Sep 042010
 

Bah oui, ma Gluante n’est plus un petit bébé qui passait son temps à pleurer-souiller des couches-boire-dormir. Elle est devenue bien plus complexe que cela.
Déjà, ca fait deux bonnes semaines qu’elle tient assise toute seule; c’est arrivé paf, comme ca, du jour au lendemain. Un jour je chouine parce que tu me poses par terre, je veux aller dans tes bras, le jour suivant, elle crapahute dans toute la pièce, glissant ses doigts SOUS les portes fermées et essayant de se relever.

Quelques jours plus tard, elle tient debout dans son parc. Toute seule, elle se hisse sur ses petites jambes tandis que ses genoux font des castagnettes et qu’on peut lire plus que de la fierté sur son visage.

Pour le reste, elle est pareille à elle-même: elle aime toujours autant le sein, cause toujours que quand on est entre nous, faut pas croire hein, elle est timide c’te ptite.
Paraitrait qu’elle ne veut que les bras de Môman, ou a la rigueur de papa; même si elle condescend parfois a aller dans les bras de ses grands parents (ou avec plus de joie dans les bras de sa tatie a elle qu’elle a).
Une chose est sûre, si la nourriture l’intéresse c’est en petite quantité, sauf les choses qu’elle ne peut théoriquement pas (aka melon et pastèque, elle serait capable d’en manger un/une en entier je crois).

Elle est toujours raide dingue de sa grande soeur, qui se prend tous les sourires et les rires, que limite j’en suis jalouse (ménan je suis pas une mère un brin possessive style louve. D’ailleurs même Belle-Maman peut la prendre volontiers dans les bras, c’est pas une preuve ca? – comment ça le fait qu’elle soit une crème influe sur ce fait?)

Elle est toujours chauve de la gencive, commence a mettre le pouce en bouche, et se le fait retirer aussi sec (oui, mère indigne je sais), est toujours en couches lavables et/ou bio et réussit toujours a me surprendre avec des catastrophes d’évacuation, aka pourquoi me vider les sphincters dans une couche puisque je suis dans tes bras?

Bref, c’est un adorable bébé, qui ne pleure pas beaucoup (mais quand elle s’y met attention les tympans), fait craquer tout le monde, doit ressembler à un garçon et donne toujours la même réaction d’inconnu quand on dit son prénom “gni?” voire pour une certaine personne “ah et la commune autorise ce genre de prénom”?
Elle fait toujours aussi bien la lype, sait toujours aussi bien se faire comprendre sans les mots, est très expressive, bref c’est ma tite fille à moi que j’aime…

Et pendant ce temps, sa soeur continue à grandir aussi tranquillement, suivant son bout de chemin…

Sep 012010
 

Ayé, depuis ce matin, ma fille est “officiellement” une grande. Bah oué, forcément, elle rentre en première primaire, et c’est que c’est important cette affaire là.
D’abord, elle avait une liste de fourniture scolaire longue comme le bras, par rapport a celle de l’année dernière (on échange un classeur et un paquet de mouchoirs contre des tas de classeurs de tailles différentes, une latte, des crayons, des marqueurs, …)

Bon en même temps, son attirail, elle l’avait facile depuis mi-juillet. Et vu que c’est elle qui a choisi les motif c’est très … rose. (Et j’ai même pas pu prendre un classeur hello kitty pour mettre mes cours à moi, des fois qu’un matin elle se trompe et embarque mes TP Cisco plutôt que son classeur de français. J’vous raconte pas la honte que ca ferait, un peu).

Donc après un retour à la normal niveau horaire (victoire, on a réussi à la taper au pieu avant 22H, youhou – 20h15 en fait), ce matin, c’était une vraie bombe, réveillée toute seule a 7h15 et avec autant d’énergie qu’une balle magique sous amphèt.
Ca rebondit partout, c’est difficilement gérable et ça parle a la vitesse d’une kalachnikov, de tout et de rien.
Notez que si j’ai réussi a me lever vers 7h, un exploit, ca ne m’empêche pas de me poser des questions existentielles du style “mais non d’un chien, c’est quoi un scrofule? Ca a le nom d’une maladie, je suis sure qu’il existe une fièvre scrofuleuse”.

Une Gluante habillée plus tard alors qu’elle avait facile une demie-heure d’avance dans la vue, c’est au pas de course qu’il faut aller a l’école. Me demandez pas pourquoi, mais y a toujours une espèce de faille temporelle ou on se retrouve de “demie-heure d’avance à vite-on-va-être-en-retard”. Si quelqu’un à une solution pour éviter cet écueil, merci de me la dire.

C’est une petite fille très timide que l’on retrouve un peu plus tard dans la cours, avec sa super mallette kipling (… rose, bravo ami lecteur, tu gagnes un point), mais qui s’enhardit rapidement dès qu’elle retrouve l’un ou l’autre copain, tandis qu’une Gluante très intéressée contemple ce petit monde. Enfin quand elle n’a pas le bonnet (de sa soeur) complètement sur le visage. Meuhnan j’essayais pas de l’étouffer, quelle idée franchement.

Après le discours de rentrée de circonstance, la présentation des nouveaux profs, c’est le moment de rentrer en classe. Les enfants en rang sont suivit de près par leurs parents (ils rentrent en première on vous dit, c’est important). Chassés de la classe par l’instit, ils seront nombreux a s’agglutiner aux fenêtres pour voir les premières minutes de leur progéniture à la grande école.

Maintenant, j’attends midi, et j’irai la rechercher histoire d’avoir ses premières impressions sur sa nouvelle classe et les devoirs que nous parents allons déjà faire. (et je tiens a signaler que ce sera Merlin de corvée recouvrage, parce qu’avec mes deux mains gauches, ça risque d’être très moche)