptant en plus sur le fait que je suis totalement incapable de me souvenir des gens, que je n’ai aucune physionomie et que les quelques fois ou j’ai bosser comme serveuse je me servais de ma mémoire de l’espace pour localiser mes commandes et non pas sur les gens à ces mêmes tables, autant te dire qu’avec moi on rigole tous les jours
[3] Les fantasmes des parents à bout ont ceci de formidable qu’ils sont violents, totalement amoraux et vachement jouissif pour garder ton calme.
[4] Non en vrai, elle était morte de rire et a même pris des photos. Mais bon, elle est pas toute seule dans sa tête non plus, du coup on s’entend bien et elle est plus à ca près avec moi.

Mar 222009
 

Lu dans le règlement d’un concours:

Ce jeu est ouvert à toute personne physique majeure de sexe féminin âgé de moins de 18 ans résidant en Belgique

Y a pas un ptit quelque chose qui vous titille dans cette phrase?

Sep 182008
 

Les mecs entre eux, c’est:

  • beaucoup de testosterone
  • pas mal de maladresse, parfois (surtout avec un frere comme le mien)
  • de temps en temps des catastrophes

Comme par exemple, mon père et mon frère.
Plantons le décor, on est seuls sur le palier en train de discutailler tranquilement quand soudain, mon père fonce sur mon frère avec des envies meurtrieres pointe son poing devant lui et mon frère de s’empaler l’oeil dessus.
On (Benet G et moi) attend de voir la taille du bleu et de la bosse pour savoir ce qu’on pourra demander en dédommagement (moi, je sers surtout de témoin, oui mon père a bien tenté de frapper mon frère, toussa toussa).

Au niveau des négociations on en est a un Iphone pour moi et un et ordinateur portable pour mon frère.
Comment ca, nous vénal? Mais pas du tout, juste extrêmement pragmatiques… 😎

Sep 102008
 

Lundi soir, alors que, en panne de neurone je regardais Blabla sur la 2, mon oreille fut attirer par une petite phrase anodine que mon esprit a bien entendu directement perverti.
La séquence du jour était avec Irma, bohémienne diseuse de bonne aventure de son état, qui parlant a Blabla, lui dit soudain: “de toute façon moi j’attends pour faire mon travail sur le trottoir” ou “j’attends le client sur le trottoir”. La stupeur passée, je ne pus que me mettre a rire devant ce que mon esprit mal tourné m’avait fait imaginer.