Lendewell

Oct 132018
 

On a donc passé deux nuits a Séville. Dans un hotel bien sympa à environ ¾ d’heure du centre, que ce soit a pieds ou en transport en commun. Pratique. Du coup, on aura jamais mis le pied dans un bus ou un tram, mais tout fais à pied, ou en taxi pour la partie rejoindre l’aéroport le dernier jour.

Le programme était chargé mais pas trop: le premier jour: la cathédrale et ses environs, le deuxième jour: l’Alcazar et ses environs.

Avec visite prévue vers 11H les deux jours, histoire de ne pas trop cuire. Alors oui, il faisait vachement bon dans la cathédrale. Cathédrale qui a réussi a faire ce que je n’ai jamais réussi sans aide de chaterton ou de calmants: faire taire les filles.

Déjà de l’exterieur elle est impressionnante, de l’interieur, c’est encore pire. De hautes voutes, de beaux vitraux, des orgues a couper le soufle, c’est clair, on est en plein dans le gothique.

Et un nombre impressionnant de sculptures et de peintures. Pour passionner la petite, rien de plus simple: faire des jeux. Compter le nombres d’angelots sur un tableau/sculpture. Lui faire trouver un petit détails dans ceux-ci. Raconter ce qu’on voit dans les tableaux.

Faire une longue pose devant les orgues et lui raconter l’histoire de ré bémol et de mi dièse [1], faire une escapade du coté de Fifaro l’Organiste et de sa fée maléfique [2], alors que le compteur accuse déjà 7km de déplacements depuis qu’on a quitté l’hotel.

Pendant ce temps, Laglue© et son père visite aussi de leur coté. On regarde toutes les salles accessibles, le tombeau de Christophe Colomb, les autres gisants.

Puis prenant notre courage a deux mains, l’ascension par la face nord de la tour de la cathédrale, ancien minaret qui du haut de ses beaucoup de mètres domine là ville.

Pour grimper la haut, c’est un peu comme un cauchemar: pas d’escaliers mais une pente pentue qui fait le tour de la tour. Une dizaine de mètres, un angle à 90°, une dizaine de mètres, un autre coude. Ainsi de suite. Pendant de longues minutes.

Des meurtrières a distances régulières, de temps en temps une terrasse permettent de voir qu’effectivement, ça grimpe. Sans ça, ce serait la même montée monotone avec juste les numéros qui augmentent tous les 4 palliers. Si tu as tendance a la claustrophobie, ca doit être un bon avant-gout de l’enfer.

Et quand enfin se pas de vis se termine, c’est pour déboucher sur un escalier de quelques dizaines de marches et enfin, son clocher. Et sa vue fabuleuses sur la ville et la vingtaine de cloches qui l’occupent. [3] Dont 4 bourdons

Une petite recherche internet pour connaitre le nom des cloches, une histoire inventée à la va-vit, une vision panoramique de la ville, et hop, on redescent. Lagluante© cavalant comme une damnée avec le diable aux trousses, qui me dira plus tard, une fois rattrapée et copieusement engueulée “mais maman, c’était trop pentu, je savais pas m’arrêter; mais j’ai essayé j’te jure” [4]

Non parce que descendre ce truc rapidement, mais pas assez pour la récuperer à chaque tournant, c’est quand même un peu stressant à force. Elle a eu le temps de tout redescendre puis de remonter a ma hauteur sur le temps ou moi je me faisais un tier de la tour. Et pas lentement. N’ayant pas entendu de cris, je suppose qu’elle n’est rentrée dans personne durant ce laps de temps ou je ne l’avais pas sous les yeux.

Une dernière visite des salles pas encore vues, un remplissage des bouteilles déjà vidées et remplies un grand nombre de fois; c’est qu’il fait chaud malgré tout; et nous voilà dehors.

Il est quelque chose comme 14h30. Le moment parfait pour se chercher à manger. Un bar à tapas plus loin, nous voilà repus.

Pour la suite on voulait visiter le pavillon nautique. Le temps de se faire les 5kms a pieds et sous un soleil de plomb avec plus de 40° [5]jusque là, pour finalement arriver devant le batiment, fermé. Que évidement le site uniquement en espagnol indiquait pourtant ouvert. Youpidou.

C’est un peu vénère qu’on est revenu vers le centre ville, avec Lagluante© passemblement éreintée. Tellement éreintée qu’elle s’est fendue d’une petite sièste improvisée dans un parc tandis que son père allait chercher des boissons fraiches.

Pour finir, on s’est trainés vers le Champignon, sculpture bizarre s’il en est, mais bien à l’ombre et confortable pour se reposer un peu. Et surtout superbe point de vue sur la ville une fois que passé par ses entrailles on arrive au sommet. Ou se trouve un petit bar pas trop cher et rafraichissant.

Le temps d’attendre gentiment le couché du soleil, de prendre quelques photos et d’écouter enfin les cloches de la cathédrale. Avant de se trainer vers le carrefour express près de l’hotel et de se prendre de quoi manger et boire pour le soir, avant de s’endormir rapidement, abattus par les plus de 15kms fait ce jour là.

[1] Un superbe conte de Maupassant. Fantastique juste ce qu’il faut mais qui fait trembler dans les chaumières grâce à sa légère odeur souffrée.
[2] Y a pas, c’est pratique d’être conteur, ça ouvre la porte a un pannel d’histoires déjà écrites par des auteurs talentueux ou ses propres créations faites a partir de détails entrevus dans les visites ou a l’inspiration du moment.
[3] Et qui heureusment ne sonnent pas pendant les heures de visites, parce que crois moi, ca fait un boucant de dieu le père (LoL)
[4] Ben voyons, et si je crois celle là, tu m’en raconte une autre?
[5] Ce qui n’est pas totalement vrai, il y avait pas mal de parties ombragées, mais il faisait quand même très chaud…

Sep 152018
 

Généralement partir en vacances, ça signifie aussi gouter la gastronomie locale. D’essayer des trucs que tu n’as pas chez toi. Gouter des trucs qui ont l’air vivants ou commander des plats dont tu n’as absolument aucune idée de ce que qu’il y a dedans [1]

Ca tombe bien parce qu’en Espagne, a priori, tu prends peu de risques de te retrouver avec de la panse de cochon farci au pied de chèvre [2], meme si au détour d’un bar a tapas tu peux avoir certaines surprises dans la sélection, facilement escamotable dans le pot de la plante verte d’à coté [3]

Sauf que quand tu te balades avec des gamins relous qui n’aiment rien, ça peut virer facilement au cauchemar le bar à tapas [4], quand malgré l’épluchage de la carte, il semblerait que rien ne puisse convenir à la prunelle de tes yeux, alors que toi, tu as déjà bavé au moins 4 litres, rapport à cette carte prometteuse.

Du coup, tu tente de trouver ce qui se rapproche le plus de spaghetti bolo SANS FROMAGE, de boulettes sauce tomate, ou éventuellement de pizza mais avec ANANAS

Et quand y a pas, tu essayes de faire au mieux. Tu prends pour toi cette délicieuse viande de porc saisie au gros sel, et tu partages. Et vu la tendresse et le gout de la viande, ce jour là, je n’ai pas pu manger grand chose de mon plat. L’objectif était atteint, l’infante ne mourrait pas d’inannition ce jour là.

Parce que bon, c’est pas qu’elle veut pas hein, qu’elle nous dit, d’ailleurs la preuve c’est qu’elle goute, c’est bien qu’elle n’est pas de mauvaise volonté. Oui enfin, ce serait vrai, si à la base elle avait pas déjà décidé qu’elle n’aimerait pas l’aliment proposé.

Ce qui est du reste très marrant, quand la moue de dégout affichée avant meme d’avoir gouter se transforme en ravissement après la première bouchée, et que ton assiette disparait dans l’estomac satisfait et passablement rassasié de Lagluante©

Bon, après reste le problème qu’elle n’aime pas le poisson. Ni les coquillages. Ni les calmars ou les crevettes, ce qui est plutot balot quand tu es en bord de plage et que tu en trouves a profusion, pas cher et de qualité au mercadona du coin [6]

Y a juste une chaine de “restaurants” qui passe sans problème pour le moment. Et encore, parce qu’il y a un truc. Valable pour les deux filles du reste. Chaque fois qu’on est dehors, il y a supplications pour aller manger au Burger King. On a déjà cedé deux fois. La première parce qu’il n’y avait plus que ca ouvert à Séville et qui ne coute pas un rein dans le coin ou on était [7] la deuxième parce que perfidement ma tante avait proposer un Burger King avant son départ. Sauf que. On est quatre. Elles sont deux. Tu la vois venir l’entourloupe? Ouais,exactement, la voiture est une cinq places.

Nous voilà donc partis, Merlinou, Laglue© Lagluante© Princhesse© et moi pour une virée BK tandis que ma tante restait manger avec son frère une bonne paella. Inutile de dire que ma vengance sera terrible. Déjà deux enfants c’est terrible à gerer dans ce genre de truc [8], alors quand en plus tu dois gérer le Triangle de l’Infamie, c’est encore pire.

Alors le truc, c’est pas tellement qu’elles soient fans de la nourriture du Burger King, mais bien parce que pour le moment, Ladybug est à l’affiche des jouets et que justement , elles sont fans de Ladybug. Mais que pas de chance, la figurine en avant était Papillon pour la première fois et Chat Noir pour la deuxième. Inutile de dire que depuis les filles nous tannent les cotes, des fois que ce soit Ladybug a l’honneur cette fois ci.

J’ai peur que le message “Ladybug devait etre la première figurine disponible et que nous sommes arrivés trop tard pour l’avoir” ne passent pas les premiers neurones. Tant que y a de la Ladybug à l’affiche, y a de l’espoir.

Depuis les filles sont devenues de super détecteurs a Burger King, dès fois que leur père ou moi cederait à leurs demandes.

A l’heure ou j’écris ces lignes, il reste quelques jours de vacances. Si les filles ne sont pas morte de faim, c’est qu’elles ont su survivre de petits repas à base de sauce tomates, de riz et de boulettes. Et de pas mal de pastèques pour Lagluante© ….

[1] Et que dans certains coins, pour ta sanité d’esprit et le confort de ton estomac, tu ne VEUX pas savoir de quoi était composé ce plat chelou, mais globalement bon qui est arrivé devant toi. Surtout si tu veux garder en toi le contenu du dit estomac
[2] Encore que, je ne jurerais de rien chaque gastronomie ayant ses hmmm disons “particularités horribles à certains palais”
[3] Toute ressemblance avec une situation réellement vécue étant comme de bien entendu parfaitement fortuite, on est bien d’accord
[4] D’autant que le pannel d’aliments ingérables par Lagluante© se compte sur les doigts d’un lépreux non soigné [5]
[5] Oui, je sais, ça fait partie de mes blagues préférées que je ressors assez souvent
[6] Encore plus quand c’est ton père qui se fait un point d’honneur à cuisiner, ne te laissant pas approcher de la cuisine et que les trois quart du temps, tes enfants goutent leur assiette la lapidant d’un beurk lacunaire et définitif, avant de se ruer sur les boulettes sauce tomate préparées pour elle parce que les perles, les pourceaux et la confiture. Paye ta honte parentale quoi.
[7] Séville en pas centre-ville, le dimanche soir c’est mort. Tiens le toi pour dit
[8] Quand après avoir dit trouze mille fois on mange BORDAYL avant d’aller jouer dans les jeux et ses variations “termine ton hamburger et ta glace avant de partir” tu te résouds à aller chercher la troutrouteuse pneumatique et et t’en servir pour les garder sur place

Sep 022018
 

Tout ceux qui ont eu l’occasion de cottoyer trois enfants vous le diront [1], tôt ou tard, ca se terminera dans un bain de sang avec l’un des trois qui sera mis de coté. En l’occurence ici la petite.

Posons le décor: il y a mes deux filles: Laglue© presque 14 ans, Lagluante© 8 ans ½ et leur cousine que nous nommeront pour plus de facilité Princhesse© [2], quasi 16 ans.

Donc Princhesse© et Laglue© sont comme cul et chemises, parlent de trucs d’ados, reluquent les mecs [3], parlent des derniers épisodes de Ladybug, admirent Marinette et crushent sur Chat Noir [4], partagent leurs problèmes et leurs interrogations, réellement importantes mais trop souvent moqués par les adultes [5], font leur petits secrets qu’elles se confient en hurlant d’un bout de l’appart a l’autre, puis s’offusquent qu’on puisse les entendre.

Et Lagluante© au milieu de tout ça, comme un chien dans un jeu de quilles, quémendant de l’attention de part et d’autres et ne supportant pas d’être mise de coté.
Lagluante© et son caractère entier qui ne supporte pas trop la contrariété [6]

A tel point que la patience des grandes arrive rapidement à ses limites. Apparait alors la menace ultime: “si tu continue, on va te montrer une photo de Chucky, et Chucky, il fait super peur. C’est une poupée tueuse et si elle vient jouer avec toi, tu vas être morte.” [7]

Et Lagluante© de pleurer que les filles sont méchantes, et qu’elle a peur de Chucky et que ouinnn…
Le temps passe, le soir, avant d’aller se coucher, elle regarde sa marraine et lui dit en chouinant “Marraiiiineeeeuuuuh, tu sais, j’ai peur de la poupée làààà, la poupée qui tue… *intense réflexion*… c’est quoi son nom déjà?”

Fou rire interieur de la marraine, de mon monsieur et de moi même, parce que là, clairement, la demoiselle essaye juste de gagner du temps avant qu’on s’en aille.

C’est une fois la porte fermée qu’on s’est dit; tu imagines si vers les 3h du matin, quand elle se lève pour aller pisser, elle vient te secouer, et attend que tu sois plus ou moins réveillée pour te susurrer: “dis marraine, c’est quoi déjà là ,le nom de la poupée?”
M’est avis que Chucky ressemblerait a la plus mignonne des poupées Corolle face à l’ire de la dite marraine…

Inutile de dire que quand quelques jours plus tard, sa marraine est repartie avec sa fille vers ses pénates, malgré les disputes et les cris, les filles étaient inconsolables de se retrouver à nouveau seules et entourées d’adultes…
Encore plus quand les dits adultes sont de véritables rabats-joie.

[1] Enfin sauf pour ceux équipés d’enfants parfaits, communément appelés “faux nains”.
[2] Oui je suis toujours aussi nulle pour trouver des surnoms, certaines choses ne changent pas, comme ça, et ma maladresse
[3] Ou font semblant de s’y interresser
[4] Ce moment magique de la charnière. Pas encore tout à fait ados, encore un pied dans l’enfance mais s’imaginant tout savoir de la vie et de ses aléas. Note qu’en ce qui me concerne, mon compteur d’âge s’est arrêté a 4 ans et demi et même quelques minutes avant de mourir je resterai cette éternelle et chieuse gamine. Quand tout le monde ne rêvera que de me voir pousser mon dernier soupir pour enfin en finir avec cette emmerdeuse
[5] Qui ont l’air d’avoir oublié qu’un jour aussi eux ont été ados, et que cette transition n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. Ok les ados peuvent être tête a claques, mais sous leurs airs de savoir ou ils vont, certains demandent juste un peu de considérations et d’écoute. Et pas de conseils paternalistes halacon© ou de “moi si j’étais toi, …” .
Encore que ça marche aussi pour les adultes. Parfois on aimerait juste pouvoir avoir une oreille sans les conseils.
[6] Et te l’annonce haut et clair avec force décibels.
[7] Au moins ca a le mérite d’être clair. Bon a coté de ça, je lui chante régulièrement la chanson de Fredy (Cruger), du coup y a du level niveau gestion des peurs.

Aug 262018
 

Partir en vacances en famille, quelle joie. Surtout quand de base tes enfants ne s’entendent pas trop, mais qu’en plus vous allez vivre entassés pendant quelques jours dans un appart, [1] avec ton père, ta tante et sa fille.

Dans la canicule, et en sachant pertinament que c’est toi qui va devoir gérer les disputes parce que Laglue© va vouloir rester avec sa cousine alors que la petite soeur aimerait bien jouer avec elles mais que non, elle est trop petite et que c’est vraiment trop injuste.

Sa cousine a 16 ans hein. Le double de son âge. Je peux comprendre qu’elle ne voit pas d’un très bon oeil la gamine s’incruster dans leurs discussions tellement sérieuses.

N’empêche, la gestion de crise c’est pour magle. Et pour mes nerfs c’est tendu du string. Déjà que je ne suis pas la bienveillance incarnée, gerer deux ados en crise qui se liguent contre une petite peste, je sais pas pour toi, mais moi je trouve que ca ressemble un peu à l’antichambre de l’enfer [2]

Et ça ne fait qu’un jour qu’on est tous ensembles. Avant on s’est offert un cititrip lyophilisation à Séville [3], marché 19km le premier jours et a peine 15 le dernier, c’est passablement sur les rotules qu’on a été récuperer la bagnole de location à l’aéroport, attendu 2h pour cause de panne informatique et enfin embarqué vers le grand sud et la mer.

Nan mais en passant, ça en valait vraiment le coup d’attendre, parce qu’à la place de la bagnole toute pourrite on a eu une Moka flambant neuve qui affichait à peine 7km au compteur quand le Merlinou l’a récupérée. Et en plus y avait vachement la place dedans. Suffisamment pour mettre un Pépé et deux gamines dont une équipée d’un siège auto à l’arrière.
Bon par contre niveau place dans le coffre, tu te brosse hein, même la 205 qu’on a eu au retour avait un plus grand coffre…

J’aurais cru que ça allait pioncer a l’arrière de la voiture pendant le trajet, que nenni. Bon faut dire qu’on écoutait en audio-book le premier tome de Cherub. Ca doit aider. [4]

Du coup, en ce premier jour de vacances tous ensembles, on se repose un peu. Et vu qu’il fait quand même un peu chaud dehors, on joue à l’interieur. A des jeux de sociétés. Bon ceux sur place sont pas transcendantaux. Mais y a moyen de.

Genre t’imagine pas tout ce qu’on peut faire avec un scrable [5] et un peu d’imagination.
Et c’est avec les trois filles (8 ans ½, 13 ans presque 14 ans, et 16 ans, aidé par le Merlinou)
C’est donc tout naturellement que sont apparus sur le plateau les mots: pute,pal (rien a voir avec le secam, nan on parle de celui qui suplicie), lèpre et autres joyeusetés [6]

Ca ne fait qu’une demie-journée qu’on est là, et on va être tous ensemble pour encore quelques jours. Mais au moins on a de chouettes moments, on rigole bien et on a une superbe vue et ca fera de chouettes souvenirs aux enfants [7]

Non parce qu’en fait, en ce qui me concerne, je crois que j’aurais préféré être arrêtée aux douanes en fait. Ceut été mieux pour mes nerfs…

[1] certes au bord de la mer, enfin, on voyait la mer de là et même Gibraltar, mais un un appart de 70m2 quand meme
[2] Oui bon on va pas se mentir, y a aussi dse chouettes moments, ou parfois ELLES JOUENT TOUTES LES TROIS, sans se disputer. Va falloir que je regarde dans les almanaches si y avait pas un alignement stellaire ces jours là
[3] Moyenne de température sur les deux jours: 42, => 43° et 41°, et je peux te dire qu’avec la visite de la cathédrale, la réponse à la vie, l’univers et le reste, on l’a bien sentie. Même si tu es un hérétique incroyant, like me, l’architecture et l’art sont tels que tu ne peux que te sentir sans voix face à tant de grandeur. Même les filles n’ont pas moufter, c’est dire. D’ailleurs je te raconterai peut-être cette halte a Séville dans un autre post. Ou alors je te l’ai déjà racontée. Je sais pas. J’écris dans le désordre et hors ligne, du coup c’est un peu le bordel.
[4] D’ailleurs le personnage principal est une véritable tête a claques. Je comprends que ça parle aux ados.
[5] Oui, enfin non. Pas que s’envoyer les pièces a lagle, jouer à la guerre des voyelles et devoir ramper sous le canapé pour récuperer toutes les victimes
[6] Oui on sait s’amuser par chez nous, d’ailleurs pas plus tard qu’hier j’expliquais la différence entre pansexualité et bissexualité, parce que les mots c’est important, même si ça fait encore plus de cases.
[7] En ce qui me concerne, si tu me cherches, je suis soit noyée dans la piscine, soit pendue à une poutre quelconque

Aug 202018
 

Ce qui est sûr, c’est qu’il ne forme pas ta jeunesse.
Nan mais faut pas croire, voyager en famille c’est sympa. Enfin si tu n’as pas plus d’un enfant et/ou que ta marmaille s’entend bien, et que tu n’as pas prévu d partir en avion ou train.


Nous comme on est des warriors, on a décidé de faire un combo: partir en avion, avec des gamines qui se détestent cordialement [1].
Donc. On part en avion. Avant de partir il faut arriver a l’aéroport. En voiture. Avec les deux gamines en train de se dire des amabilités derrière, je peux te dire que le temps semble long. Très long.

Il faut savoir aussi qu’on part avec que des bagages en cabine. Rien en soute.Donc qu’on va passer les controles avec les bagages. Et qu’accessoirement, on est donc plutot chargé: quatre valises a roulettes, deux sac de laptop et trois sac à dos. Sachant que Lagluante© conduit les valises a peu près aussi bien que moi les poussettes, je me retrouve donc a en guider deux. [2]

Brèfle. Passage par la vérification des billets. Puis les douanes. C’est sympa ce jeu de tétris ultra rapide ou tu dois mettre ta valise/sac à dos/contenu de tes poches/sac de laptop sans son ordi et tablette, et ne pas les quitter des yeux tandis que tu passes le portail de sécurité.

Récuperer tes valises, ton laptop. Facile. Avoir Laglue© qui nous dit d’une toute petite voix que son sac à dos à été retenu. Voire qu’il ne te reste que quelques minutes pour choper ton avion [3] et lui demander si elle a une idée de pourquoi son sac a été retenu.

Je sais pas qu’elle nous dit. Y avait peut-être des ciseaux dans ma trousse j’ai pas vérifié…
Là, t’as juste envie de lui en coller une a la treize ans, parce que c’est pas comme si tu lui avais chanté sur tous les tons de vérifier ses affaires avant de partir, qu’elle n’ai rien d’interdit comme par exemple… UNE PUTAIN DE PAIRE DE CISEAUX….

Heureusement pour elle, a bouts ronds les ciseaux, du coup le douanier dans sa grande bonté les lui laisse.
On se dirige donc vers notre porte d’embarquement, essayant de causer entre adultes de choses du style “tu as bien les cartes d’identités? T’as pas oublié les tickets à la douane? Je peux perdre mon ID la maintenant comme ça vous partez sans moi et Lagluante© babille entre nous, pose des questions halacon:

  • – Et s’il y a une bombe devant nous, tu fais quoi?
  • – Comment on les reconnait les terroristes?
  • – Et c’est comment qu’on fabrique une bombe?
  • – Tu as déjà fait exploser quelque chose?
  • Et si on disait que je voulais mettre une bombe mais que Goupix l’a mangeait et la faisait exploser dans son ventre
  • – Mais maman pourquoi tu me fais les grozyeux et que t’as mis ta main sur ma bouche pour m’empêcher de parler? [4]

Curieusement, pendant ce flot de questions ininterrompu, il y avait un cercle qui allait s’élargissant autour de nous… Je me demande bien pourquoi…
On rentre enfin dans l’avion non sans qu’une hotesse me fasse une remarque “vous avez deux bagages madame”?” Quand elle a vu Lagluante© lui rouler consciencieusement [5] sur les pieds, elle n’a pas eu d’objection a ce que je reprenne la conduite de la valise.

Dans l’avion, elle était coté hublot, sa soeur seule a une autre rangée, enfin tranquille. Nous on a eu droit aux tas de questions, a l’émerveillement face à ce grand oiseau de fer qui vole. Puis après a son incessant blablablas, de jouer avec ses peluches, jouer avec elle, lui dire si elle dessinait bien, répondre encore a trouze mille questions.

Aller avec elle aux toilettes. Atterrir une grosse demie-heuree plus tard et devoir cavaler dans tout l’aéroport a la recherche d’autres toilettes.

Puis pendant qu’avec son père on essayait de se reperer et de voir par ou c’était pour prendre le bus, d’avoir à nouveau les deux gamines en train de se disputer.

C’est parti pour trois semaines de vacances quasi. Dont deux jours à Séville ou les températures prévues sont caniculaire et dépasse la réponse à la vie, l’univers et au reste: 43 degrés. 43 putains de degré et au moins 39 jusque 20H. On va juste mourir.

Mais en attendant, j’ai appris à mes enfants comment on mouchait les avions et qu’ils adoraient être bordés une fois dans leur hangard…

[1] Mais si, sur le principe des ennemis mortels, de l’entropie et du mouvement perpétuel: si l’une est calme, l’autre la cherchera et vice et versa.
[2] Assez mal d’ailleurs sur un sol inégal, je déplore actuellement la mort de mes deux poignets.
[3] Nan mais c’est pour l’effet dramatique, en vrai on avait le temps.
[4] Nan mais faut pas croire, les enfants say fantastique, #OuPas
[5] Ou alors c’est l’impression que ça donnait, elle ne l’a probablement pas fait exprès

Jul 312018
 

Aaaaaah, les vacances, ce moment ou tu te dis que tu vas pouvoir te ressourcer avec ta progéniture, nier les horaires, faire ce qu’on veut quand on veut, que tout est possible [1], mais qu’en fait passé l’idylle des premiers jours, t’as qu’une envie, faire un double infanticide ou te balancer au bout d’une corde tellement le fruit de tes entrailles putrescentes est relou tendance tête à claque et que la chaleur n’aide pas.

Parce que oui, même si a l’abris des murs de ton bunker il fait bon, dehors c’est le cagnard et la moindre sortie se solde de “ouiiiiin j’ai chaud/soif/suis fatiguée/on rentre quand/on peut acheter une glace” [2] que le consensus actuel est plage urbaine cinéma [3]

Bien que les jeux de sociétés soient pas mal non plus. Le problème, c’est qu’avec des gamines de 13 et 8 ans 1/2, le choix n’est pas bien grand. Pas d’Asylum ou de jeux durants des heures, pas de blanc mangés coco ni de limites. Tu peux éventuellement la version de base d’exploding kittens, mais t’as interêt a trier tes cartes avant et mettre les NSFW hors de portées des petites mains, exit aussi Secret Hitler, lache pas la savonnette ou autre unstable licorns, mais la game de jeux ‘familiaux’ s’ouvre toi. Vive le saboteur, rock and troll et autres jeux.

En l’occurence, on a pu tester Roi et compagnie entre filles.
Je te plante le décor, tout le monde a moitié a poil assises a la table de la cuisine.
Je lis les règles aux gamines.
Demande a Laglue© 13 ans presque 14 de lâcher son téléphone le temps que je termine la lecture des règles.
Continue 3 phrases. Redemande a la gamine de lâcher son téléphone.
Arrive au bas de la page.
Gueule sur la gamine de lâcher son putain de téléphone. Devant le peu de réponse en face, confisque le dit téléphone sous l’oeil goguenard de Lagluante© 8 ans 1/2.
Se servir une deuxième bière parce que merde, quand je suis devenue mère, j’avais pas signer pour ça.

Je termine les explications, met les cartes en place, lance le premier tour [4], ca râle un peu chez la petite quand elle a pas les cartes qu’elle veut, mais la partie se passe cahin-caho, avec un premier clash quand Lagluante© se prend une première carte de pénalité. D’autant que sa soeur en est ravie.Puis ça pinaille sur un dé et ça commence à se frapper. Pour calmer le jeu, je leur balance le cadavre de la bouteille N°1 a la tronche [5] pendant que Lagluante© pleure que c’est trop injuste, elle est en train de perdre. Je promet une deuxième partie si le niveau sonore baisse directement. Le silence se fait instantanément.

Je frappe violemment Laglue© avec son téléphone qu’elle ne veut décidément pas lâcher [5], qui chouine que quand même on pourrait se dépêcher de jouer. Retourne me chercher une autre bière. Vire le chat qui a foutu le boxon dans les cartes le temps que j’aille au frigo. Essuyer les larmes de la petite parce que sa soeur lui a dit “de trop vilaines choses”

Et c’est enfin la fin de la première partie. Pas de bol, c’est la grande qui a gagné, la petite demande sa revanche en reniflant. Est a la limite de pleurer a chaque carte perdue ou pénalité acquise. D’autant que sa soeur en profite pour se moquer à chaque fois. Ce que je fais moi? Je recherche des plaquettes d’anti-dépresseurs et de paracétamol a consommer en une fois dès qu’elles seront au lit. [6]

Et là la partie traine. Et les filles se disputent. Again. And again and again and again. Pendant ce temps, je suis occupée a me tresser une corde a attacher à une poutre solide. Un lancé de dés, de longues tractations. Des réjouissances quand ca perd en face, de la jubilation quand la chance est là.

Pour finir, Lagluante© a gagné la deuxième partie. Sa soeur, 13 ans presque 14 je te rappelle, est partie de la table vexée comme un pou. Moi? J’envisage le divorce et la garde exclusive à leur père.

Nan mais c’est bien les vacances, mangez-en [7] …

[1] Particulièrement avec la carte kiwi
[2] Après les 47 que tu leurs a déjà acheter
[3] Sans surprise les indestructibles 2 et Hotel Transylvanie3 sont tombés au chant d’honneur, et vive la Macarena. Sans blague,le facepalm des adultes présents dans la salle était de bien synchro et de toute beauté
[4] A savoir c’est un jeu mêlant cartes et six dés de six faces, avec 3 couleurs: rouge/vert/bleu sur chaque. Oui, voilà, tu imagines le carnage lors des lancés
[5] Rhooo ça va, si on a plus le droit de fantasmer…
[6] Comment ça, je suis ENCORE dans l’exagération? J’te les prête et on en reparle hein… enfin oui, ok, je suis UN PEU dans l’exagération
[7] En vrai c’est pas si pire hein, on passe quand même de très chouettes moments, mais la chaleur a tendance à énerver tout le monde…

Jun 142018
 

Aujourd’hui, dans les conseils halacon de tata Lolly, nous verrons comment NE PAS se pendre avec un hakama, en un petit « how to » de quelques points, certains plus stratégiques que d’autres.

  • 1.Recevoir son hakama rouge pour quand elle conte des contes japonais/shinto (ou veux faire du cosplay de miko, mais c’est avant tout un outils de travail.)
  • 2. Déballer la chose et se dire qu’au final le tissu a l’air léger et se foutre le dosseret dans l’oeil au passage.
  • 3. Passer quinze minutes a découper les fils qui retiennent les différents plis et les lanières en évitant d’abîmer le hakama et accessoirement de se blesser avec le couteau.
  • 3B. Soigner la blessure sous l’ongle due a la lame du canif qui a riper en evitant de mettre du sang partout, et particulièrement sur le hakama.
  • 4. Mettre le hakama sans s’étrangler une première fois avec les lanières et se retrouver saucissonner façon shibari par les dites lanières qui sont vraiment très longues.
  • 5. Trouver le hakama a sa taille mais se dire qu’avec son gros dosseret, va falloir se tenir vachement droite pendant qu’on le porte.
  • 6. Enlever le hakama et manquer se tauler parce qu’on s’est pris les pieds dedans. Voir le bureau de fort près dans la chute. (ippon pour le hakama)
  • 7. Passer au moins trente minutes a essayer de replier convenablement ce **** de **** de *** de*** hakama qui a la propension de générer pleeiiiiin de plis.
  • 8. Mourir par strangulation lors de l’essai de repliage des lanières, que bordayl, chui bien contente de pas avoir de hakama a mettre plus souvent.

Voilà voilà, la semaine prochaine si tu es sage, je t’apprendrai a décoincer la lame de ma tondeuse a gazon (qui s’appelle Christine pour la petite histoire)

Jun 012018
 

Qui a dit que la vie de mère de famille est un long fleuve tranquile?
Déjà si tu dépasse le nombre de un enfant c’est mort. Tu sais déjà quee tu devras gérer des crises, des pleurs, des bagarres qu’a coté l’ONU n’a qu’a aller se rhabiller. On laisserait des mères de familles nombreuses gérer les conflits mondiaux, le monde marcherait droit et s’excuserait a la moindre incartade.

Mais tout ceci m’éloigne de mon sujet. En l’occurence, la gestion de la dite famille, des rendez-vous médicaux que tu gères seule quand ton monsieur travaille et du fait que tes deux enfants ne savent/peuvent pas se piffer. Comme ça c’est dit [1]

Donc, plantons le décor. Les filles vont dans deux écoles qui sont à un centaine de mètres l’un de l’autre. Le temps de trajet en voiture est de dix minutes. En bus, ca varie entre 30 minutes et une heure.

Nous sommes mercredi. Elles ont école jusque midi, et il était prévu qu’elles rentrent en bus.
Quelques jours plus tôt, Laglue© treize ans à un petit peu beaucoup explosé son appareil dentaire, me contraignant a appeler l’orthodontiste en urgence un vendredi soir a 17h30 [2], pour me faire entendre dire que les rendez-vous étaient full, mais qu’on m’appellerait dès qu’il y a une possibilité [3]

Voilà, donc on est mercredi, et voici donc la transcription de cette très, trop, longue journée:

  • – 11h30: le téléphone sonne: Allo oui bonjour, c’est le secrétariat du docteur RedresseQuenote, on a pas de place, mais si vous pouviez être là entre 13H30 et 15h30, on pourrait vous prendre entre deux rendez-vous, c’est possible pour vous?
  • – Moi regardant ma montre: oui oui, ca doit être possible.
  • – J’empoigne mon téléphone, laisse un message sur celui de Laglue© comme quoi je viens la chercher. Pas de réponse. D’ailleurs sans te spoil, elle aura jamais eu ce message
  • – 11h35: je suis a la supérette du coin et j’achète de quoi manger pour les demoiselles, aka de quoi faire des sandwiches et leur demande du liquide en plus pour pouvoir payer l’ortho
  • – 11h55: c’est le deadlock total dans le carrefour a proximité de l’école. Je m’invente une place sur le coté et je pars récuperer Lagluante© aucune nouvelle de sa soeur
  • – 12h05: on est dans la voiture, je prie désepérement pour avoir un slot et pouvoir sortir de ma place. Coup de chance, la voiture derrière moi s’arrête directement dès qu’elle voit mes feux de recul. La place ne reste pas innocupée longtemps Ma voiture me rappelle qu’elle est sur la réserve et que j’ai une autonomie de ZEROS kilomètre environ
  • – 12h15: je mets EXACTEMENT dix litres dans la voiture à la pompe qui coute trois reins à proximité de la maison
  • – 12h20: de retour a la maison, Lagluante© mange ses tartines, pendant que je prépare des sandwiches pour sa soeur et de quoi boire pour les deux
  • – 12h30: je flood le téléphone de Laglue© rapport qu’on en a pour quasi une heure de trajet jusque là bas, plus trouver une place ou se garer
  • – 12h35: je dis des gros mots sur la messagerie de cette andouille qui prend décidement tout son temps pour rentrer
  • – 12h37: elle daigne enfin me répondre, et la bouche en coeur me dit qu’elle est descendue un arrêt plus tot pour papoter avec des amis
  • – 12h38: sous le flots d’injures imagées que je lui renvois, elle se met a courir et pulvérise le record du 400m d’Usan Bolt
  • – 12h40: elle jette ses affaires à la maison, prend son repas et fonce dans la voiture pendant que je les cravache sa soeur et elle pour aller plus vite. Je fais demi-tour pour récuperer les affaires d’académie qu’on avait oublié à la maison
  • – 12h45: elles sont toutes les deux attachées dans la voiture et m’attendant sans moufter. Je crois qu’elles sont terrorisées. On démarre.
  • – 13h30: arrivée dans la ville sur les chapeaux de roues mais en respectants les limitations de vitesses, les feux et les priorités
  • – 13h32: ah ben c’est bien le moment d’avoir une sortie d’école hein
  • – 13h35: garées, j’éjecte tout le monde de la voiture on se fait les cent mètres restants au pas de courses et sous un soleil de plomb
  • – 13h37: installées dans la salle d’attente. La secrétaire vient nous dire la bouche en coeur qu’il n’y a pas de désistement et qu’on nous prendra entre deux patients ou en cas de retard
  • – 13h45: je suis collée a mon siège et avec mes lunettes de soleil tellement il fait chaud et lumineux dans cette pièce. Pas merci le toit vitré
  • – 14h30: mon téléphone n’a quasi plus de batterie et Lagluante© entame sa 200e construction en légo
  • – 14h40: chic un slot se présente, mon estomac grogne dans le cabinet silencieux, rapport que j’ai rien mangé depuis la veille
  • – 15h10: on est dehors, la liberté enfin, y a académie a 16h20 mais j’ai quand même le temps de manger un petit bout
  • – 15h30: on s’arrête au mac do du coin. C’est le moment de découvrir qu’une copine de Laglue© et ses parents y sont aussi. Youpie. Paye ta misanthropie, je tiens la conversation vaille que vaille
  • – 16h10: j’éjecte Lagluante© des jeux. On va ENCORE être en retard a l’académie bordayl
  • – 16h25: Lagluante éjectée de la bagnole et balancée dans sa classe avec moulte excuses je peux enfin soufler
  • – 16h30: ha ben nan, faut faire les courses, passer a la bibliothèque et a la banque avant d’enquiller sur mes propres cours a 18h30

Piece of cake la journée. Sur les chapeaux de roues. Je suis pas tombée en panne sèche, les filles ont pu manger et boire et on est arrivées dans les temps. Mais des mercredis comme ça j’avoue, heureusement que c’est pas tout le temps…

Ah, je t’ai pas dit. La petite aussi va devoir porter un appareil dentaire…

[1] Par contre tes conseils d’éducation foireux, tu peux te les foutre au cul, particulièrement si tu n’es pas parent, mais que tu sachais tout mieux que tout le monde. Ma binveillance a tendance à vouloir distribuer des roto-baffes ces derniers temps. Bref.
[2] Bah oui, c’est toujours mieux de casseer son appareil la veille d’un long week-end de pont; Et ce qui, connaissant mon amour du téléphone, imagine donc l’horreur que ca a été
[3] Sachant que le cabinet est à genre un heure de chez moi et cinquante minutes de leur école, vive la campagne. Ou pas.

Feb 172018
 

J’ai une famille formidable.
Jeudi soir alors que j’étais au coeur de la capitale [1] dans les embouteillages, en route pour l’académie et ses cours, je reçois un appel de Laglue©, qu’en bonne conductrice, je prends sur le bluetooth de la voiture [2] et au bout du fil, j’ai une gamine toute guillerette qui oklm me sort:

  • – Coucou maman, je suis avec papa, on attend l’ambulance
  • – WHuuuuut?!!!!!!!!!
  • – Il est tombé et il saigne de tout partout, il s’est cassé le nez il penses
  • – Whaaaaat?????!!!!!!
  • – Nan mais ca va hein, il est pas mort mais il a mal
  • – .oO (t’es bien la digne fille de ta mère toi)

Résultat, pendant cet échange j’essayais juste de rester sur la route et de n’emplafonner personne, je me suis donc retrouvée quasi au coeur de la ville en plein heure de pointe, youpidou.

Brefle, la donzelle qui a attendu avec son papa l’arrivée de l’ambulance dans le froid et la pluie [3], m’avait dit qu’elle me rappellerait quand elle saurait vers quel hôpital ils seraient dispatchés.
Ce qu’elle a fait 30 minutes plus tard quand l’ambulance est arrivée. [4]

Je les y ai rejoins. Vers 20h. Pu voir qu’il était malgré tout encore sexy sous tout ce sang tel un Jack Bauwer ou un Tyler Durden [5].
On y est resté jusque quasi minuit. Pour les différents soins/radios/re soin/s Trucs autres, en s’envoyant des messages pendant les temps morts.

Brefle, le Merlinou est vivant et se porte plus ou moins bien [6] et attend impatiemment sa prochaine cascade. Ou pas.






Après j’vous ferais bien dire que si moi je me taule nettement plus souvent que lui, ca me permet de diluer tout ca et de ne pas avoir de grosses blessures tout les trois quatre ans, nomhéo
[1] Techniquement non La Morue, j’étais en ville tout court, en route vers l’autoroute sans passer par chez toi; mais pour les besoins dramatiques de l’histoire, on dira que. Repose cette pelle tout de suite s’il te plait
[2] Tavu, je suis trop respectueuse du code de la route
[3] Tels les misérables dans Victor Hugo. Bon y pleuvait pas encore a ce moment là, mais pour l’intensité dramatique ca se pose la. Par contre il faisait déjà fort froid
[4] Ca commence a faire beaucoup de digressions ca. Et dix gressions, c’est beaucoup. Enfin bon, heureusement que c’était pas une urgence vitale, du coup ils ont pas voulu déforcer les services d’urgence du coin, a 10 minutes de la et on fait partir une ambu qui revenait de Grande Ville d’à Coté. En même temps le froid ca conserve, y avait pas grands risques qu’il cane pendant ce temps

[5] Pas de bol, ce n’est donc pas un motif de rupture unilatéral, tel « je ne suis plus assez beau pour toi; je te quitte »
[6] Comprendre personne ne lui a encore tapé dans le nez depuis cet accident. En sachant que Lagluante© n’avait pas attendu tout ce temps pour me mettre le doigt dans l’oeil post opération

Dec 052017
 

Avoir des enfants, ce truc formidable, qui te permet de te rendre compte de plusieurs choses, pas forcément en même temps:

  • 1. Le ridicule ne tue pas: que ce soit ta progéniture, qui s’est habillée comme elle le voulait, multipliant les couches en été, courant a oualpé ou presque en hiver et ne sachant absolument pas coordonner les couleurs [1], ou toi, quand tu dois gérer les bons mots et les crises de la dite progéniture devant un tas de regards au mieux désobligeants, au pire suivi des commentaires de leur propriétaire, qui généralement se prendra le parent a bout de nerf avec un au choix “je ne vous ai pas demander votre avis, vous pouvez vous le carrer ou je pense” ou un plus diplomatique “c’est ça, c’est ça, tout en pensant maintenant ta gueule sinon ca va très mal se passer pour ton cul”
  • 2. Un enfant c’est usant. Si vraiment. Cielleux qui disent le contraire on soit des faux nains[2], on de la chance d’avoir le syndrome de Dory [3], leur permettant d’un jour à l’autre d’oublier les problèmes petits et grands amener par leurs enfants. Clairement. C’est relou. Ca te pousse à bout.
  • 3.C’est égoïste. Tu lui donne le doigt, il va te bouffer la main, le bras, et laisser juste les chevilles s’il est pas trop vorace. Tu veux lui faire plaisir, c’est jamais assez. Et ça te l’exprime en râlant
  • 4. C’est jamais content, même quand tu fais ce qu’il veut, on en revient au point 3. Avoir des enfants, c’est comme un esclavage, sauf qu’au début, on t’a jamais dit que tu signais pour ça, la conspiration “Lay Enfants Say ke Du bOnheur” étant passé par la avant et ayant baliser le chemin, JA-MAIS on t’a dit que tu allais souffrir mille morts. D’abord pour l’expulser. Ensuite pour t’en occuper. Et je te raconte pas la tonne de sacrifices en prime. [4]
  • 5. En cherchant bien, et surtout pour t’éviter le combo infanticide-suicide, un enfant, c’est aussi plein de chouettes choses, de bons moments, beaucoup d’amour, et un putain de syndrome de Stockolm aussi.

Bref, tout ca pour dire que parfois tu te casses le cul a vouloir leur faire plaisir, mais en fait ca tombe à plat. Comme y a quelques jours. On avait convenu avec le parrain de Laglue© de se retrouver chez le grand suédois pour bouffer et dépenser un peu d’argent. Déjà, Lagluante©, elle avait pas franchement envie d’aller la bas. QUand elle l’a appris elle faisait un peu la gueule. Non seulement on allait retrouver sa grande soeur, mais en plus a un truc nul [5]. C’était donc concert de grognements déçus dans la voiture. Le Grinch avant l’heure.

Pis elle était contente quand même un peu, de faire le resto, c’est chouette un resto, c’est rare [6], et en plus ils ont des boulettes. Chouette. Sauf que.
Le monsieur du self, il a balancé une louche de sauce sur ses boulettes. Et la c’est le drame. Les cris, les pleurs, J’AIMEEEEE PPOOOOOOOOOOO ÇAAAAAAAAAAAAAAAAAA [7]. Le parrain de la grande, Vanyel, il a déjà mit les bouts et observe avec interêt la crise de la gamine et ma non gestion, aka, surdité selective profonde la maintenant tout de suite.

Je vais vers les caisses, laissant un torrent de larmes derrière nous BWOUAIINHIIIINHIIIIINNNN KESKEJ’VAISMANNNZZZZZZZZZZZEEEEEEEEEEERRRRRRRR, heureusement il reste fort peu de monde au resto pour le moment et on se dirige vers une table libre. S’en suis de longues minutes de négociation sororales, Laglue© acceptant de céder quelques boulettes vierges de toute sauces à a sa cadette.

Cadette qui goutte acccidentellement la dite sauce honnie. Se lèche les lèvres, décrète avec un grand sourire après cette demie-heure de gageure [8] qu’en fait la sauce est hyper bonne et en prend une lampée d’un index déjà taché du gras des frites.
J’ai du utilisé tout mon self-contrôle pour pas étouffer la gamine dans son plat, tandis que Vanyel se mordait les lèvres nerveusement pour ne pas éclater de rire et prendre son café brûlant dans la tronche, parce que crois moi, j’aurais parfaitement fais une réussite critique sur le lancé de tasse, alors que Laglue© ingénue, du haut de ses treize ans ne comprenait rien du drame se jouant sous ses yeux.

Et tu sais le pire dans tout ca? C’est que je suis a peu près sûre d’avoir la même scène la prochaine fois qu’on va la bas, parce que évidement, Lagluante© presque huit ans est équipé du neurone Dory en série, comme sa mère, et que donc, evidement, elle ne se souviendra de rien #PleaseKillMe #UneCOrdeUnePoutre.

Et toi? Dis moi que ça t’arrive aussi des trucs comme ça, et que tes enfants ne jurent que par un ou deux plats et qu’a l’exterieur c’est souvent galère. S’il te plait, dit moi que je suis pas la seule à être dans ce long tunnel noir de l’ingratitude nainesque

[1] Quand Lagluante© me dit “maman, tu es magnifique”, c’est que généralement j’ai fait une faute de gout. Et je me change intégralement
[2] Catégorie d’enfant assez rare, qui ne moufte pas, mange de tout, ne se salissent pas, n’hurlent pas et son de parfaits petits adultes miniatures. Et ne viens pas me dire que c’est l’éducation, parce que des disparités au sein d’une même fratrie, c’est bien la preuve que non. Ah que de “de ton temps”, les enfants on savait les élever nous. Suffit de voir les adultes qu’on a maintenant. Notre génération. Tsé celle qui prend le plus de calmants et d’antidépresseurs. Je te laisse réfléchir à un lien éventuel.
[3] Bonjour, je m’appelle Dori, j’ai une maladie qui s’appelle le trouble de la mémoire immédiate, j’ai encore oublié quelque chose?
[4] Ah ben nan pardon, c’est les conséquences d’avoir baiser sans protection ça. Le sexe c’est pêcher, assume maintenant.
[5] Qui subitement ne l’est plus une fois qu’elle peut courir partout. En plus y avait un concours de Noyel avec cadal a la clef, alors tu penses bien qu’elle a apprécié.
[6] En même temps vu le panel de trucs qu’elle accepte de manger et qui se compte sur les doigts de la main d’un lépreux en phase terminale, ça ne facilite pas les sorties. <

[7] Sisi, elle a bien huit ans le mois prochain. Voilà. J’ai engendré un monstre
[8] Meunan, je suis pas dans l’exagération, tu me connais…