Sep 232005
 

Quand Maëva décide de faire quelque chose, elle le fait toujours et bien.
Jusqu’à présent, elle n’avait jamais été malade, pas une petite fièvre, tout au plus un nez qui coule de temps en temps.
Mardi soir, elle est grognonne. Caline aussi, c’est inquiétant, ca ne lui arrive jamais. Et surtout, surtout, très chaude sous ma main. Ses yeux sont brillants et dans le vague. Pour plus de sûreté, on lui prend sa température. 39.0C°, ca commence déjà bien. Direction le bain, un suppo, et glouglou à volonté.
Le temps passe, elle dort un peu pui se réveille un peu avant 2h. Elle est vraiment très chaude et incapable de teter. Le thermomètre m’indique 39.3C°. Re-suppo, une mise au sein plus tard, sa température est redescendue à une moyenne acceptable. Pour s’inquiété un peu moins, c’est quand même sa première fièvre et elle nous en fait une carabinée, on téléphone aux urgences de l’hôpital des enfants histoire de savoir si on peut la laisser comme ca. Pas de problèmes nous répondent-ils, tant qu’elle boit, qu’elle est réveillable, on peut attendre de consulter un pédiatre le lendemain.
Quelques heures et une tetée plus tard, c’est (enfin) le matin. Quand je vais la voir, elle a l’air bien mieux, dès qu’elle m’a devinée, elle roucoule et s’agite dans tous les sens, comme d’habitude. Je la prend, et je la trouve vraiment chaude. Elle me fait une pointe à 39.8C°! Un suppo et un coup de fil au médecin après, nous voilà en route pour chez mes parents, la puce verra son pediatre à 15h40. 12h00: La température stagne à 38 et des fafiottes. Elle n’augmentera plus. Maëva pète la forme et personne ne sait pourquoi elle a fait une si grosse poussée de fièvre.
Enfin, le point positif dans tout ca, c’est qu’au moins elle n’a pas eu l’idée de convulser pour parachever son oeuvre…
C’est vraiment une petite diablesse quand on y pense

Sep 232005
 

Bon je suis allée à cette merveilleuse rencontre avec la diététicienne de chez ceprodi. Payer de sa personne pour la curiosité scientifique (1)
Et la je dois admettre que je n’ai pas été déçue. On a parlé que de son régime hyper protéiné. Absolument pas de mes habitudes alimentaires, ou d’une quelconque déficience hormonale. Que nenni. Elle m’a juste demandé quel poids je voulais atteindre et de quel poids je partais ainsi que ma taille; n’a absolument pas cillé quand je lui ai dit vouloir retourner à 65kgs (ce qui était mon poid de départ et qui pour le mètre 82 que je fais est un peu leger) et à commencer à m’expliquer son régime.

Celà dit, je ne me sens pas prete pour Alcatraz. Une entorse à ce régime fait trois jours de diete, c’est à dire, trois jours à se nourrir uniquement de sachets et de fruits et légumes. Vraiment pas pour moi ça.
Mais elle m’a au moins demandé si j’allaitais toujours et que si c’était le cas, pas question de commencer ce régime maintenant. L’honneur est sauf…

Sep 232005
 

Dernier dévelopement dans l’affaire Acer, tout du moins avant le sportif voyage de retour de mon pécé-a-moi-chéri.
Avant hier, quelqu’un sonne à la porte. Une personne d’ups… Qui vient chercher un colis. Colis qui s’avéra être mon ptit ordi à moi chéri que c’est depuis vendredi qu’il est parti, a force de harcelé ces braves gens. Je soupçonne le gars d’Acer d’avoir prévu le retrait une semaine plus tard que ce qu’il avait dit. Après tout, il m’avait promis qu’on viendrait me le chercher un mercredi…

Sep 162005
 

Suite et fin de ma saga de l’été, du roman fleuve, de la série a ralonge que j’ai nommé “Acer Menté”.
Alors que je m’apprêtais à empoigner une énième fois mon téléphone, prête à exploser et que sur les conseils de Merlindemander l’adresse ou adresser ma plainte écrite, on sonne à la porte. Un type d’UPS est (enfin) là. Mon pécé qui me manque tant est enfin parti (ce que j’espere c’est qu’il n’est pas “parti un jour, sans retour”).

Je prend donc note de la date: 16 septembre 2005. En comptant large, mettons qu’il arrive à l’atelier lundi dans la journée et que le technicien d’Acer se mette dessus dans la journée du mardi.
On me promet une répération en maximum cinq jours ouvrés. Ce qui fais que l’ordinateur devrais quitter leurs locaux lundi soir en huit au plus tard. Comptons deux jours pour la livraison (c’est pas Outsiplouc non plus) Je devrais pouvoir le récuperer le jeudi 29 au plus tard. Misère, mais on a pas idée de forcer les gens à utiliser un service de livraison pour mettre 13 jours a réparer/recuperer ce qui peut l’etre fait en 5.

Sep 162005
 

Suite de la saga. Bien entendu, UPS n’a jamais rappelé hier, ce qui fait que moi je rappelle aujourd’hui, nettement moins aimable, mais toujours très correcte (ca donne à peu près la fusion d’une scie avec un glacier) Réponse d’une autre opératrice: “ha ben sisi, on est bien passé hier a 18h.” Je demande a voir, à 18h on était 6 dans la place et pas un n’aurait entendu sonné? De plus, il n’y a pas trace d’une étiquette quelconque dans ma boîte au lettres. Je reste donc dubitative. Toujours est il que la dame m’a promis un enlevement dans la journée. Je sens que si ce n’est pas le cas, lundi, je met Test Achat sur le coup, ca fait déjà quatre jour que ca dure. J’aurais été porté mon ordinateur à réparer, que je le receverais déjà de retour.
Alors comme disait l’autre, il ne faut pas pousser bobonne dans les orties, surtout quand elle a le cul nul.

Sep 162005
 

Alors qu’hier dans la soirée, je me démenais au téléphone et que je grattais les derniers bouts de Maëva collés au mur pour cause d’imbuvabilité, v’là t’y pas qu’elle me fait trois surprises d’un coup. La première, c’est que ses hurlements étaient dû à une dent qui pointait. Elle vient juste de percer hier vers 19h00 et depuis c’est beaucoup plus calme.
L’autre surprise vient du fait qu’après avoir raccrocher de ma conversation avec UPS, je me retourne vers son parc et ne la voit pas couchée dedans. Mademoiselle s’était levée toute seule et accrochée à la paroie me fusillait du regard. Elle s’est bien sûr calmée dès que je l’ai prise dans les bras.
Ce matin, elle joue a se coucher/s’assoir seule dans son parc.
Maëva, la seule gamine qui s’est mise debout seule avant de s’assoir…

Sep 152005
 

Suite de l’Acer Marathon. Contre toute attente, le service après vente a rappelé, il y a maintenant une grosse dizaine de minutes. Me donnant un numéro de borderau et le numéro de téléphone d’UPS. Me voilà donc de nouveau pendue au téléphone, avec cette fois ci une dame aimable et compétente qui passe le relais au service expédition/récupération et me promettant une réponse de celui-ci d’ici une heure et demie.
Bizarrement avec eux, je suis plus confiante. Par contre, ce qui m’inquiète c’est que vu le temps qu’Acer prend pour venir me chercher mon pécé, leur promesse de “réparation dans les cinq jours ouvrés” me fait peur. Non pas que je mette leurs compétence techniques en doute, loin de là, je crois que ce sera réparé en temps et en heure. C’est surtout le retour du colis pas encore parti qui me fait peur…

Sep 152005
 

Maëva est une tornade en puissance, un ouragan, la pire chose qui peut se déchaîner sur un pécé (quoique, un gars essayant de vous mettre windows sur la jolie machine linux du geek du coin doit s’en rapprocher). Nul ne sait le pire qu’elle peut faire, à chaque fois qu’on croit avoir touché le fond, elle trouve encore pire a faire.
J’avais déjà parler de la carte wifi explosée et du pécé planté, j’ai pu sauver de justesse la souris la semaine dernière mais hier, le clavier compact et délicat d’Hades n’as pas survécu.
*Mise en place de la scène*: Maëva, tranquillement installée dans mes bras, tapotte gentiment le dit clavier tandis que je l’observe du coin de l’oeil, une main sur le clavier tout en regardant un épisode de True Calling.
La demoiselle babille fièrement faisant un “takatakata” pas trop brutal sur le clavier quand soudain, elle se décide je ne sais pourquoi à me l’arracher des mains et a l’envoyer valdinguer dans la pièce.
Résultat? Ilétoukacé le clavier, une soupe de touches s’est répendue par terre, et bien entendu, ce ne sont pas les plus facile a remettre sur ce clavier nettement standart. Maintenant, y a plus qu’à attendre que son papa remette tout en place. Et vi, y a plus qu’à…

Sep 152005
 

Bon il est 16h40, ne voyant toujours rien venir, je rappelle. Donne le RMA. L’opératrice répond qu’elle va vérifier et qu’ils ont un borderau d’UPS et qu’elle me retéléphone dans quelques minutes pour me dire quoi.
Je demande a voir pour la suite

Sep 152005
 

Je retéléphone ce matin, histoire de me passer un peu les nerfs, dejà me faut cinq minutes avant de tomber sur un opérateur, en l’occurence, unE opératrice, dommage me dis-je ce n’est pas le même mec qu’hier. Je lui réexplique mon problème, (votre transporteur? Il était au cinéma?, pensais-je très fort au dedans de moi-même). Réponse de l’interessée, “oui c’est normal il a pris du retard mais devrait être là aujourd’hui.”
Je prends note, il est donc 10h43 et pour le moment, personne n’est passé, celà dit, ils auraient pu au moins prévenir. Non mais c’est vrai quoi, des fois que j’ai d’autres choses à faire en plus de les attendre deux jours de 9h à 17h .
12h30. On sonne a la porte. Pleine d’espoir je vais ouvrir. Tiens, fausse alerte, c’est juste un ouvrier de la cuisine qui s’est retrouvé enfermé a l’exterieur.
13h15. Je ne vois toujours rien venir. Bientôt je me rebaptise Anne…
EDIT: 13h30: on ressonne. Tiens le retour de l’ouvrier deux le détour. Ce coup ci il a été cherché des sandwiches.
14h00: encore un ding dong, pas de fol espoir, ce n’est que David. Enfin, dans “ce n’est que”, j’me comprend.
EDIT2: toujours quelqu’un qui sonne a la porte, j’y crois plus trop, mais je vais ouvrir quand même. C’est encore un cuisiniste.
Je sens que si ce soir il n’est pas passé, c’est plus que secoué qu’il va être le cocotier…