Jul 192012
 

Aaaaaaaah allez se promener avec Filo, c’est tout de suite une grande aventure.
L’autre jour, j’avais à la maison des invités [1]. A priori c’était pour l’après-midi. Au final, ils sont parti à 22H30.

Une maman, ses deux garçons, a quelques mois près l’âge des filles. Même que ca tombe bien, ils sont cousins et s’adorent.
Du coup y a pratiquement pas eu a s’occuper des enfants, qui s’amusaient très bien tous seuls dans le trampoline.

Le père, au travail, pilote de son état est passé plusieurs fois au dessus de la maison, avec sa tondeuse à gazon volante. Manque de pot, il ne nous aura pas vu. Pourtant on était dans le jardin, armées d’un bazooka arc à flèches.

Puis est venu le moment ou on s’est dit qu’il commençait à faire faim et qu’il serait p’être judicieux d’aller chercher de quoi nourrir tout ce beau monde. Ni une ni deux, on a laissé les quatre gamins au cyclope à Merlin et on est parti chercher pitance dans la grande surface du coin.

Sauf que pour le commun des mortels, ca revient à lâcher deux des cavaliers de l’Apocalypse sur la terre, deux sales gamines sans aucun savoir-vivre qui glousse comme des poules et qui ne savent pas se tenir [2].

On arrive au magasin genre vers 18h30. Direction le rayon poissonnerie ou le gars est entrain de rentrer sa poiscaille déjà mise en bac.
Vu qu’on le dérange un peu quand même dans son rangement [3], c’est avec mon petit air dépité et en tappant mes indexes l’un contre l’autre que je lui demande du saumon.

Filo, qui ne sait décidement pas s’empêcher d’être désobligeante, se prend mon courroux dans les dents, à savoir que si elle continue, je prends de la glace du gars et je la lui met dans le dos. Réponse du tac o tac du poissonnier qui dit qu’il ne verrait pas de problème a se qu’elle s’allonge carrément dans la glace du comptoir.

Vivivivi. Ca ferait un bon thon (ou une morue) à présenter. Morte de rire qu’on est. Surtout quand peu à près on parle de l’imaginer nue dans la dite glace.

Mais Filo ne s’arrête pas à ca près. Toute contente de goûter de la cuisine japonaise pour la première fois de sa vie, elle se dit que une bouteille de vin pour aller avec ça, se serait super cool.
Sauf qu’on sait pas trop quel vin prendre.

C’est donc en toute discrétion [4] qu’elle écoute un couple parler du vin qu’ils vont prendre, hésitant très fort entre un Macon et un Entre Deux Mers. Puis qu’elle prend le gars à partie pour savoir si le Macon qu’il a choisi conviendrait bien à du poisson cru, ou si l’entre deux était pas plus mieux.
Interloqué [5], il répond que oui, même si l’entre-deux mer irait aussi, mais qu’il était plus doux.

Après l’avoir remercié avec deux grands sourires plein de dents, on flâne encore un peu dans le magasin, habillons la bouteille avec des chaussettes avant de passer a la caisse et de traumatiser la caissière, tout en se disant que ce serait cool si un jour on faisait nos grandes courses ensembles.

Je te passe la suite, mais c’était très chouette. On a bien mangé, bien déconné, prévu une sortie au Ninja House et fait des tas de jeux de mots tous plus lourds et mauvais les uns que les autres [6], et que j’ai encore actuellement mal aux abdos d’avoir trop rigolé

[1] Oui parce que même misanthrope, il m’arrive d’inviter des gens à la maison. Et pire encore, qu’ils disent oui à l’invitation et vienne
[2] Oui, là d’un coup, tu as vachement envie de nous inviter
[3] Ouais, super jeu de mots
[4] Avec un malus de deux dés vingts option échec critique, et oreille en forme de parabole télescopique
[5] C’est pas tous les jours qu’on est interrogé par deux folles, géantes et un peu psychopates, mais très aimables
[6] Non mais parce que maintenant, on mourra Macon…